AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
"Homme libre, toujours tu chériras la mer !"
"La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent."
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit."
"Il est des moments où les rêves les plus fous semblent réalisables à condition d'oser les tenter."
"Le voyage est une suite de disparitions irréparables."
"Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil."
"Dieu nous rêve. S'il s'éveille, nous disparaissons à jamais."
"Nous trouverons un chemin... ou nous en créerons un."
"Le rêve de l'homme est semblable aux illusions de la mer."
"Il n’est pas de vent favorable, pour celui qui ne sait pas où il va…"
"Il y a trois sortes d'hommes : les Vivants, les Morts, et ceux qui vont sur la Mer."

Partagez | 
 

 Quand deux prédateurs trop dangereux se rencontrent ... [Balsa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Quand deux prédateurs trop dangereux se rencontrent ... [Balsa]   Jeu 23 Juin 2011, 15:53

Elle soupira et ferma les yeux, laissant ses autres sens analyser les alentours. Elle entendait parfaitement les bruits de la forêt, ses longues oreilles d'elfes frémissants au moindre craquement, au moindre sursaut, à tous les petits bruits que les humains ne peuvent pas entendre. Elle se concentre, place bien son sac de voyage, coince son imposant arc dans son dos afin qu'il ne la gêne pas et expire doucement. Expiration, inspiration, encore et encore jusqu'à ce que les battements de son coeur descendent à un rythme cardiaque raisonnable.

Ses oreilles frémissent, elle lève son petit nez et toujours les yeux fermés, renifle. Rien de spécial ... pour le moment. Elle sent l'humus, les senteurs d'anémone des bois, de géranium, de bryère, de chardon et d'autres fleurs encore, le bois humide, les feuilles, ... elle sent toute la nature. Ses oreilles frémissent, une branche craque et un petit lapin brun détale devant elle. Des oiseaux ensuite s'envolent, piaillent, chantent même.

Elle adore la forêt, cet endroit de paix qui nécessite quelque fois d'être un peu chamboulé. Elle sourit et sans ouvrir les yeux se concentre encore. Il est là, tout proche, à quelques dizaines de mètres d'elle. Elle peut le sentir, l'imaginer mais pas encore le voir. Pas tout de suite, ne pas se précipiter. Elle fléchit tout doucement les genoux, se préparant à bondir. Il ne l'a pas encore repérée mais ça ne saurait tarder. Il est malin mais elle l'est aussi. Après tout, elle a apprit pas mal de tours en l'observant. Il bouge enfin, avance d'environ trente mètres vers le sud. Bien, il ne s'approche pas d'elle.

Elle sourit encore plus. Se concentre davantage sur le bruit léger de ses pas. Elle chasse de sa tête les autres bruits, oublie les glapissements des autres animaux, les chants et piaillements des oiseaux, le vent dans les feuilles. Se concentre sur lui, sa respiration calme, le bruit de ses pas, son rythme cardiaque ... Bingo, elle entend dorénavant son souffle frais à à peine quinze mètres sur sa droite. C'est qu'il se déplace vite l'animal. Bien sûr, il possède l'avantage d'avoir quatre pattes. Elle a toujours relevé le défi, malgré son désaventage.

Un petit pas à gauche, un autre à droite, encore un à gauche puis il s'arrête de nouveau. Il n'est pas dupe l'animal. Il sent bien que quelque chose le guette, il ne sait juste pas encore quoi. Un sourire malicieux flotte sur ses lèvres. Il va être surpit l'animal, après plus de vingt ans d'absence ... Elle se reconcentre, il n'a toujours pas bougé. Même si elle ne le voit pas encore, elle sait exactement dans quelle position il se trouve : pas antérieur gauche bien droite posée devant lui, patte antérieur droite levée, recroquevillée vers lui, les deux pattes postérieurs légerement posées sur le sol, prêtes à s'enfuir au moindre signal. Son rythme cardiaque s'accélère, il commence à se douter de quelque chose. Elle était tellement concetrée sur sa cible qu'elle ne remarqua pas l'ombre qui l'observa depuis un moment sans faire de bruit.

Soudain, l'animal, s'élance. Elle jure. Il est parti plus vite qu'elle ne l'avait prévu. Tant pis, on passe au plan B. Elle bondit.

Il court l'animal, court, certain maintenant que quelque chose le poursuit. Il court vite, ça elle doit le reconnaitre pourtant pas assez vite pour la semer. L'animal, regarde à gauche, à droite et une ombre menaçante le fait accélérer. Elle rit intérieurement. Ce que la chasse peut être excitante ! Elle continue de courir mais passe à l'action. Soudain, l'animal s'arrête, ne sentant plus l'odeur de son poursuivant. Il observe les alentours, ses bois fièrement levé prêts à empaler quiconque tenterait de le menacer. Soudain, quelque chose atterrit sur son dos. Alors il rue, se met à faire toutes sortes de figures inimaginables afin de se débarasser du parasite qui occupe son dos. Mais rien à faire, le parasite reste collé à lui.

Prenant son courage à deux mains, il tourne la tête pour l'apercevoir ... et sursaute de peur en voyant une elfe avec un grand sourire.


-Salut, Grandbois ! s'écrie l'elfe.

-Lunielle ! C'est toi ?

-Qui d'autre ? T'as vraiment perdu de tes réflexes mon vieux ! Et t'es devenu encore plus peureux qu'avant on dirait !

-C'est ça, moque toi ! Sans moi, tu ne pourrais pas pister les animaux, se fâcha le cerf.

-Fais pas cette tête ! C'est pas parce que je t'ai surprit que c'est la fin du monde ! Je t'avais bien dis pourtant qu'un jour j'y arriverais !

-Pfff, tu parles. Mais qu'est-ce que tu fais là ?

-Rien de spécial je me promène.

-Allez, raconte-moi tout, dit-il en se mettant en marche et portant toujours l'elfe sur son dos.

-Tu sais, je suis à la recherche d'une vampire ...

-Laralen, c'est ça ? Laralen, quelque chose ...

-Black, Laralen Black. Et comme je disais, je la recherche pour me venger.

-Tu la poursuis encore ? Ca va faire combien de temps ?

-Trois ans bientôt. Depuis la dissolution du groupe. T'as pas beaucoup changé en quelques années, dis-donc. Même depuis la première fois que je t'ai vu, c'est-à-dire il y a trente ans environs ... T'es pas censé être mort depuis tout ce temps ?

-Ah, Lunielle, je te l'ai déjà dis. Je suis l'un des gardiens de cette forêt. Je ne mourrais que quand un autre cerf prendra mas place.

-Il serrait peut-être temps, non ?

-Ce que tu peux être vilaine ! Au niveau caractère tu n'as pas changé, physiquement non plus d'ailleurs. Tu as beau avoir plus de 110 ans, tu ressemble toujours à une gamine de 18 ans !

-Tu peux parler, je préfère être une gamine de 18 ans plutôt qu'un vieillard de plus de 50 ans, qui peut à peine échapper à ses poursuivants.

Ils débouchèrent sur un lac. Sortant des buissons, le cerf s'avança jusqu'à l'eau et Lunielle descendit à terre. Il se pencha et bu quelques gorgées avant de relever soudainement la tête.

-Qu'est ce qu'il y a ? Demanda l'elfe.

-On nous observe. C'est un prédateur et un gros.

Il s'enfuit à toutes pattes dans la direction opposée d'où ils venaient.

- Eh ! Attends ! Je ne sais même pas ...

Elle se tut et observa les buissons qui bougeaient. Dégainant une lame, elle fléchit les genoux, se mit en position d'attaque semi-accroupie et attendit que la mystérieuse créature sorte des buissons.

Spoiler:
 


Dernière édition par Lunielle Elwindor le Ven 24 Juin 2011, 13:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
=Aïkologue=

avatar


Nombre de messages : 3675
Métier/Fonction : Conteuse

MessageSujet: Re: Quand deux prédateurs trop dangereux se rencontrent ... [Balsa]   Jeu 23 Juin 2011, 18:54

Bruissement de feuilles, craquement de branches… Il n’y avait pourtant pas une once de vent. Quelque chose remuait dans le sous-bois qui bordait le lac Olia. Cette chose frottait, grattait et ronchonnait sous le couvert des buissons. Le son se sa voix résonna à l’intérieur du petit arbre, s’amplifiant et s’assourdissant jusqu’à devenir un grondement menaçant. Ce dernier s’échappa, jaillissant hors de la végétation, pour parvenir aux oreilles de la chasseresse.

Soudain, la bête terrible bondit hors de sa cachette, tous crocs dehors, les oreilles couchées sur la tête… Une femelle de loup menaçait quiconque oserait approcher la tanière où elle avait dissimulé ses petits. L’instinct maternel avait cela de formidable : la peur devenait courage, la détermination une force et la volonté de sauver les jeunes passaient avant celle de sauver sa propre vie. Un claquement de dents, un jappement, et la louve redressa les oreilles, taisant son grondement. Comptant bien que ces menaces allaient suffire, elle s’en retourna allaiter la portée.

