AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
"Homme libre, toujours tu chériras la mer !"
"La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent."
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit."
"Il est des moments où les rêves les plus fous semblent réalisables à condition d'oser les tenter."
"Le voyage est une suite de disparitions irréparables."
"Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil."
"Dieu nous rêve. S'il s'éveille, nous disparaissons à jamais."
"Nous trouverons un chemin... ou nous en créerons un."
"Le rêve de l'homme est semblable aux illusions de la mer."
"Il n’est pas de vent favorable, pour celui qui ne sait pas où il va…"
"Il y a trois sortes d'hommes : les Vivants, les Morts, et ceux qui vont sur la Mer."

Partagez | 
 

 Unir les forces (pv Ash Tylraï)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
*Démon*

avatar

*Démon*

Nombre de messages : 171
Localisation : Là où sa curiosité le poussera...
Métier/Fonction : Chien de garde à qui le voudra bien...

MessageSujet: Unir les forces (pv Ash Tylraï)   Mer 10 Oct 2012, 05:29

Une créature s’échappa d’une faille entre les rochers, un éclaire noir roulant sur le sol pour s’accroupir en direction de son arrivé, tous les sens en alertes. Seul son unique œil blanc reluisait dans la noirceur de la nuit. On pouvait entendre un écho lointain, d’une personne ou bien d’un être, pestiférant contre sa proie qui s’était échappée. Cette proie en question se redressa en voyant que la menace ne le suivait plus. Sa taille avait été un atout face à cette chose de près de quatre mètres de haut, ayant permis à Nébiros de se faufiler dans cet espace réduit pour fuir le géant et traverser le monticule de roche. Ce ne serait probablement qu’une question de temps avant que son agresseur n’en fasse le tour ou ne l’escalade, mais pour l’instant, cela donnait à ce petit démon le temps qui lui était nécessaire pour élaborer une stratégie contre cette créature intelligente. Ou bien le temps de fuir? La fuite serait peut-être plus sage. L’idée qu’il avait eu aussi de s’approcher de ce monstre trois fois plus grand que lui en songeant s’en nourrir! Il avait rapidement découvert que s’il ne se montrait pas plus stratégique, c’était lui qui finirait mangé… Il avait choisi la mauvaise proie, et les rôles s’étaient inversés.

L’animal s’éloigna à petit pas pour commencer, et termina par se retourner pour courir, poursuivre son chemin. Il n’avait aucune raison valable de risquer sa vie pour manger ce festin, aucun maître pour lui commander de le faire. Il était libre. Mais libre pour combien de temps? Cela faisait plusieurs semaines déjà qu’il était à la recherche de son maître. Mais celui-ci avait disparu. Un instant il avait été enfermé pour être puni dans une minuscule caverne, sans lumière, sans eau, et les rares insectes lui parcourant le corps comme nourritures, et le moment d’après, la terre s’était mise à trembler, et la paroi s’était ouverte, le réveillant d’un rêve étrange, d’une promesse de liberté. Croyant que son maître était en danger, il était sortie afin de le protéger, mais celui-ci était introuvable… En bon chien obéissant qu’il était, il était retourné dans la petite grotte et avait attendu près d’une semaine. Il n’avait pas eu la permission pour sortir après tout. Mais toujours, sans nouvelle, ni même arriver à retracer son odeur, Nébi avait fini par ressortir et le rechercher. Avait-il été emporté par le séisme? Avait-il été tué sans qu’il ne soit là pour effectuer son devoir de protecteur? Où était-il?? Avec cette seule idée en tête de le retrouver, il était partit. L’animal aurait pu en profiter pour acquérir sa liberté tant rêvé, mais il était si bien dompté, que sa priorité était de retrouver son seigneur, qui était peut-être disparu à jamais. Peut-être trouverait-il quelqu’un d’autre d’aussi fort pour le guider? Un nouveau maître? C’était cette quête qui lui faisait traverser ses montagnes en direction de Reilor, et qui avait placé un géant sur son chemin. Une rencontre qu’il aurait pu éviter…

