AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
"Homme libre, toujours tu chériras la mer !"
"La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent."
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit."
"Il est des moments où les rêves les plus fous semblent réalisables à condition d'oser les tenter."
"Le voyage est une suite de disparitions irréparables."
"Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil."
"Dieu nous rêve. S'il s'éveille, nous disparaissons à jamais."
"Nous trouverons un chemin... ou nous en créerons un."
"Le rêve de l'homme est semblable aux illusions de la mer."
"Il n’est pas de vent favorable, pour celui qui ne sait pas où il va…"
"Il y a trois sortes d'hommes : les Vivants, les Morts, et ceux qui vont sur la Mer."

Partagez | 
 

 Une cible

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
~¤Crocs Nocturnes¤~

avatar

~¤Crocs Nocturnes¤~

Nombre de messages : 1450
Localisation : Là où me portent le vent et les océans
Métier/Fonction : Pirate et vagabond

MessageSujet: Une cible   Mer 27 Jan 2010, 21:57

J'étais posté dans un arbre près du lac, attendant ma cible. Mon coeur battait fort, j'était excité. J'allais avoir la vie d'un homme entre mes mains, j'allais pouvoir m'amuser et ce pour un bon paquet d'argent. Je repensais à mon employeur, il m'avait contacté par pigeon. Quand le stupide oiseau ma trouvé, j'étais sous ma forme nocturne, j'avais failli le manger avec le message, au moment où je sautais dessus, je me retransformai en humain.Le message me demandai de me rendre à Reilor pour voir une certaine personne qui avait un travail pour moi.

Je rencontrai mon employeur dans une taverne, pendant la journée bien sur. Il était était assis sur une chaise, au premier coup d'oeil il me fit une forte impression. Il était très grand et très musclé dans son élégant costume noir. Ses yeux étaient blanc laiteux, signe qu'il était aveugle. Une grande cicatrice traversait l'un de ses yeux. Au moment où j'entrais dans la pièce il m'interpella et m'invita à m'assoir. Comment avait-il sut que j'était là. Sa voix était grave, elle me donnait froid dans le dos.

La cible qu'il m'avait demandé de tuer habitait dans une maison en bois au lac Olia, j'étais monté dans un arbre pour l'observer lorsqu'il était sorti. Çà faisait maintenant quatre que j'attendant qu'il repasse sous l'arbre, je commençais à m'impatienter, lorsque une ombre se forma en dessous de moi. Un homme apparut, c'était lui, c'était ma cible, enfin ! Une lueur rouge passa dans mes yeux, mon côté bestiale commençait à prendre le dessus.

- Tu vas voir, on vas bien s'amuser nous deux, chuchotais-je avec joie.

Le poignard tourna dans ma main. Ma langue passa sur mes lèvres et un sourire se forma, des milliers d'idées pour le tuer en m'amusant passèrent dans ma tête. J'en sélectionnai une, d'abord je l'assommerai, puis je le clouerai au mur de sa cabane et pour finir je le torturerai avant de l'égorger. Je m'apprêtai à sauter sur ma cible pour l'assommer lorsque j'entendis le bruit que produit un cheval au galop se rapprocher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Une cible   Jeu 11 Fév 2010, 11:37

Pour la première fois, Emyrd était réellement effrayé par ce qu'il appelait timidement ses "absences". Sans savoir réellement quand ni comment, il avait quitté l'île de Rosyel pour se retrouver sur celle de Lan Rei. Ce qu'il faisait là, il n'en savait rien et ne savait pas non plus comment il rentrerait chez lui. Quand, il n'osait même pas y penser. Sa présence attirait pas mal l'attention, et il s'était un moment réfugier dans de jolies collines. Il s'y plaisait moins qu'en forêt mais, ma foi, c'était toujours mieux que de se retrouver en ville. Il avait eut une nouvelle absence, qui avait semblé durer quelques heures, sans plus. Mais comment en être sûr? Il avait sombré dans les collines et s'était réveillé dans les collines, le soleil un peu plus haut.