Un rayon de soleil filtra par la fenêtre, traversant la chambre dans un voile de poussière pour aller se poser sur la paupière gauche de Balsa. Mmmm… déjà le matin ? La panthère en elle se refusait à ouvrir les yeux, savourant cet instant suspendu entre éveil et sommeil, entre rêve et réalité. Son rêve avait été des plus étranges : elle ne s’en souvenait pas dans les détails, mais il y avait Kaleya et aussi cette personne de la frontière…

Elle frotta du revers de sa main ses paupières toujours closes et bailla longuement. Se tournant pour faire dos à la lumière de l’astre qui la voulait éveillée, elle se laissa couler quelques instants de plus dans le sommeil. Quelle sensation agréable que celle des draps enveloppant son corps et ce matelas moelleux qui lui rendait sa chaleur. C’était décidemment une bonne idée que d’être revenue dans ce manoir.

Un moment après, elle se trouvait sur le dos, fixant le plafond de ses yeux grands ouverts. Sa fatigue enfin dissipée, elle s’interrogeait sur ce qu’elle pourrait bien faire de sa journée. Seule et sans destination à atteindre, la vie était bien morne. Cette pensée lui laissait un gout amer dans la bouche et lui donnait envie de rester à tout jamais cachée dans ce lit si confortable. Quelques souvenirs remontèrent à sa mémoire. Ceux de son voyage avec Kaleya, puis ceux de leur combat à la frontière. Elles avaient lamentablement perdu.

Enervée à cette idée, Balsa bondit hors de la couche et s’étira chaque muscle. Elle savait à présent ce qui lui restait à faire. Machinalement, elle porta sa main à son cou, vérifiant que la chainette et l’anneau qui y pendait étaient toujours là. Puis elle passa une tunique pourpre qui laissait ses bras nus et tombait tout juste sur ses genoux. Elle n’avait ici aucune raison de cacher ses différences, que se fussent ses marques au visage ou la longue queue qui se balançait doucement derrière elle. Et la sensation de liberté qu’elle en tirait était merveilleuse.

Les idées claires, prête pour une nouvelle journée, Balsa n’était pourtant pas tout à fait réveillée. Pour preuve, elle quitta la chambre et descendit quelques marches du grand escalier avant de se rendre compte qu’elle avait oublié l’essentiel. Frappant l’arrière de son crâne pour se punir de cette bêtise, elle retourna sur ses pas et s’empara d’une part de la lance qu’elle avait récupérée lors de son voyage, et d’autre part d’un petit baluchon blanchâtre, fermement noué.

Elle descendit les deux jusqu’à la cuisine, traversant le hall ou la puanteur des cadavres récemment retirés par ses soins flottait toujours, diffusant les parfums du sang, de la chair et de la mort. Cela coupa l’appétit de la chimère qui se contenta de boire un peu d’eau fraiche. Elle s’en éclaboussa finalement le visage pour se réveiller complètement. Puis, sans rien oublier cette fois, elle quitta le manoir.

En passant le seuil de la porte, elle se retourna un instant et sourit à l’idée que ce fut en cet endroit qu’elle avait rencontré Nazj, seigneur nécromancien et son maître à présent. Elle serra plus fort ses doigts autour du tissu du baluchon et sourit presque imperceptiblement. Elle tourna ensuite son regard sombre vers le ciel, d’un gris pâle ce matin-là. Il pleuvrait sans doute dans la journée et les nuages noirs à l’horizon promettaient même un orage pour bientôt, au grand ravissement de la chimère.

Le petit sentier qu’elle emprunta, une fois son attention reportée sur terre, serpentait sur le dos de la colline avant de rejoindre une route plus large. Balsa traversa celle-ci et coupa à travers la prairie broussailleuse pour arriver sur la plage au plus vite. Pas qu’elle fut spécialement pressée, mais la bête sauvage en elle n’avait bien que faire des chemins tout tracés. En outre, elle aimait sentir sous ses pieds nus chaque herbe, chaque caillou et chaque brindille. Elle sentait ainsi ses sens plus alertes et son corps plus en harmonie avec ce qui l’entourait.

Arrivée au sommet de la dernière butte avant que ne s’étende le lac immense, elle plissa les yeux pour promener son regard tout autour, inspirant profondément l’air frais du matin. Elle retint son souffle quand ses yeux se posèrent sur une silhouette à quelque distance. De là où elle était, elle n’en distinguait que vaguement les contours et parvenait à peine, à force de concentration, à deviner qu’il s’agissait d’une femme. Elle expira enfin, fronçant un peu les sourcils.

Elle hésita sur l’attitude à adopter mais comme l’autre semblait l’avoir repéré aussi, elle choisit de ne pas faire demi-tour, car elle aurait alors parut des plus louches. Son cœur battit légèrement plus vite. Non, elle ne craignait pas cette inconnue, d’autant qu’elle était apparemment seule. Mais elle craignait pour son anonymat. Rester au manoir n’était possible que tant que personne ne rapportait sa présence à une autorité quelconque. Balsa savait que cette demeure n’était que provisoire.

Elle serra les poings sur ce qu’ils tenaient et eut un sourire assuré. Même si cette personne devant elle l’amenait à devoir quitter l’endroit, elle avait tout ce dont elle aurait besoin sur elle : l’anneau, l’amulette, la lance. Elle avait même survécu avec moins que ça, et dans des conditions plus rudes que la douceur de cet été. Reprenant sa marche, ne changeant pas d’un iota sa destination, elle se dirigea vers la plage de sable grossier.

Spoiler:
 

_________________
Celui qui ne peut se concentrer sur ce qu'il doit faire n'a pas le droit de parler de ses rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Quand deux prédateurs trop dangereux se rencontrent ... [Balsa]   Jeu 23 Juin 2011, 19:31

Elle attendit, prête à passer à l'attaque mais tout ce qui sortit des buissons fut un sanglier bruyant. Elle soupira et soudain, aperçut une silhouette au loin.

Visiblement, elle était repérée. Elle ne bougea pourtant pas d'un pouce, se contentant d'observer la personne qui se trouvait loin devant elle. Elle ne la distinguait pas très bien mais ses yeux lui indiquèrent que c'était une femme. Mais que faisait-elle ici ? D'où venait-elle ? Etait-elle amie ou ennemie ? Elle reprit le court de ses pensées, mécontente de les avoir laissées vagabonder. Quand elle regarda de nouveau, la femme se déplacait en direction de la plage.

Tout aurait pu s'arrêter là. Elle se serait retournée, aurait fait le tour du lac, puis aurait poursuivi son voyage. Hélas, c'est ce qu'elle ne fit pas. Elle ne pouvait chasser de sa tête l'image de cette femme. De loin elle semblait normale mais un détail infime avait attiré l'attention de l'elfe et ainsi eveillé sa curiosité : cette femme possédait une queue ! Comme celles des panthères. Elle sourit et se mit en route. Après tout, ce n'était pas tous les jours qu'on croisait une personne de ce genre.

Tout en marchant, elle rangea la lame. Si ce qu'elle avait vu était exact, la femme qu'elle suivait était une neko ou quelque chose dans ce genre. Elle n'avait quasiment jamais croisé ce genre de personnes. Du moins, personne qui était encore en vie à l'heure actuelle. Elle se posait des milliers de questions sur cette femme. Qui était-elle ? Que faisait-elle ? Pourquoi était-elle seule ? Elle avait aussi vu qu'elle tenait une lance se qui ne présageait rien de bon en cas de combat.

Elle tenta de se résonner mais ses jambes refusèrent de faire demi-tour. Sa curiosité la poussait toujours trop loin et à sa connaissance, il n'existe pas de médicaments pour soigner cette chose. Elle se mit à courir.

Se concentrant sur sa courte discussion avec le cerf, son ami de toujours, elle essaya de se rappeler les dernières paroles de l'animal. Il avait dit qu'un prédateur les observait et qu'il était plutôt du genre costaud. Cette phrase la mit en garde et elle ressortit sa lame. L'acier était coupant et elle pourrait facilement blesset son adversaire mais pas de conclusions hâtives. Tout d'abord, elle devait découvrir qui s'était.

Elle traversa rapidement la prairie et arriva sur une plage. La femme s'y trouvait. Lunielle s'avança doucement.

Spoiler:
 


Dernière édition par Lunielle Elwindor le Ven 24 Juin 2011, 13:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
=Aïkologue=

avatar


Nombre de messages : 3675
Métier/Fonction : Conteuse

MessageSujet: Re: Quand deux prédateurs trop dangereux se rencontrent ... [Balsa]   Ven 24 Juin 2011, 03:06

Dévalant d’un pas tranquille la pente qui menait au bord de l’eau, Balsa souriait en coin. Elle avait détaché son regard de la silhouette féminine qui avait attiré son attention. Par pudeur, par respect et surtout pour ne pas provoquer l’affrontement. Parce qu’en tant que lancière, si elle fixait l’inconnue dans les yeux, elle laisserait à penser qu’elle était venue pour se battre. Ce qui n’était pas tout à fait exact.