Il courait toujours, tel un grand félin, sautant sur les pierres ou par-dessus celles au travers de son chemin avec une grande habileté, à quatre pattes comme à son habitude, il ne se levait sur ses pieds, que lorsque c’était nécessaire. Il n’était qu’un animal après tout. La lueur de la lune dévoilait quelques traces de lutes sur son corps ondulant gracieusement sous ses mouvements, dont une entaille à l’épaule gauche qu’il avait récolté en se frottant de trop prêt à ce géant. Il avait été projeté contre des rochers, et cette épaule avait reçu tout le choc, une blessure pour un être normal qui aurait certainement détruit son l’épaule, mais s’il ne guérissait pas aussi rapidement que la plupart des démons, la force de Nébiros résidait dans cette endurance extraordinaire. Sa course s’arrêta soudainement, et la bête tendit l’oreille, cette ouïe si fine qui lui était propre. Quelqu’un… Des pas d’hommes. Un humain peut-être? Hmm… Une proie parfaite pour satisfaire sa famine! A pas feutré de loup, les muscles de ses épaules roulant, le jeune démon franchit un petit monticule et découvrit en contrebas un homme, mais pas ce qu’il espérait. Il redressa la tête de curiosité, la lune se reflétant dans sa pupille, une fine chaire de poule parcourant son corps. Un démon! Ce ne serait pas ce soir qu’il mangerait… Mais peut-être que cette créature aux cheveux pâle pourrait être digne d’être son nouveau maître?

En quelques bonds silencieux, seuls quelques petits cailloux tombant sur son sillage et le cliquetis de sa chaine troublant la perfection de ses gestes, Nébi atterrit devant Ash Tylraï, s’assoyant comme le ferrait un chien. Les fesses et les mains au sol, il pencha la tête de côté en fixant cet inconnu, son unique œil plongé dans celui de son vis-à-vis. Le visage du jeune démon demeurait inexpressif alors qu’il se redressa sur ses pieds et tendit l’une de ses mains, paume vers le bas, comme l’on ferrait face à un animal que l’on ne veut pas effrayer, pour démontrer qu’il ne ferrait aucun mal. D’une délicatesse que l’on n’aurait pas cru possible au premier coup d’œil à son corps meurtrit et sale, il écarta les cheveux blanc du visage d’Ash, à bout de bras étant donné la grandeur de celui-ci, dévoilant son orbite vide. Son autre main se porta à sa propre blessure similaire, bien qu’aucune trace de lame ne fût présente, puisque le sien lui avait été arraché par des griffes acérées. Le visage penché toujours de curiosité, il restait silencieux, puisqu’on lui avait enseigné que les animaux ne parlaient pas. Les animaux ne devait pas toucher sans y être autorisé non plus… et lorsque cette règle lui revint à l’esprit, il retira vivement sa main en s’accroupissant au sol de soumission, une lueur de peur traversant son œil laiteux. Il était prêt à avoir sa punition, mais avant qu’Ash n’ai pu réagir, il redressa la tête en regardant le monticule d’où il était arrivé, écoutant un son lointain probablement audible que pour lui-même. Et commença à reculer, sa posture se modifiant de la soumission, à celle de combat d’un fauve, la chaine de métal cadenassé à son cou pendant au sol sans sembler le déranger. Un grondement sourd remonta dans sa gorge, et le géant apparu tout en haut, masquant l’astre lunaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://masego.forumotion.com
*Démon*

avatar

*Démon*

Nombre de messages : 114

MessageSujet: Re: Unir les forces (pv Ash Tylraï)   Dim 14 Oct 2012, 19:28

    Obscurité.

    Levant mon regard vers le ciel, je pose mon œil unique sur l’astre lunaire parfaitement rond. Face à face céleste entre une reine et le futur roi d’un univers. L’un occupant les cieux. L’autre la terre.

    Toute la terre.

    Un sourire carnassier et plein de défi se peint sur mes lèvres. Promesse silencieuse. Celle d’un jour s’élever à sa hauteur. De lui voler sa puissance. D’accroitre la mienne. Et de la dominer tout comme elle me domine en ce moment.


    - Continue donc à sourire. Je te renverserai.

    Murmure emporté par le vent nocturne balayant la ceinture de Brendian. Défi lancé au monde. Une course au pouvoir.

    Seul.

    Poussant un léger soupir, je secoue la tête tout en ramenant mes cheveux immaculés vers l’arrière. A quoi bon défier les grands quand on se trouve déjà à leur hauteur ? Un air hautain accroché sur mon visage, je me remets en marche, ramenant ma lourde cape autour de moi, empêchant au froid grandissant de s’insinuer en moi.