En ayant assez de tourner en rond et de ne rien faire, il décida d'aller jusqu'au Lac Olia. Il connaissait son nom parce qu'il en avait entendu parler. Apparemment, c'était un peu montagneux autour. Ca serait pas mal. A défaut de rentrer chez lui, il entretiendrait sa musculature qui avait tendance à fondre dans ces petites collines. Il trotta donc toute une journée, et arriva enfin au lieu dit. Mais pourquoi y avait-il une maison, là-bas? Et qu'est-ce que c'est que cette… chose rousse et noire? Une de ces chimères dont on parle tant et que, souvent, on craint à juste titre?

Un voile noir tombe devant les yeux d'Emyrd, dont les yeux foncent et le visage pâlit. Brusquement, sans raison, il part au galop et entreprend de charger la forme au loin. Il se rapproche rapidement, à grandes enjambées, faisant voler des mottes de terre. Puis, arrivé à un mètre de la personne, il secoue la tête, reprend conscience et freine autant qu'il le peut, l'arrière train presque à terre. Malgré toute sa bonne volonté, il bouscule la chimère.


-Excusez-moi! Je… Je sais pas ce qu'il m'a prit!

Ca n'était pas la première fois qu'il devenait violent, mais jusqu'à maintenant il avait toujours fallu un élément déclencheur. Là, pas. Il avait chargé comme ça, sans aucune raison. Un peu effrayé, autant par lui que par la chimère, il recula de quelques pas, frissonnant. Il fallait absolument qu'il trouve une solution à ça.

-Je vous ai pas blessé(e?) au moins?


Demanda-t-il quand même, des fois que. Il n'avait pas remarqué qu'il y avait quelqu'un dans l'arbre. Pourquoi aurait-il levé les yeux? Il avait l'habitude des forêts, d'où le danger ne venait pas du ciel. Et puis, comment aurait-il pu savoir que quelqu'un avait été envoyé pour tuer cette chimère qu'il avait bousculée?
Revenir en haut Aller en bas
~¤Chimère¤~

avatar

~¤Chimère¤~

Nombre de messages : 1074
Localisation : Quelque part, entre Ciel et Terre
Métier/Fonction : chercheur d'Or / Conteuse / MJ du jeu Assassin ^^^

MessageSujet: Re: Une cible   Mar 16 Fév 2010, 00:34

J'avais marché des jours durant, allant de villes en petit hameaux, dans le but d'oublier, de connaître autre chose, de rencontrer quelqu'un d'autre peut-être. Les gens ne m'aimaient pas, quoi que je dise, quoi que je fasse. Les seuls moments où ils me fichaient la paix, c'était lorsque je jouais de ma musique ou que j'étais loin de leur vue. Et encore, je savais que même en mon absence, je parvenais encore à alimenter la haine de certains. Pourquoi ? Je l'ignorais. Mais même Mataro n'étais pas ignorant du fait que nous ne faisions pas l'unanimité. Nous avions trouvé une cabane abandonnée en bordure du grand Lac Olia. Cet endroit assurait dans l'esprit de Mataro, ainsi que le mien, une sérénité telle que nous avions tous deux conclu que sous devions y rester quelques temps.
Un soir, je décidai de sortir prendre l'air. J'avais quelque chose sur la conscience, quelque chose qui n'allait pas. Mon opposé aussi le sentait, ce quelque chose étrange. Alors je me mis à marcher, tout autour du lac Olia. Cela me prit bien du temps, mais j'allais mieux lorsque je retournai dans la petite cabane, et je songeais déjà au moment où je reprendrai la route. Une impression de danger me traversa un instant l'esprit, mais Mataro semblait certain de lui quant au danger en question. Il me murmurait qu'il ne fallait pas m'inquiéter.
Mais alors que je passais sous l'arbre que j'aime le plus dans tout cet environnement, je sentis une odeur canine proche. Je regardai à droite puis à gauche, mais rien. Et alors que j'allais lever la tête, j'entendis un étrange bruit de sabots foulant rageusement le sol mou des alentours du lac. Je tournai la tête et vis un étrange être me foncer droit dessus. Mi homme, mi cheval semblait-il. Il se rua sur moi avec fougue, et je n'eus pas le temps de m'envoler qu'il stoppa sa course effrénée en me percutant avec une force tout de même légère. Je perdis néanmoins l'équilibre et tombai, autant de surprise que par l'impact.