Cependant qu’elle feignait d’ignorer cette étrange personne, Balsa prenait bien soin de balancer sa queue à sa suite, caressant les herbes sur son passage et équilibrant chaque pas. Car au fond d’elle, la chimère espérait attirer l’attention de l’autre. Dans la solitude qui avait bercée ses derniers jours, elle envisageait une rencontre comme une distraction non négligeable. Et qu’elle que fut l’issue de cette rencontre, la chimère ne manquerait sans doute pas de s’amuser.

Les pieds nus de Balsa quittèrent le sol herbeux et doux pour fouler le sable aux grains irréguliers qui s’étalait sur la rive du lac. Une fois à quelques pas de l’eau, elle s’arrêta net et ne put retenir un coup d’œil dans la direction de l’inconnue. Celle-ci approchait. Doucement certes, ce qui démontrait une grande prudence, mais surement. Bientôt elle serait toute proche et sans doute les langues allaient-elles se tordent dans un souffle que les cordes vocales moduleraient en paroles.

Etait-ce le voyage en compagnie de la neko qui avait redonné à Balsa le gout de la compagnie ? En tout cas, la perspective de parler l’enchantait. Mais que pouvait-elle bien dire au juste à une étrangère ? La chimère lâcha le balluchon tenu par sa main gauche et celui-ci tomba à ses pieds, creusant légèrement le sable. Les yeux tournés vers l’immensité du lac, elle portait toute l’attention de son ouïe aux bruits de pas qui approchaient.

Elle ravala le sourire qui soulevait la commissure de ses lèvres et tourna finalement la tête vers l’autre. Alors elle regarda attentivement… De longs cheveux blonds, des yeux aussi bleus que l’eau devant elles et surtout deux oreilles dont la pointe se glissait entre les mèches dorées. Une elfe, à n’en pas douter. Son accoutrement était un indice supplémentaire car peu d’humaines s’habillaient si légèrement en pleine nature.

Cette créature rappela à Balsa sa rencontre avec Shiya à Reilor, plus de deux lunes avant ce jour. Un nouveau sourire se dessina un instant sur les lèvres de Balsa, alors qu’elle regardait fixement l’elfe qui venait à sa rencontre. La distance entre elles s’amenuisait. Quand elle la jugea suffisamment proche, c’est-à-dire que le dialogue pouvait s’ouvrir sans qu’elles n’aient à forcer leurs voix, la chimère planta sa lance dans le sable, lame vers le ciel, d’un geste sec et ferme.

- Que fait donc une elfe si loin de Rosyel ?
Là était toute la curiosité de la chimère.


_________________
Celui qui ne peut se concentrer sur ce qu'il doit faire n'a pas le droit de parler de ses rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Quand deux prédateurs trop dangereux se rencontrent ... [Balsa]   Ven 24 Juin 2011, 13:57

Lunielle s'avança. La semelle fine de ses cuisardes brunes lui permettait de sentir chaque aspérité du terrain, chaque petit grain de sable inégal. L'immensité du lac s'étirait devant elle, dispersant ses onces claires. Tout semblait calme. La seule chose qui la gênait était l'absence de vent. Elle adorait le sentir sur son visage, dans ses cheveux, jouer avec ses anneaux d'argent. De cette mainère, elle se sentait encore plus libre et en harmonie avec la nature.

Elle avança encore, jusqu'à se trouver assez proche de la femme qui l'observait. Elle portait une tunique pourpre lui arrivant jusqu'aux genoux, avait des traces noires sur le visage comme si c'étaient les marques d'anciennes souffrances et toujours cette queue de panthère qui se balançait derrière elle. Une neko ? Puet-être. Mais elle ne voyait pas ses oreilles. Cela l'étonna. Décidément, cette femme était plus qu'étrange. Elle lâcha son baluchon qui tomba dans le sable et planta la lance, pointe vers le haut. L'elfe s'arrêta. Elle était prête à se défendre, elle ne savait cependant pas si cette femme était ennemie ou amie car elle lui inspirait de la méfiance mais aussi une grande curiosité.


- Que fait donc une elfe si loin de Rosyel ? Demanda soudain la femme.

Cette simple question la désarçonna. Elle s'attendait à tout, sauf à ce genre de questions. Visiblement, cette femme voulait parler. Elle se rassura légèrement mais toujours sur ses gardes, répondit :

-J'ai été bannie et je voyage. Je passais pas loin et je vous ai aperçus. Votre apparence à éveillé ma curiosité, je vous ai donc suivie. Ce n'est pas tous les jours que l'on croise une femme avec une queue de panthère et une lance. Qui se promène seule en plus. Vous ressemblez à une neko et pourtant je ne vois pas vos oreilles.

Elle marqua une pause et observa l'inconnue. Elle ne semblait pas méchante au premier abord. Elle aime beaucoup l'action mais n'a pas envie de combattre maintenant, surtout qu'elle ne possède pas beaucoup d'alcool sur elle. Posant son sac par terre ainsi que son arce enveloppé dans une couverture, elle reporte son attention sur l'inconnue lui faisant face.

-Ce ne sont pas mes affaires, mais que faites vous ici ? Seule, au milieu de nul part.

Elle attendit ensuite que la femme réponde à ses questions, si seulement elle dégnait répondre. Elle pourrait très bien l'ignorer ou même la tuer, la lance était à portée de sa main, mais quelque chose lui disait qu'elle cherchait de la compagnie. Ca tombe bien, elle aussi ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
=Aïkologue=

avatar


Nombre de messages : 3675
Métier/Fonction : Conteuse

MessageSujet: Re: Quand deux prédateurs trop dangereux se rencontrent ... [Balsa]   Ven 24 Juin 2011, 14:44

La question de Balsa avait été toute calculée : son ton, son incongruité et surtout sa neutralité en terme de politesse. Ni de tu, ni de vous, car la chimère préférait attendre de connaître le choix de l’autre et ne voulais l’influencer d’aucune sorte. Tout le temps où l’elfe parlait, elle se taisait, très attentive à chaque mot.

La première phrase semblait honnête et comportait juste l’information pure, sans détails car sans doute les pourquoi et le comment ne regardaient que l’elfe elle-même. La suite fit afficher à Balsa une moue quelque peu dégoutée, déçue même : être suivie et épiée pour sa seule différence physique lui rappelait bien trop de mauvais souvenirs. Depuis toujours les humains posaient sur elle des yeux curieux et envieux, les mêmes qu’ils posaient sur les bêtes de foire.

La chimère faillit se perdre dans des pensées sombres, mais au mot « neko » elle se trouva plus alerte et sourit en biais à la fin de la phrase de l’inconnue. Elle voulut répondre mais se ravisa et retint son empressement. Il ne fallait pas laisser des paroles qu’elle pourrait regretter s’échapper. Elle préférait réfléchir plus avant à la tournure de sa réponse.

Entre temps l’elfe l’avait interrogé à son tour sur la raison de sa présence ici et Balsa nota à quel point cela semblait impoli. Mais qui pouvait-elle blâmer après en avoir fait tout autant ? Elle trouva seulement étrange que l’inconnue, elfe aux bonnes manières qui plus était, ne se soit pas offusquée de la façon dont la chimère l’avait abordée. A moins que ce « ce ne sont pas mes affaires » ai été un sous-entendu piquant relevant l’incorrection dont elle avait fait preuve.
- Je ne suis pas seule.
Elle désigna d’un geste désinvolte la lance dressée à côté d’elle.
- Je suis venue m’entrainer quelque peu.

Elle posa ses yeux sur l’objet et caressa du bout du doigt le métal étincelant de sa lame. Enfin sa lame, celle qu’elle avait dérobée à ce fichu lancier qu’elle n’avait même pas vaincue de ses propres mains. L’arme aurait du revenir à Kaleya mais celle-ci avait ses dagues personnelles. Seule restait maintenant l’amertume qui serrait le cœur de la chimère et remontait à sa gorge un gout de défaite insupportable. La faiblesse était pour elle la pire des choses.

Serrant à présent son poing autour du manche en fer peint, elle dut faire un effort pour chasser cet énervement de son esprit. Elle revint à la réalité et fixa à nouveau l’inconnue, reprenant sur ce qu’elle avait voulut dire un instant auparavant.
- On vous aura mal renseigné sur les nekos, tous n’ont pas d’oreilles animales… Si vous connaissez leur origine, et la foule d’idées farfelues qui peuvent traverser l’esprit d’un homme, vous comprendrez.
Un instant Balsa se tut, laissant répondre l’autre si elle le désirait. Puis elle lâcha une autre question qui lui brulait les lèvres :
- Vous connaissez d’autres exilés de votre espèce qui vivent sur cette île ?