    Et le mont Pan Rei s’offre à moi. Immense et majestueux.

    Parfaite image de ma personne.

    Un sourire étirant de nouveau mes lèvres, je continue à m’enfoncer dans l’épaisse obscurité de la nuit. Au sein des ténèbres règne un calme parfait.

    Hypnotisant.

    Un micro univers. Déconnecté de la réalité. Merveilleux. Un plaisir simple que de se retrouver en son cœur.

    Avant d’y être éjecté par le tintement de chaines. Et le crissement de petits cailloux. Fronçant les sourcils, je laisse mon regard dérivé sur le monticule que je longe tranquillement. Juste à temps pour voir une créature humanoïde se jeter sur moi.

    Reflexe.

    Je fais un bond en arrière, une main fusant vers le pommeau d’une de mes épées courtes accrochées entre mes omoplates.

    Qu’est-ce que c’est que ce truc ?

    Alors que je m’apprête à dégainer pour mettre fin à la misérable existence de cette créature puante, j’ai la surprise de le voir s’assoir face à moi, tel un chien devant son maître. Me redressant lentement, je forge une expression de fer sur les traits gracieux de mon visage et me fige devant lui, silencieux. Mon œil unique se plonge dans celui blanc de la créature.

    Est-il aveugle ?

    Il ne semble pas en tout cas, son œil me parcourant de bas en haut, la tête inclinée sur le côté. J’en profite pour faire de même, m’étonnant sur sa maigreur. Sr les blessures constellant son corps. Sur ses ailes, délabrées. Sur ses cheveux, d’un noir profond. Sur ses cornes blanches pointant au milieu du rideau ténébreux de sa chevelure.

    Un démon.

    Quand sa main se rapproche de son visage, je remarque les chaines entravant ses poignées et ses chevilles. Ainsi que son lourd collier.

    Ou peut-être un simple animal de compagnie…
    Un esclave ?
    En fuite ?

    Sans faire le moindre mouvement, je le laisse approcher ses doigts crasseux de mon visage et écarter légèrement mes cheveux.

    Borgne.
    Comme lui.

    Il s’écarte alors soudain, se recroquevillant sur lui-même. Terrifié. Par quoi ? Par qui ? Un sourire amusé étire la commissure de mes lèvres.

    Un soumis.
    Un jouet.
    Intéressant…

    Mais avant que je n’aie pu faire le moindre geste dans sa direction, l’animal – démon ? – se remet en mouvement. En position d’attaque cette fois. Le regard rivé devant lui.

    Face au géant.

    Un grand sourire illumine maintenant mon visage. C’est décidemment mon jour de chance. Eculant de plusieurs pas, je frissonne au doux son s’échappant de la gorge du démon.

    Grognement profond
    Délicieux.

    Et je le regarde avec plaisir se jeter sur le Géant. Un fou. Comme je les aime. Sortant un bout de viande séché, je m’adosse à un arbre et regarde le petit démon courir souplement entre les coups de l’immense créature.

    Magnifique spectacle.

    Une montagne de muscles et de chair contre un démon en lambeau. Force brute contre souplesse. Voilà qui est toujours intéressant à regarder. Mordillant mon bout de viande, j’admire la scène, les yeux brillant de malice et de cruauté. J’aime quand on se bat pour mon bon plaisir.

    Après plusieurs minutes d’inactivité, et voyant que la créature démon commence à faiblir, je me décolle de la sombre écorce et, tout en m’étirant, tire mes deux lames. Et me jette dans le combat, un grand sourire carnassier illuminant mon visage.

    Cela fait un moment que mes lames n’ont pas gouté à du sang frai.

    Tout sourire, je m’aide d’un arbre proche pour me propulser à la hauteur du torse du géant, ouvrant une entaille le long de son bras droit, faisant dévier son point qui rate le petit démon de peu.

    L’effet de surprise marche toujours sur ces créatures stupides.

    A peine revenu sur terre, je roule sur le côté, esquivant un pied faisant deux fois ma taille. Puis le jeu continu.

    Palpitant et dangereux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Démon*

avatar

*Démon*

Nombre de messages : 171
Localisation : Là où sa curiosité le poussera...
Métier/Fonction : Chien de garde à qui le voudra bien...