- Excusez-moi ! Je... Je sais pas ce qu'il m'a prit. balbutiait l'être avant de reculer et de recommencer : - Je vous ai pas blessée au moins ?

Je me relevais avec peine, Mataro jurant au fond de moi qu'il allait le frapper. Bien entendu, pour ma part, je ne savais trop que dire, alors je restai nature :

- Non, tout va bien. Merci.


Puis je tendis une main vers l'étranger qui semblait aussi perdu que moi.

- Je vous paierais bien un verre, mais je ne passe pas pour quelqu'un de bien en ville... Alors, je vous invite dans mon humble demeure...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onirik-tristoeil.forumactif.com/index.htm
~¤Crocs Nocturnes¤~

avatar

~¤Crocs Nocturnes¤~

Nombre de messages : 1450
Localisation : Là où me portent le vent et les océans
Métier/Fonction : Pirate et vagabond

MessageSujet: Re: Une cible   Mer 17 Fév 2010, 00:48

Je regardais dans la direction du bruit, un être mi homme mi cheval fonçait vers ma cible. Lorsqu'il vit le monstre, sa vitesse doubla, comme si il voulait la tuer. Qu'est-ce qu'il foutait ? Si il tuait ma cible, il allait le regretter. Il n'était plus qu'à 2 mètres de la créature que je devait tuer lorsqu'il freina, il percuta légèrement la créature qui tomba. Le centaure s'excusa, je ne pouvais pas attaquer tant qu'il était là.

- Aller, casse-toi ! pensais-je

Les deux créatures se mirent en marche vers la cabane en bois, j'allais devoir revoir mon plan. La nuit allait tomber d'une minute à l'autre, ce soir c'était la pleine lune, il fallait que je finisse mon boulot maintenant, pour pouvoir profiter de la nuit ! Les deux êtres étaient maintenant rentré, je descendis de l'arbre, me dépêchant de rejoindre la petite maison en bois. Il m'était de plus en plus difficile de garder le contrôle, j'étais devant la porte, il fallait que je me dépêche. J'ouvris doucement la porte, essayant de ne pas faire de bruit lorsqu'une douleur me pris, je m'écroulais, arrachant la porte sous mon poids. J'essayais de garder le contrôle, repoussant la transformation, je ne voyais plus rien, aveuglé par la douleur. Je sentis que l'on me déplaçait, à moins que ce ne soit une illusion provoqué par la douleur. Soudain j'hurlai, un hurlement de loup, hurlement dédier à la lune. Mes cheveux poussèrent et une fourrure recouvrit mon corps, ma tête s'allongea et pris la forme de celle d'un loup. Mes bras et mes jambes grandirent. Un voile rouge sang couvrit mon regard. Mon esprit commença à s'éteindre, je fis un dernier geste, levant mon bras vers ma cible et je m'évanouis...

Dans la nuit naissante un loup s'éveille, un hurlement retentit...

J'ouvre les yeux, la faim est encore là, deux créatures, non deux morceaux de viande me dévisage, ce sera suffisant pour tenir la nuit. Je me relève avec difficulté, j'hurle une nouvelle fois, je me tourne vers mon futur repas, je les sens, ils ont une bonne odeur, l'odeur de la chose rousse est bleu électrique, celle du centaure est verte. Je grogne et saute sur le centaure pour l'égorger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Une cible   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une cible

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» « Chaque tir n’atteint pas sa cible, chaque prière n’est pas exaucée. » [Mad]
» Big Boss motorisé. Seul ou accompagné ?
» Exécution d'un dangereux bûcheron [Torino Island, Rang S, Solo, Contre-attaque][Réservée]
» Quand la cible n'est pas la bonne... [FB]
» Le Chat (non pas la lessive^^)[Voleur]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aïklando :: Île de Lan Rei :: Lan Rei Est :: Lac Olia-