_________________
Celui qui ne peut se concentrer sur ce qu'il doit faire n'a pas le droit de parler de ses rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Quand deux prédateurs trop dangereux se rencontrent ... [Balsa]   Ven 24 Juin 2011, 21:13

Pendant qu'elle parlait, la jeune femme la regardait d'un regard absent, comme si elle ne l'écoutait qu'à moitié. Elle ne focalisa pas son attention sur ce détail. Enfin, quand elle eut finie, l'inconnue la regarda droit dans les yeux et dit :

-Je ne suis pas seule. Je suis venue m'entrainer quelque peu.

Lunielle se rassura. Ainsi donc, elle parlait de sa lance. Pendant un instant, elle avait cru que d'autres personnes étaient embusquées, se cachant non loin. Elle chassa vite cette idée, de toute façon, elle les aurait entendu. Soudain, le femme caressa la lance puis la saisit à pleine main en la serrant, comme si des souvenirs doulereux faisaient surface dans sa mémoire.

- On vous aura mal renseigné sur les nekos, tous n’ont pas d’oreilles animales… Si vous connaissez leur origine, et la foule d’idées farfelues qui peuvent traverser l’esprit d’un homme, vous comprendrez.

Ainsi donc la jeune femme n'était pas une neko. Elle n'était pas non plus humaine ... Une petite idée germa dans sa tête mais elle la rangea dans un coin afin de se concentrer sur les paroles de l'inconnu. Elle se tut, attendant visiblement que l'elfe lui réponde mais celle-ci se contenta de faire la moue. Elle avait rencontré peu de neko et tous avaient des oreilles. Ses rencontres n'étaient visiblement pas universelles. Soudain, la femme lui posa un question intéressante.

- Vous connaissez d’autres exilés de votre espèce qui vivent sur cette île ?

Elle soupira. Elle en connaissait oui, du moins en avait connus mais n'avait absolument aucune idée de ce qu'ils avaient pu devenir. Des souvenirs remontèrent dans sa tête. Les instants joyeux qu'ils avaient passés. Toutes les fois où ils avaient dormis à la belle étoile autour d'un feu de camp, tout près d'une rivière ou d'un cour d'eau. Les batailles mémorables auquelles ils avaient participés. Les fou rires qu'ils avaient eu, les purs moments de passion aussi. Et puis le passé de chacun avait resurgit, brisant en éclats ce doux rêve éphémère. Pourtant, ils avaient réglés les problèmes, ensemble comme une véritable équipe. Ils étaient une famille, autrefois. Jusqu'au jour où ce conflit débile et complètement inutile a éclaté.

Elle versa une larme unique en repensant à ces instants. Puis se ressaisit, ne voulant pas que l'inconnue voit sa faiblesse.


-Nous étions 6 avant. Un loup-garou, un humain, un ange, une sirène, une vampire et moi-même. Nous formions un groupe de combattants et notre voyage de découverte du monde nous a conduit sur cette île. Un conflit a éclaté au sein du groupe et l'un des membres en est mort. Depuis, nous ne nous sommes pas revus. Je ne sais absolument pas ce qu'ils sont devenus. C'était il y a treize ans.

Elle fit une pause afin de reprendre son souffle et voyant que l'attention de la jeune femme lui était toujours acquise, elle continua.

-Ils ont du quitter l'île, je pense. Moi-même, je ne suis de retour ici que depuis trois ans seulement.

Puis elle regarda l'inconnue et attendit patiemment une réponse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
=Aïkologue=

avatar


Nombre de messages : 3675
Métier/Fonction : Conteuse

MessageSujet: Re: Quand deux prédateurs trop dangereux se rencontrent ... [Balsa]   Dim 26 Juin 2011, 01:50

L’inconnue mit un moment pour répondre à Balsa. Le temps qu’une larme naisse au coin de son œil, puis elle tenta d’effacer la tristesse qui teignait son visage. Il sembla pourtant que sa voix tremblait. L’elfe se mit à parler d’un groupe, celui de son passé. La variété de races qu’il comportait étonna fortement la chimère. Comment pouvaient s’entendre un vampire et un loup-garou ? avec un ange qui plus était ?... Leur lien devait être fort et l’expérience des créatures de la nuit suffisamment longue pour retenir leurs instincts meurtriers.

Tout cela avait mal finit, ce qui était d’une pure logique aux yeux de Balsa. Cette dernière ne comprenait pas la conclusion de l’elfe. En quoi avait-elle répondu à sa question ? Elle n’avait mentionné aucun autre membre de son espèce. Après une courte pause, elle finit en évoquant son retour sur l’île, trois ans auparavant.

La chimère ne regardait pas directement son interlocutrice. Elle préférait jouer à faire glisser ses doigts sur le tranchant de la lame. Ce dernier était abîmé et seul un bon forgeron saurait lui rendre son efficacité originelle. Seulement les artisans de qualité étaient rares, surtout en pleine campagne. Ce furent ses pensées qui accompagnèrent l’écoute de Balsa. Quand le silence se fut installé depuis plusieurs secondes, elle tourna son regard vers l’elfe.

- Voici une façon de me répondre bien étrange… Mais soit, je vous entends.

Un petit sourire se dessina un instant sur les lèvres de Balsa. Elle gratta de son pied le sable encore humide sur lequel elle se tenait. Quelques grains collèrent à sa peau quand elle décrivit un arc de cercle de la pointe de l’orteil, se tourna presque face à l’elfe. Elle enroula sa main droite autour de la lance, à la moitié de sa hauteur et sortit l’arme du sol.

- Un groupe de combattant hein ? Je me demande bien quels intérêts peuvent défendre une telle variété de personnages.

De son pied jusqu’alors resté immobile, la chimère poussa le petit baluchon sur le côté. Puis d’un geste mesuré elle fit décrire à la lance un demi-tour qu’elle prolongea d’un mouvement circulaire au-devant d’elle. Elle changea l’arme de main et effectua le même mouvement. Elle saisit finalement la lance à deux mains et ses yeux brillèrent au moment où elle pointa la lame en direction de l’elfe.

- Dommage que vous ne soyez pas restée une guerrière…
Cependant Balsa leva l’extrémité de son arme et reprit :
- C’est vrai je n’en sais rien. Alors je vais vous le demander autrement, qu’avez-vous fait de ces trois dernières années sur Lan Rei ?

L’elfe allait-elle cette fois aussi répondre à demi-mot, dérivant sur des sujets personnels ? Accepterait-elle simplement de répondre ? Il y avait tant d’autre possibilités. Ne pas savoir quelles réactions ses mots déclencheraient dans l’esprit de l’inconnue amusait grandement la chimère. Si ce que l’autre disait était la vérité, et tout portait à le croire, quel était le but de cet échange ? Elles n’étaient pas à la taverne, et les dieux seuls savaient à quel point Balsa haïssait ces endroits. Il n’aurait plus manqué qu’un verre d’alcool.

Restait alors la provocation. Venue ici pour s’entraîner, la chimère ne pouvait espérer mieux qu’un adversaire potentiel. Ses muscles parés à la détente, son regard rivé sur l’elfe, elle était tout à fait sur ses gardes. Peut-être que rien n’arriverait, tout dépendait du caractère de l’autre.


_________________
Celui qui ne peut se concentrer sur ce qu'il doit faire n'a pas le droit de parler de ses rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Quand deux prédateurs trop dangereux se rencontrent ... [Balsa]   Dim 26 Juin 2011, 14:01

Elle en posait beaucoup de questions, l'inconnue. Comme si elle cherchait à percer les pensées de Lunielle. Bien sûr qu'elle n'avait répondue qu'à demi, laissant l'inconnue sur sa faim. Elle ne tenait pas à lui révéler l'intégralité de l'histoire mais juste à éveiller sa curiosité. Et visiblement, ça marchait de mieux en mieux.

Soudain, la femme saisit la lance à pleine main, la sortit du sol et la pointa en direction de l'elfe. Celle-ci fit un bond en arrière. L'inconnue n'arrivait visiblement pas à comprendre pourquoi le groupe avait été aussi soudé. Bien entendu, elle n'avait pas toutes les clés en main pour le comprendre. Elle décida de ne pas lui répondre, préférant la laisser dans l'obscurité sur ce sujet.

Elle releva la pointe de la lance et fit un commentaire sur son statut d'ancienne combattante. Elle avait été une guerrière mais l'expérience qu'elle avait tiré des combats était encore très présente dans sa mémoire, sur son corps et dans ses gestes. Si la femme pensait la vaincre comme ça ... Soudain, l'inconnue rompit encore une fois le silence avec une énième question.