MessageSujet: Re: Unir les forces (pv Ash Tylraï)   Lun 15 Oct 2012, 06:16

Pourquoi ne pas fuir de nouveau face au géant? Nébiros aurait pu laisser Ash affronter seul cette chose, au lieu d’y risquer sa petite vie. Mais cet homme était un démon, et par devoir, des conséquences de son éducation – Ou devait-on plutôt parler de dressage? – la petite créature crasseuse se devait de le protéger et le servir. A moins d’en être ordonné autrement par un être plus fort. Mais ici, si le géant était plus fort physiquement, et était doté d’une certaine intelligence, il n’était pas une créature que le jeune combattant qualifiait de supérieur. Alors Nébiros bondi sur le géant sans aucune crainte, alors qu’Ash lui reculait pour observer, laissant l’animal se battre seul.

La bête parvenait à éviter la plupart des coups portés par cette chose trop grande. Sa petite taille et son agilité étaient sa force contre cette créature, bondissant, roulant, fonçant. Nébiros n’avait pas peur de se jeter au sol, de se salir et encore moins de se blesser. Il évita un pied plus grand que lui de justesse, sa rapidité le sauvait de coup aussi fatidique, mais en se ruant sur le géant pour l’attaquer, le poing de celui-ci l’arrêta dans son élan, le projetant contre les rochers en un nuage de poussière. Le sable n’eu pas le temps de retomber, que l’animal se propulsa déjà pour riposter, sa silhouette devenu blanche de toute cette poussière. La blessure à son épaule était devenu plus profonde des suites de ce choc, et une coupure s’était ajouté à sa joue droite. Des cicatrices de plus qui s’ajouteraient à toutes celles qu’il avait déjà. Il continuait ses attaques, roulait, se relevait, et bondissait pour griffer et mordre le monstre. Visant le cou à chaque fois, sans toute fois y arriver. Seul il ne pourrait atteindre le géant en un point vital qu’il essayait d’atteindre…

Nébiros commençait à faiblir, mais poursuivait toujours en donnant tout ce qu’il avait. Et si personne ne l’arrêtait, il poursuivrait jusqu’à ce que le géant le tue, ou que son épuisement cause sa perte. Jamais il n’abandonnerait si l’on ne lui indiquait pas le contraire. Il n’était toute fois pas le seul à faiblir, il en allait de même pour le géant dont les gestes ralentissaient, et dont l’humeur devenait que plus massacrante de ne pas arriver à se débarrasser d’un simple petit démon aux apparences si frêle. Heureusement pour la survit de l’animal, Ash lui apporta la diversion nécessaire. Du coin de l’œil, Nébiros le vit sortir ses armes et se propulser vers lui, il bondit en même temps, prenant le risque que son partenaire de combat ne soit pas à la hauteur. Tel n’en fut pas le cas, comme espérer, le coup porté par cet homme empêcha Nébiros de recevoir ce poing pour une seconde fois, et celui-ci termina sa course sur le dos du géant, plongeant griffes et dents dans son cou, le déchiquetant sauvagement. C’était tout ce qu’il avait eu besoin… Quelque chose lui permettant d’avoir le temps de l’atteindre.

Il retomba au sol avec un morceau de chaire en bouche qu’il avala, son menton et sa gorgé couverte de sang, aillant évité de justesse la main géante qui voulait le retirer de là. Il avait réussit à causer une blessure mortel à ce monstre, mais il en faudrait d’avantage pour le tuer plus rapidement. Il évita un pied en roulant, attirant l’attention du géant, se faisant cible cette fois volontairement en se retirant toujours au dernier instant, dans le simple but de permettre à Ash de pouvoir porter ses coups. Le démon comprendrait-il? Nébiros n’était pas un simple animal, il était doté d’intelligence malgré son comportement. Il poursuivit le jeu, permettant à Ash de frapper, et profitant de ses propres ouvertures. Il ne laissa jamais la chance au géant de toucher à son supérieur, s’interposant à chaque fois, répliquant pour l’en empêcher. C’était son devoir de chien de garde.