- C’est vrai je n’en sais rien. Alors je vais vous le demander autrement, qu’avez-vous fait de ces trois dernières années sur Lan Rei ?

Elle ne manquait pas de cran ! Elle venait de lui révéler une partie de sa vie et elle ne savait presque rien sur la femme qui lui faisait face. Il semblait qu'elle n'allait pas en apprendre beaucoup. Elle allait lui répondre, mais pas tout de suite. Puisque visiblement, la jeune femme penchait plutôt pour l'affrontement, elle allait devoir lui tenir tête. Quitte à mourir ici, elle n'avait pas l'intention de se faire tuer facilement. Elle recula encore, sortit une petite fiole de son sac et le lança ensuite au loin. Ses gestes étaient rapides. La fiole contenait un liquide transparent, comme si c'était de l'eau. Elle la vida d'un seul coup saisit son arc et le découvrit. La couverture grise tomba sur le sable.

D'un geste tendre, elle caressa le bois lisse, les formes vertes représentants la nature et les formes argentées resprésentants les animaux. L'arc frémit entre ses doigts. Il était content, enfin de l'action !


-Doucement, Bèll' Bètt, lui murmura-t-elle.

Elle encocha une flèche dont les plumes étaient bleues et visa la femme prête à tirer. L'inconnue avait sa lance, l'elfe avait son arc. Elle était prête à défendre chèrement sa vie, mais le sentiment agaçant que la femme la testait était de plus en plus présent en elle. Elle ne voulait pas la combattre, mais si son adversaire ne lui laissait pas le choix ...

Elle dégna enfin répondre à la question posée quelques minutes auparavant.


-Vous me posez beaucoup de questions et ne répondez que très rapidement aux miennes. Mais soit, je vais vous répondre. Ces trois dernières années, j'ai parcouru une bonne partie de cette île en quête de vengeance. J'ai combattu, tué, menacé. Il n'y a pas longtemps, je suis entrée dans un équipage mais les réparations à faire sur le navire sont plus qu'urgentes et j'ai, pour ainsi dire, quelques jours de repos. J'avait donc décidé de me promener un peu ...

Elle attendit patiemment que l'inconnue réagisse. Quelque chose lui disait que deux des prédateurs les plus dangereux du monde se trouvait sur cette plage. La suite allait être intéressante ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
=Aïkologue=

avatar


Nombre de messages : 3675
Métier/Fonction : Conteuse

MessageSujet: Re: Quand deux prédateurs trop dangereux se rencontrent ... [Balsa]   Dim 26 Juin 2011, 15:56

Chatouillement, titillement, agacement. Elle y était : après avoir encaissé quelques déblatérations provocants, l’elfe s’éloigna d’un pas rapide. La chimère afficha une expression des plus déçues, restant immobile à observer l’autre. Comme l’elfe n’avait encore rien dit, mais qu’elle ne fuyait pas vraiment, la chimère comprit qu’elle se préparer à se battre, prenant ses précautions. Intelligente donc… Fronçant les sourcils, Balsa tenta de distinguer ce que l’autre faisait : jeter son sac au loin, boire de grandes lampées et enfin sortir son arc.

Rien de tout cela ne paraissait bien censé, mais la chimère avait apprit que parfois les forces viennent de détails insignifiants. Aussi le fait que celle qui se dessinait comme son adversaire soit une elfe impliquait une possible connaissance de certaines branches du domaine magique. Il fallait rester sur ses gardes et ne pas foncer tête baissée. L’étrange inconnue plaça une flèche prête à la décocher, après avoir remué ses lèvres vers le bois de son arc. Le visage déjà très fermé de Balsa se fit encore plus sombre et elle remua la tête de gauche à droite.

Toute cette mise en scène faisait bien trop sérieuse pour un simple entraînement. L’elfe était prête à se battre et ce ne serait pas un jeu. En restant à distance, et si elles n’en venaient pas à quitter ce décor ouvert, elle avait ses chances. Enfin celles d’abîmer la chimère, pas de vaincre, dans l’esprit de Balsa. Celle-ci ne savait plus trop comment réagir, l’attitude de l’autre n’était plus vraiment amusante… jusqu’à ce qu’enfin elle parle de nouveau.

Tressaillement, vibration, explosion. Les lèvres de la chimère s’ouvrir largement pour laisser échapper un rire sonore. C’était assez rare que son hilarité atteigne ce point là. Mais l’inconnue face à elle était distrayante après tout. Le jeu quel qu’il fut plaisait à Balsa : le regard froid de l’elfe, sa détermination, son empressement… Quel âge avait-elle ? La chimère enfouit cette question, la gardant peut-être pour la suite. Mais pour le moment, il y avait plus intéressant à répliquer.

- Vous avez vraiment… répondu ! Si j’ose encore vous posez une question, ça serait : pourquoi ? Ha ! Ha !
La chimère se ressaisit un peu. Son rire se changea en un sentiment de légèreté et laissa pour seul trace visible un sourire barrant le visage de Balsa sans jamais s’effondrer.
- Et vous dites que je n’ai pas répondu à vos questions, mais lesquels au juste ?
Fouillant rapidement sa mémoire immédiate, il ne semblait même pas qu'il y ait eu une seule question posé à son endroit…
- Haaa si, quand vous me demandiez ce que je faisais là ? Mais j’ai répondu, je m’entraîne !
Un dernier soubresaut souleva la poitrine de Balsa.
- D’ailleurs, je pensais qu’en tant que guerrière, vous profiteriez de l’occasion pour évaluer votre force face à un adversaire inconnu… Mais avec l’arc qu’apprendrez vous de plus en me visant qu’en visant un bête ? Autant chasser, la pratique apporte plus d’expérience.

La réalité était sans doute que Balsa trouvait inintéressant au possible d’affronter un archer. Ceux-là étaient des assassins efficaces, cependant leurs atouts étaient la discrétion, la surprise et la précision. Trois choses qui, maintenant que les adversaires se faisaient face, n’étaient plus que du vent. Le sourire toujours aux lèvres, la chimère resta où elle était. Et lentement elle point à nouveau le bout de sa lame en direction de l’elfe. Elle ne ferait pas le premier mouvement, non. C'était tellement plus amusant de regarder l'autre attaquer d'abord.


_________________
Celui qui ne peut se concentrer sur ce qu'il doit faire n'a pas le droit de parler de ses rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Quand deux prédateurs trop dangereux se rencontrent ... [Balsa]   Dim 26 Juin 2011, 17:04

La femme se moquait vraiment d'elle. Par une suite de questions bien placés, elle venait de l'humilier ! Elle se mit à rire, continuant de parler et voilà qu'elle se moquait de son arc. C'est vrai que, des deux armes, c'était la lance qui avait le plus de chances de s'en sortir mais il faut jamais sous-estimé une personne qui a plus d'un siècle d'expérience. Elle en avait vu des combats, oh oui, mais jamais n'avait combattu un adversaire de ce genre. Elle sourit intérieurement. Elle allait pouvoir se mesurer, en face à face, le visage fermé de l'inconnue indiquant clairement ses intentions.

Elle semblait vouloir s'amuser comme si les quelques paroles échangés ainsi que les gestes, comme si tout ça n'avait été qu'un jeu. L'elfe aimait jouer, elle aussi et plus l'adversaire était coriace et rusé, plus c'était amusant. Surtout que le fait que l'inconnue se moque si ouvertement d'elle, ne faisait qu'augmenter petit à petit la rage qui couvait en elle. Elle connaissait très bien cette sensation pour l'avoir ressentie à maintes reprises. Cette colère qui couvait allait peu à peu se transformer en force pure. C'était aussi le but de la fiole qu'elle venait de boire.

Un sourire sadique flotta sur ses lèvres. Oui, cette potion étrange qu'elle avait bu était la clé de sa réussite. Un mélange très concentré de rhum, de vodka pure et d'essence de mûre, tout ça mélangé dans des proportions calculés très précisement, avec aussi, quelques gouttes d'une autre potion elfique. Un mélange explosif très efficace sur l'elfe. Elle était la seule à pouvoir le supporter.

Elle fonctionnait bizarrement, c'est vrai. Son organisme pouvait supporter une impressionnante quantité d'alcool. Elle le calculait en pourcentage. Il ne fallait absolument pas que ce chiffre dépasse 99%. Chassant les images affreuses de ce qu'il était arrivé dans ce cas-là, elle se remémora toutes ses prises d'alcool de la journée et calcula. Le résultat l'enchanta. Elle était à 70%. Pas mal, mais peut-être insuffisant pour ce combat.

L'alcool a un drôle d'effet sur elle. Il augmente énormément ses réflexes, sa rapidité et sa force, ainsi que les réserves naturels de "magie". Elle ne connaissait pas beaucoup de sorts, pour ainsi dire, mais en connaissait des puissants. Ils lui seront, par contre, sûrement inutiles face à la femme et à cause du terrain sur lequel elles se trouvaient.