Cela se poursuivit jusqu’à ce que le géant s’effondre enfin, sans vie. Le petit démon couvert de poussière assit sur se torse immense, sa main griffue plongé entre les côtes ressortie avec le cœur, qu’il dévora, s’assurant ainsi que la chose était enfin morte. Soulageant aussi sa faim temporairement, puisque cet animal était toujours affamé. On lui avait toujours dit qu’il pouvait se nourrir des morts, et ne s’en était pas gêné. Il se lécha les doigts avant de descendre du cadavre, et cette fois seulement, il s’effondra en soufflant, épuisé, essoufflé. Et son corps endolori… Il porta une main à ses côtes, le coup de poing qu’il avait reçu en avait probablement déplacé une ou deux, si ce n’était pas cassé. Il lutta contre la douleur, et se redressa pour se rapprocher de Ash. Celui qu’il voyait à présent comme son maître, ou tout du moins jusqu’à ce qu’il rencontre plus fort. A quatre pattes, il inclina le devant de son corps, se prosternant pour montrer sa reconnaissance de l’aide apporté et son respect face à ce démon. Il se redressa pour s’asseoir et l’observer, attendant les ordres. Endurant ses blessures sans en montrer leur existence. Il ne dit aucun mot, attendant simplement la suite, son maître allait devoir le forcer à parler s’il voulait communiquer avec lui autrement qu’en se fiant à son langage corporel… Ordonnez, et il obéira.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://masego.forumotion.com
*Démon*

avatar

*Démon*

Nombre de messages : 114

MessageSujet: Re: Unir les forces (pv Ash Tylraï)   Jeu 01 Nov 2012, 16:05

    Roulade.
    Saut.
    Plaquage.

    Danse fluide et mortelle au sifflement des lames fendant l’air et la chair avec une gracieuse facilité. Le sourire aux lèvres, je continu à jouer de ma souplesse, glissant sous les coups lourd et maladroits du géant.

    A mes côtés, un drôle de chien humanoïde s’amuse lui avec ses attribue naturels.

    Griffes.
    Dents.

    Un sang visqueux coule le long de son corps maigre et fragile. Du moins en apparence. Il faut croire qu’il a plus de ressources que je ne l’aurai pensé.

    Intéressant.

    Mon sourire s’agrandit tandis que j’entaille proprement l’énorme cheville du géant, sans pourtant parvenir à lui trancher son tendon d’Achille. Bof, cela ne fera que durer un peu plus le plaisir. Effectuant un saut périlleux, je m’écarte de ma proie et m’apprête à esquiver un nouveau coup.

    Diversion.

    Le petit animal semble tout faire pour attirer l’attention du géant, le détournant par la même occasion de ma personne. Penchant légèrement la tête sur le côté, je sens un sourire triomphant et carnassier s’étendre sur mes lèvres.

    Encore plus intéressant.

    Essayant tranquillement le sang ruisselant sur ma joue, j’observe de nouveau le ballet grossier se déroulant face à moi. Deux animaux sauvages en pleine action. Se laissant chacun allez par leur nature profonde.

    La destruction.
    L’appel du sang.

    Puis quand l’ennui commence à pointer, je me relance dans ce semi chaos, laissant moi aussi libre cours à mes envie meurtrière. Ouvrant les valves de ma cruauté. Un sourire sadique illuminant mon visage, je profite de la diversion perpétuelle que m’offre le petit chien pour atteindre chaque point stratégique du géant, sans jamais lui faire le plus de la tuer.

    Genou.
    Bras.
    Mains.

    La pauvre créature a bientôt la moitié de ses ligaments sectionnés. Il s’écroule finalement, un râle de douleur et de colère s’échappant de sa gorge, un flot de sang coulant de ses lèvres.

    Poumons perforé.

    Ricanant, je le regarde hoqueter puis s’éteindre.

    Trop vite.

    Essayant mes lames sur un bout des haillons du géant, je les rengaine avec une once de tristesse. Le jeu n’a pas duré bien longtemps. Je passe finalement une main dans mes cheveux, les rendant légèrement rouge à cause du sang maculant mes mains. Mais cela n’a que peu d’importance. Cela me permet même de garder un peu plus longtemps l’odeur du sang sur moi.

    Relevant les yeux, j’aperçois la petite créature sur l’immense poitrine du géant, fouillant dans ses entrailles. Il en ressort finalement le cœur et le dévore avec avidité.

    Décidemment, ce petit me plait de plus en plus.

    Toujours souriant à pleine dents, je le vois descendre avec difficulté du cadavre avant de s’effondrer, épuisé.

    Il possède finalement des limites.
    Dommage.

    Il arrive cependant à se redresser et à s’incliner devant moi. Un frisson de plaisir me traverse.

    Puissance.
    Pouvoir.
    J’adore cela.

    Quand il s’assoit devant moi, je lui offre un immense sourire carnassier. Hautain. Supérieur. Avant de me pencher légèrement vers lui.

    - Tu as mal ?

    Sans vraiment attendre de réponse, je sors une petite poigné de feuille de ma poche et lui tend. Un puissant antidouleur. Aussi dangereux qu’efficace. Car si on ne ressent plus la souffrance, on a tendance alors à se surpasser.

    Et à rapidement mourir.

    Avançant tranquillement la main vers lui, je lui glisse à l’intérieur de la bouche avant de me redresser.


    - Ne meurs pas tout de suite, tu pourrais m’être fort utile.

    Ordre.

    Puis je me redresse et m’approche du cadavre, prélevant plusieurs lambeaux de chair. Ça fera ça de moins à chasser à l’avenir. Déchirant un autre pan de haillon, j’enveloppe la viande et la glisse dans ma besace. Puis je me tourne de nouveau vers le petit démon.


    - Tu vas où comme ça ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Démon*

avatar

*Démon*

Nombre de messages : 171
Localisation : Là où sa curiosité le poussera...
Métier/Fonction : Chien de garde à qui le voudra bien...

MessageSujet: Re: Unir les forces (pv Ash Tylraï)   Jeu 08 Nov 2012, 00:02

Mal? Nébiros eu a peine le temps de se demander s’il devait ou pas répondre à cette question, qu’il vit les herbes dans la main de l’inconnu. Poison? Remède? Antidouleur? Il renifla les feuilles sans savoir toute fois ce qu’en signifiait l’odeur, mais l’homme voulait qu’il les mange à l’évidence, puisque sa main continua de se rapprocher de sa bouche. Alors le démon ouvrit ses lèvres et le laissa faire, récupérant le remède en toute douceur pour n’à peine qu’effleurer les doigts de ses lèvres couvertes de sang. Il savait se faire doux lorsqu’il le fallait, ou du moins ne pas mordre la main de ses supérieurs. Et quand a avoué sa douleur, on lui avait apprit par le passé à ne pas s’en plaindre. Qu’importe ses blessures, il devait poursuivre son obéissance, être toujours prêt au combat. Et même s’il avait mal, il n’avait pas besoin de ce produit pour se surpasser, il le faisait déjà naturellement grâce à son endurance. Avec ce que Ash lui avait donné, il y aurait au moins l’avantage de ne pas être ralentit par sa douleur, mais pour le reste, il risquerait tout de même sa vie en surpassant les limites de son corps. Bien sur il en avait, tout être avaient ses limites, personne n’était parfaitement résistant à tout, mais ce petit démon bestiale avait une qualité, ou un défaut dépendant des points de vu, de ne pas arrêter lorsque ses limites étaient atteintes, temps et aussi longtemps que le combat était en cours. Si le géant avait tenu plus longtemps, l’animal aurait poursuivit, jusqu’à sa propre mort probablement. Il n’en serait que plus dangereux avec cet antidouleur que l’on venait de lui faire ingérer.

Avalant cette chose qui risquait de mettre sa vie en danger, la bête au regard blanc hocha la tête en signe d’approbation. Ne pas mourir. Que voilà un ordre étrange, et nouveau pour lui. Et qui changeait sa vision des futurs combats. On lui avait toujours dit de combattre, mais jamais on n’avait précisé de rester en vie. Voilà qui était intéressant. Nébiros allait devoir apprendre à connaître ses limites pour ne pas mourir de surmenage! Il espérait seulement que s’il abandonnait un combat à la limite de la mort, qu’il ne serait pas ensuite châtier pour ne pas avoir achevé ce dit combat… Les maîtres pouvaient être souvent si cruels lorsque leurs attentes n’étaient pas comblées. Le démon observa son nouveau compagnon se faire une réserve de viande avec intérêt. Un homme visiblement hautain, probablement cruel, et qui surtout, dégageait cette aura de dirigeant. C’était ce dernier détail qui plaisait à Nébiros. Cela lui rappelait sa vie, le rassurait. Ce qui était illogique, puisqu’il rêvait d’être libre de tout cela, mais ce n’était qu’un rêve justement, et non la réalité pour lui. Il aurait du fuir face à se possible destins lié avec cet être sanglant, pour s’en trouver un en meilleur compagnie. Mais non, il était là, y restait, à l’observer et attendre qu’on lui dise quoi faire. Un animal qui aurait pu avoir enfin sa vie, mais qui restait aveuglé par son dressage sans voir toutes les possibilités qui s’offraient à lui.