Cessant de réfléchir, elle se contenta de se concentrer sur son adversaire. Visiblement, celui-ci attendait qu'elle fasse le premier pas. Soit, puisqu'il le demandait si gentimment.

Bèll' Bètt frémissa dans ses mains. L'arc avait hâte de tirer cette flèche. Ca faisait longtemps qu'elle n'avait pas fait un combat aussi sérieux que celui-ci. Souriant encore plus, elle plongea la main dans son carquois et en retira deux autres flèches aux plumes bleues, les plaça sur la corde et banda son arc. Maintenant elle était prête à tirer ces fameuses flèches "aller-retour". Elle les adorait. L'arc était visiblement ravi de son choix et se raidit, attendant que son propiétaire tire.

Les yeux de Lunielle analysèrent vite la situation. La femme était sur ses gardes et sa lance était toujours levée. La première flèche ne passera pas, la deuxième pas sûr mais la troisième oui. Elle relâcha d'un seul coup la corde et les trois flèches partirent très vite, sans un bruit. L'elfe observa la réaction de la femme et sa technique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
=Aïkologue=

avatar


Nombre de messages : 3675
Métier/Fonction : Conteuse

MessageSujet: Re: Quand deux prédateurs trop dangereux se rencontrent ... [Balsa]   Dim 26 Juin 2011, 17:59

La provocation avait atteint son paroxysme. L'elfe semblait a savourer tout autant qu'elle la subissait, alors qu'un sourire mauvais tendait ses zygomatiques d'un air des plus mauvais. Où étaient passées la sagesse, le sang-froid et le stoïcisme de son peuple ? Ainsi donc tous les elfes n'étaient pas aussi calmes et prudents que les livres voulaient bien le laisse croire. Celle-ci au moins, ainsi que Shiya qu'elle avait rencontré à Reilor, avait un caractère bien plus sanguin, mais enclin à la réflexion et à la mesure que ce qu'imaginait la chimère.

A quelques mètres de Balsa se tenait son adversaire qui, tout bien pensé, plaça deux flèches supplémentaire sur la corde de son arc. Au moins ses munitions s'épuiseraient plus vite, mais l'esquive sur laquelle comptait la chimère serait plus difficile à exécuter. L'instant interminable dans l'attente de la première attaque se suspendit et le silence n'était rompu que par les bruits de la nature dans laquelle les combattantes se jaugeaient du regard.

Enfin les doigts de l'elfe se desserrèrent et les projectiles fusèrent dans la direction de Balsa, s'écartant à peine l'un de l'autre, formant un ligne de trois points menaçant de percer la peau dorée de Balsa. Celle-ci se rua en avant, le coin de son sourire remonté sur la droite. Un pas sur la gauche, elle trancha l'air devant elle et dérouta deux des flèches envoyées. L'une fut même brisée en deux, tandis que l'autre allai plonger dans le lac. La troisième vint se planter dans le tissu pourpre au dessus du genoux droit de la chimère.

La sensation était désagréable, mais dans le feu de l'action, la douleur procurait un afflux d'adrénaline supplémentaire plus qu'elle ne ralentissait. Une flèche d'ailleurs ne pouvait à elle seule stopper la course d'une chimère à la résistance lycanne. Et puis, il fallait profiter de cet instant. Entre deux tirs, il y avait un blanc pendant lequel l'elfe devrait sortir de nouveaux projectiles et les mettre en place. Ce faisant elle se rendrait vulnérable. A moins qu'elle ne choisisse de reculer pour prendre son temps...

Mais la chimère était rapide et déjà presque au niveau de l'autre. La lame de sa lance en avant, elle voulait ne pas laisser le temps à l'autre de recharger. Elle piquerait, planterait le métal étincelant à droite et à gauche, sans forcément bien viser, juste pour occuper son adversaire à l'esquive.

Seulement un chose inattendue se produisit. Une douleur vive saisit Balsa dans le dos, au niveau de son omoplate gauche. Réflexe soudain, elle bondit en arrière, et lâcha l'une de ses mains de son arme pour la passer au niveau du point brulant. Une flèche se trouvait plantée là. Comment pourquoi ? Se retrouvant à bonne distance, la chimère ruminait, fixant l'autre avec un regard des plus mauvais :

- Un ami à toi qui se terre pour mieux frapper dans le dos ? C'est assez lâche... Mais bien joué.

Bien entendu, Balsa était dans le faux. Et sa vision des choses compromettait bien plus l'issu du combat que la réalité. Il ne s'agissait par contre plus de temporiser la situation. Dans un nouvel assaut, la chimère mit cette fois toute sa rage, avec la ferme intention de toucher au moins un fois l'autre. Bondissant d'un côté puis de l'autre, elle finit par sauter en hauteur pour atterrir au niveau de l'elfe, inscrivant un mouvement de rotation horizontal dans ses bras. La lame fendit l'air...

A ce moment, qu'importait la douleur d'une pique ou deux dans sa chair, les flèches ne trancheraient pas comme des lames. La probabilité qu'une traverse le corps de part en part ou atteigne un organe vital était faible. D'ailleurs, l'inconnue aurai-elle simplement le temps de préparer une nouvelle attaque ?



_________________
Celui qui ne peut se concentrer sur ce qu'il doit faire n'a pas le droit de parler de ses rêves.


Dernière édition par Balsa le Lun 27 Juin 2011, 15:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Quand deux prédateurs trop dangereux se rencontrent ... [Balsa]   Lun 27 Juin 2011, 12:17

Elle était forte l'inconnue. Sa première avait été coupée net en deux. Ca, elle s'en était douté. La deuxième fut détournée. Lunielle eu un sourire cruel. Son adversaire ne se doutait pas encore du petit tour qu'elle lui prépare. La troisième flèche, cependant, se planta juste au dessus du genou de son adversaire. Cela ne l'arrêta pas pour autant. L'inconnue semblait ignorer la douleur. L'elfe savait bien que la flèche n'allait pas l'arrêter, elle aurait été déçu si ça aurait été le cas. Elle voulait juste savoir si elle était capable de toucher son adversaire ou si celle-ci était capable d'esquiver les trois traits.

La femme courait toujours et se raprochait à grands pas. Soudain, la deuxième flèche, celle qui avait été déviée, se planta dans son omoplate gauche. La femme sembla surprise, elle ne s'attendait visiblement pas à se prendre un attaque par derrière.


- Un ami à toi qui se terre pour mieux frapper dans le dos ? C'est assez lâche... Mais bien joué.

L'elfe ne répondit pas. Elle n'allait pas perdre de temps en vaines paroles. L'inconnue ne s'était pas rendue compte que Lunielle était toute seule. Jamais elle n'attaquerait par derrière un adversaire qui n'est pas sur ses gardes. Elle aussi trouvait ça lâche mais préféra ne rien ajouter.

La femme bondit soudain en l'air, prête à descendre sa lame mortelle sur l'elfe qui, malgré sa vitesse, n'aurait pas le temps d'encocher une nouvelle flèche et il lui aurait été difficile de la tirer vu la proximité de son adversaire. Elle jeta donc son arc sur le côté, pas trop loin cependant mais pas assez près pour pouvoir le récupérer tout de suite. Elle fit ensuite une roulade sur le côté gauche. La lame déchira un pan de sa veste verte. Elle jura tout bas. Elle allait encore devoir se racheter des vêtements.

Heureusement, la lame n'avait pas touché la peau mais ce n'était pas passé loin ! Dans sa roulade, elle avait sortie une lame de dix centimètres. Elle se plaça presque à quatre pattes, les genoux fléchit, la lame en avant tournée face au ciel. Elle sourit, l'alcool commençait à faire effet. Elle voyait clairement son adversaire et surtout les points déjà blessé. Si elle réussissait à atteindre un autre point, mais sans tuer la femme pour autant. Elle avait l'intention de l'immobiliser, comme elle faisait à chaque fois en duel si l'adversaire qui lui faisait face méritait de vivre.

Elle s'amusait bien. La situation prenait une tournure intéressante. Sa lame pourrait repousser la lance pendant un temps mais pas indéfiniment. Alors le combat venait à peine de commencer et les deux adversaires étaient encore pleins de ressources. D'un mouvement rapide et précis, elle se jeta sur son adversaire, visa l'autre genoux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
=Aïkologue=

avatar


Nombre de messages : 3675
Métier/Fonction : Conteuse

MessageSujet: Re: Quand deux prédateurs trop dangereux se rencontrent ... [Balsa]   Lun 27 Juin 2011, 16:22

L’elfe regarda sans dire mot Balsa bondir en arrière et la féliciter de la fourberie qu’elle n’avait pourtant pas utilisée. La chimère était pourtant persuadée que son adversaire n’était pas seule et attendait presque la prochaine flèche décoché par l’archer inexistant. Mais une chose à la fois, et la priorité était de mettre hors d’état de nuire l’elfe silencieuse et immobile. De plus, en restant suffisamment proche d’elle, Balsa espérait que l’autre archer n’oserait tirer en direction de son amie.

Alors qu’elle bondissait sur l’inconnue, la chimère vit celle-ci esquiver d’une roulade sur sa gauche. Mais autre chose avait attiré son attention… La lame frappa vivement le sol, s’enfonçant de quelques centimètres dans le sable, soulevant au passage quelques grains. Un bout de tissu retomba doucement à côté de sa frappe, dessinant une moue déçue sur les lèvres de Balsa. Mais quand elle se redressa elle put enfin jeter un coup d’œil sur le côté. Sa moue se transforma en un large sourire, qui s’ouvrit sur un rire nerveux :

- Ha ! Ha ! Ha !

Nouvelle moquerie, quoiqu’elle put paraître bien prétentieuse. En effet, une tache de sang s’élargissait sur le tissu déjà pourpre dans le dos de Balsa. Son genoux lui, n’était qu’éraflé mais… Le second manqua d’être frappé par un lame courte que l’elfe avait glissé sournoisement jusque là. Seulement l’elfe en lieu et place de l’articulation visée trouva le plat d’une lame étincelante devant son nez. Repoussant ainsi son adversaire au plus loin, la chimère en était revenue à la réalité.

Alors quand la distance entre elles fut imposée par toute la longueur de la lance, Balsa bondit jusqu’à l’endroit où l’arc avait atterrit. Sans attendre un instant de plus, craignant l’attaque d’un second archer parce qu’elle s’éloignait de l’elfe, elle balança sa lance de haut en bas, venant fracasser l’arme qui éclata en au moins quarte morceaux de bois déchirés. La corde se détendit d’un coup et vint claquer sèchement dans l’air.

- Parfait !

La chimère se tourna alors vers l’elfe. Elle s’étonnait de plus en plus de ne pas avoir reçu de flèche supplémentaire. L’angoisse qui naissait de cette attente infinie d’être à nouveau touchée se fit goutte de sueur perlant sur son front. En dehors de cette perle craintive, le visage de Balsa exprimait une pleine satisfaction.

- Je suppose que c’est maintenant que le jeu commence…

D’une lame courte ou d’une lance, la lance avait la plus longue portée. Quand Balsa revint à la charge, se fut uniquement pour titiller l’elfe de bout de sa lame. Elle ne s’avançait jamais trop, gardant la juste distance pour pouvoir frapper sans être frappée, effectuant plusieurs mouvements sans prendre de pause. Elle balayait l’air devant elle d’un arc de cercle meurtrier, reculait le temps de faire changer de direction à la lance puis avançait pour trancher tantôt verticalement, tantôt obliquement, tantôt horizontalement.

Atteindre l’ennemie n’était pas le but premier. Le désarmer non plus, car quelle menace pour Balsa qu’une dague courte ? La chimère ne cherchait pas non plus à trouver l’hypothétique archer, elle se demandait même ce que celui-ci faisait et si seulement il était toujours là. Peut-être un de ces « justiciers » qui s’était enfuit après avoir conclut qu’il ne servait à rien. Mais ces soucis seraient pour plus tard. Car en ce moment même, alors que la lance se promenait de droite à gauche et de haut en bas devant la chimère, celle-ci exultait. Le jeu se simplifiait, mais les règles devenait plus amusantes : épuiser l’adversaire, frappant jusqu’à déclencher l’erreur qui signifierait sa fin.


_________________
Celui qui ne peut se concentrer sur ce qu'il doit faire n'a pas le droit de parler de ses rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Quand deux prédateurs trop dangereux se rencontrent ... [Balsa]   Lun 27 Juin 2011, 17:07

L'arc se brisa en quatre. Lunielle était bouche bée de stupéfaction. L'inconuue venait de réduire Bèll' Bètt à l'état de bouts de bois disparates ! Ses mains commencèrent à trembler. Bèll' Bètt, son allié de toujours, qui savourait les combat autant qu'elle. Il avait toujours été auprès d'elle, pas une seule fois ile ne lui avait fait faux bond. Jamais.

Quand l'inconnue avait abaissé sa lance, l'elfe avait senti l'arc frémir. Elle regarda son cadavre. Les parures d'argent étaient abîmés, les formes vertes et grises réduites en morceaux et le bois lisse et brillant arrachés et coupés grossièrement. Le premier sentiment qui l'assaiya fut de la tristesse. Il était en très piteux état et ella avait peu de chances de le réparer à l'identique. Le deuxième sentiment fut la colère. Cette rage qu'elle couvait depuis le début, s'efforcant de la calmer, venait de resurgir dans un lion féroce. Elle serra la fine lame dans sa main droite et en sortit une autre qu'elle saisit avec la main gauche.

L'inconnue allait payer ...

La femme se mit à rire à gorge déployée comme si elle savourait pleinement son meurtre. Cela ne fit qu'augmenter la rage de Lunielle. Elle tenta de se calmer, en vain, rien de pouvait arrêter le lion impitoyable qui rugissait en elle et réclamait vengeance du sang de son ennemi. Elle avait juste voulu combattre l'inconnue, histoire de voir qui des deux femmes étaient la plus forte. Cette résolution se transforma rapidement en un appel au sang. Et elle ne pouvait l'ignorer.

L'inconnue allait mourir de sa main, ici sur cette plage au bord d'un lac. Son visage se ferma, toute trace d'amusement ou de sourire disparut de ses lèvres et ses yeux devinrent aussi froids que la glace. Elle était vraiment décidée à la tuer. Coûte que coûte. Même si elle devait y laisser la peau, elle se jura de prendre la vie de cet adversaire.

Soudain, la femme attaqua par une succession de mouvements latéraux et horizontaux avec sa lance. Elle ne s'approcha pourtant pas, comme si elle cherchait à garder ses distances. Elle se protégeait, bien entendu et en maintenant ce espace entre elles, elle pouvait agir à sa guise en utilisant la longue portée de son arme. Elle esquiva facilement ses attaques, comme si la soif de sang et vengeance lui avait redonné de l'énergie. L'inconnue avait une blessure sérieuse dans le dos mais celle sur son genou était minime. Du moins insuffisante pour la gêner, l'elfe le voyait bien à ses mouvements.

Les deux lames identiques qu'elle tenait ne faisaient pas le poids face à la lance, mais au moins, elle gagnait un peu de temps. Sans s'en rendre compte, quand sa colère était montée, sa magie devenait plus puissante aussi comme si les esprits de la nature qui l'habitaient, comme ils habitaient tous les elfes, voulaient eux aussi se venger. Une légère brise se leva aux pieds de l'elfe. On la nommait "chevaucheuse du vent et de la nuit", l'un de ces deux éléments allait pouvoir lui servir.

Un vent fort se leva soudain, ébourrifant les deux adversaires. Lunielle ne quittait pas l'arme de son adversaire des yeux. Soudain, la lance traca un trait de feu sur sa cuisse droite, juste en dessous de sa jupe. Son sens de l'analyse atteignait son maximum. Jamais encore elle n'avait vu avec autant de clareté les points faibles de son adversaire. Utilisant les quelques secondes d'inattention de la femme, elle attaqua, visant le genou blessé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
=Aïkologue=

avatar


Nombre de messages : 3675
Métier/Fonction : Conteuse

MessageSujet: Re: Quand deux prédateurs trop dangereux se rencontrent ... [Balsa]   Mar 28 Juin 2011, 00:32

Des flammes brillaient dans les pupilles de l’elfe. De colère, d’impuissance, de rage. Le désespoir luisait avec une virulence sans nom qui ravit Balsa. Elle était parvenue à rendre son assaillante aussi confuse qu’elle le souhaitait. L’autre, semblant tout aussi brisée que son arc, parut plus déterminée que jamais à remporter le combat. Et n’était-ce pas une lueur meurtrière qui scintillait dans le bleu de ses yeux ?

Balsa s’enivrait de sa puissance et de sa réussite : le combat prenait une tournure des plus sérieuses. Car si l’autre se jetait sur elle avec l’intention de mettre fin à ses jours, alors il n’y avait plus de raison de retenir ses coups. Enfin… retenir son coup, car elle voyait maintenant l’issue du combat approcher à grands pas. Cette pensée la déçue un peu. Quand elle avait vu l’archère lui faire face la première fois, elle avait cru que le combat durerait d’avantage et la changerait de ses habitudes. Au final l’entrainement n’avait rien de nouveau, surtout à présent que l’inconnue se battait à la manière de Kaleya.