Sa prunelle laiteuse remonta vers le visage du démon supérieur, apercevant des tâches plus sombre dans sa chevelure pâle, qu’il devinait être du sang même s’il n’en percevait pas la couleur. Et regarda un peu confus les alentours par la suite. Il ne savait pas quoi lui répondre. Il n’avait aucune réponse à sa question. Où allait-il? Il ne le savait même pas! Il avançait, sans connaître le monde dont ses pieds foulaient pour la première fois. Il n’avait qu’un seul but, et si la destination lui était inconnue, il pouvait au moins lui dire la raison de son voyage. La concentration troubla ses traits, ses sourcils se fronçant face à la difficulté de cette tâche pourtant anodine. Depuis combien de temps n’avait-il pas prononcé le moindre mot? Des années… Et Ash allait être le premier à entendre sa voix éraillé et profonde depuis cette dernière fois qu’il l’avait puni pour avoir parlé. Mais autrement qu’en mot, comment aurait-il pu se faire comprendre? Il n’avait pas le choix, et c’était avec une certaine crainte apparente que les mots sortirent difficilement.

« Nébi… Nébirrrosss... »

L’animal roulait ses R en un profond grognement félin, alors que ses S étaient tout aussi prononcés. Son nom, il savait le dire, mais la suite, s’avérait beaucoup plus ardu. Perplexe, plissant les lèvres de frustration, il cherchait le bon mot pour expliquer ce qu’il faisait.

« Nébi v-va… où m… m-maitrrrre… al… allé… »

Ce serait un sacré test à la patience de l’homme armé que d’attendre chaque mot, et d’en comprendre le sens. Il allait là où son maître était partie. Mais le problème était, qu’il n’en avait pas la moindre idée. Il ne savait même pas s’il était toujours en vie! Le regard baissé de soumission, craignant une quelconque réprimande pour oser parler alors qu’il n’était qu’un animal, il poursuivit avec peine son explication. Exprimant des mots qu’il allait probablement énoncer à de nombreuses reprises au cours de son aventure.

« Nébirrrross shh…. Cherrrchhh… m-maitrrr. Di… Di…»


Comment disait-on déjà qu’une personne était disparue? Il savait que ce mot commençait par « di », mais la suite lui échappait totalement. Son front plissé par la frustration d’avoir autant de difficulté à s’exprimer, mécontent de lui-même de ne pas arriver à lui répondre plus aisément, il finit par reformulé plus simplement. Il n’était pas pour autant idiot parce qu’il n’arrivait pas à parler convenablement, il ne savait juste pas prononcer, comme cela pouvait arriver à n’importe qui apprenant une nouvelle langue.

« P… Plus là… M-maitrrr… plus là… Nébi cherrrch… »

Et voilà, c’était le plus claire qu’il pouvait faire pour essayer de dire qu’il cherchait son maître disparu. La créature soupira face à cet effort qui lui semblait colossal, consterné de ne pas pouvoir faire mieux et cligna de l’œil en le baissant vers ses côtes qu’il tâta. Pas de douleur lors de ce soupire? Pourtant il sentait toujours sous ses doigts qu’il y avait quelque chose de différent de l’habituel, signe de sa blessure. Il releva sa tête surpris pour regarder son compagnon.

« Nébirrross plus m…. mal! »

Mais si la surprise l’avait poussé a exprimé son étonnement, il referma prestement la bouche et s’inclina bien bas devant l’étranger. On ne parlait pas sans y être invité! Et sa douleur n’avait rien à voir avec où il allait! Nébiros était prêt à recevoir son châtiment.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://masego.forumotion.com
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Unir les forces (pv Ash Tylraï)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Unir les forces (pv Ash Tylraï)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Trop de pouvoir tue le pouvoir : le cas des Forces Armées d’Haïti '' mesaj pou
» Les cours de Défense contre les forces du mal
» (M / Aaron Paul) Qui n'a pas les faiblesses de l'amitié n'en a pas les forces
» Bienvenue sur le site des Forces Armees d'Haiti!
» L'Armée d'Haïti, Bourreau ou Victime?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aïklando :: Île de Lan Rei :: La Ceinture de Brendian :: Monts de Pan Rei-