L’elfe qui avait choisit l’esquive ne pouvait pas s’en contenter, l’envie de tuer en elle était trop palpable. Elle préparait une attaque à n’en pas douter. Enfin, pensa Balsa, qui sentait la fatigue s’insinuer dans ses bras maniant vivement la lance. Tous ses mouvements dans le vide réclamaient de l’énergie physique, et celle-ci s’épuiserait au bout d’un moment. La chimère stoppa un instant ses frappes frénétiques quand elle vit passer l’une de ses mèches devant ses yeux. Elle sentit un filet d’air froid sur ses pieds nus et comprit que quelque chose arrivait.

Elle porta alors son regard sur l’elfe, les prédatrices se fixaient intensément, et un vent violent vint bientôt secouer ses cheveux en tout sens. Heureusement pour elle, Balsa gardait les siens attachés et elle ne plissa les yeux par réflexe qu’une seconde. Quand elle ouvrit les paupières la seconde d’après, l’elfe était à son niveau, ayant passé la barrière protectrice de la lance. Très près du sol, elle comptait sans doute atteindre une jambe de Balsa pour réduire ses mouvements. Tactique intelligente, mais qui ne risquait pas de tuer la chimère.

Celle-ci d’ailleurs ne pensait pas aux risques, ni à ses blessures, ni aux intentions de son adversaire. Parce que dès l’instant où elle l’avait entre-aperçue venant pas le bas, la chimère avait relâché l’étreinte de ses doigts et les muscles de ses jambes. La lance tomba doucement tandis que Balsa portait ses deux mains en direction des avant-bras nus de l’elfe.

La lame d’argent pénétra le haut de la cuisse de Balsa, comme elle s’était baissée, et au moment même du contact elle sut qu’elle n’aurait même pas eu besoin d’attraper l’elfe. Cependant ses mains étaient déjà lancées et leur accroche ne rendrait son coup que plus efficace. Un courant électrique terrible, mordant et paralysant diffusa depuis le corps chimérique, se riant du métal de la lame pour parcourir à sa suite la chair de l’assaillante. Le rayonnement foudroyant ne cessa pas, d’autant que les paumes ouvertes s’accrochèrent autour du poignet de l’elfe, leur infligeant la décharge finale.

Les yeux brillant de joie, le visage de Balsa se tordait sous la douleur qu’elle ressentait au passage de l’électricité, mais son sourie était toujours aussi marqué. Frappe finale, attendue depuis l’instant où elle avait tendue sa lance vers l’inconnue, moment divin. Retrouvant son souffle après le choc électrique, la chimère ramassa sa lance et en pointa l’extrémité tranchante sur le cou de l’elfe en train de retrouver ses esprits.


_________________
Celui qui ne peut se concentrer sur ce qu'il doit faire n'a pas le droit de parler de ses rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Quand deux prédateurs trop dangereux se rencontrent ... [Balsa]   Mar 28 Juin 2011, 12:36

Surprise et douleur. Ce furent les seules choses que son cerveau fatigué venait d'enregistrer. Elle avait touché l'inconnue, ça, elle s'en réjouissait. Cependant autre chose vint la perturber. La femme n'avait pas l'air de souffrir beaucoup, comme si être blessé lui importait peu. La lame d'argent s'était enfoncé dans la cuisse car la femme c'était baissé en lâchant la lance.

Ses yeux suivirent le trajet de la lance tombant sur le sol. C'était comme si le temps avait ralenti. Elle percervait avec netteté toutes les actions mais était ralentis elle aussi, pourtant son sens de l'analyse tournait à plein régime. La lance tomba doucement sur le sol, faisant voler quelques grains de sable. Elle tourna doucement la tête en direction de la femme. Elle vit avec précision celle-ci se baisser, un sourire démoniaque aux lèvres.

Elle préparait quelque chose et avait l'air très sûre d'elle comme si l'issue du combat était évidante. Lunielle ne comprenait pas. Qu'est-ce qu'il y avait de si drôle ? L'inconnue était plus blessé que l'elfe et pourtant ...

Comme elle s'était jeté sous la lance de la femme, elle s'attendait à tomber d'un moment à l'autre et se préparait déjà à recevoir sans dommage la chute quand soudain quelque chose changea. La femme qui tendait ses mains vers elle attrappa son poignet au moment ou la lame entrait dans la chair. Un courant la traversa. L'inconnue dégageait de l'électricité !

Elle la tenait solidement, l'enpêchant de fuir, attendant que son pouvoir mystérieux l'achève. Elle était complètement paralysée. Les décharges violentes n'arrêtaient pas de traverser son corps, encore et encore, la faisant se tordre de douleur. Elle ne maitrisait plus rien. Voilà donc pourquoi la femme avait été aussi confiante. Depuis le début, elle avait un atout dans sa manche.

Elle était toujours en proie aux décharges qui ne s'arrêtaient pas et commença à perdre pied. Peu à peu, sa conscience s'effaça, laissant place à un grand vide dans son esprit. Elle perdit connaissance. Elle ne sentit pas la chute sur le sable, ni la forte étreinte de la femme la quitter, ni ne vit celle-ci se saisir de la lance.

Elle reprit conscience peu de temps après. Ouvrant doucement les paupières, la première chose qu'elle vit fut le ciel gris. La deuxième fut la pointe de la lance que la femme venait de placer sur sa gorge. Elle regarda l'inconnue droit dans les yeux et tenta de faire passer dans ce regard toute la colère et l'honneur qu'il lui restait.

Elle avait perdue. Elle le savait.

Elle pourrait se relever mais elle n'était pas sûre de réussir à tenir sur ses jambes, l'attaque qu'elle venait de recevoir l'empêcherait sûrement de se lever avant un bon moment. De plus, l'inconnue ne la laisserait sûrement pas faire. Elle ferma les yeux et sourit. Les rouvrant, elle se mit à rire faiblement. Elle s'était bien amusée ! Même si le combat n'avait pas duré longtemps, il avait été passionant et des plus difficiles qu'elle avait jamais fait.

Elle rouvrit les yeux et cette fois, elle avait accepté la défaite. Elle se demandait encore une chose à propos de l'inconnue. Deux, en fait. Avait-elle l'intention de la tuer maintenant ? Elle le mériterait oui, et puis elle avait déjà pas mal vécue, connue beaucoup de monde, vécue un tas de choses. Elle pensa soudain à l'équipage dont elle faisait récemment partit. Elle devait revenir auprès d'eux, une fois les réparations terminés. Soudain, le visage de la vampire qu'elle recherchait aparu devant ses yeux. Elle devait se venger. Elle ne pouvait pas mourir maintenant.

Elle planta son regard dans les yeux sombres de la femme qui tenait son destion entre ses mains. Elle ne voulait pas mourir ni influencer l'inconnue. Si elle avait décidée de la tuer, et bien soit, elle était prête.


-Avant de décider de mon sort, j'aimerais vous posez une question, [i]dit-elle d'une voix faible. Je me nomme Lunielle Elwindor et j'aimerais connaitre le nom de la personne qui vient de me vaincre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
=Aïkologue=

avatar


Nombre de messages : 3675
Métier/Fonction : Conteuse

MessageSujet: Re: Quand deux prédateurs trop dangereux se rencontrent ... [Balsa]   Mer 29 Juin 2011, 02:35

Le sang imbibait le tissu moite de ses vêtements. Se mêlant à la sueur, il diffusait peu à peu son rouge sombre. Le long de l’échine de la chimère, un mince filet coulait lentement, suspendant le temps à son rythme. Sa frange collait à sa peau. Ses mains tremblaient sous le poids qu’elle sentait lourd de la lance tendue. Son corps reprenait peu à peu de sa vigueur, l’énergie lui revenait et ses sens se faisaient plus clairs.

Devant elle, l’elfe était inconsciente, immobile. Seule une respiration lente qui soulevait sa poitrine indiquait qu’il restait une étincelle de vie en elle. La chimère était fière d’avoir réussi sa frappe et mit un terme au combat. Sa victoire lui avait coûté un égratignure au genou, une entaille dans la cuisse et une flèche dans le dos. Elle était étonnée que les dégâts de celle-ci soient faibles, peut-être le projectile était-il trop lent… il aurait ricoché ? Cela expliquerait sans doute que l’ami de l’elfe que Balsa avait imaginé ne se soit toujours pas manifesté alors qu’elle était sur le point de l’achever.

Les paupières de l’elfe se soulevèrent, tremblantes, et son regard s’ouvrit sur le ciel nuageux. La chimère l’observait, immobile, attendant… Attendant quoi au juste ? son entraînement était finit et cette elfe avait eue l’intention de la tuer à un moment. Certaine de ce fait, Balsa aurait pu achever l’inconnue sans regrets, sans remords. Le sang qui coulait de sa dernière blessure et la brûlure lancinante de la plaie lui donnait envie de punir cet être qui avait osé la frapper. Elle avait proposé l’entraînement, pas la tuerie furieuse. D’ailleurs en observant mieux le corps étendu devant elle, la chimère constata à quel point il était en bon état par rapport au sien.

L’elfe avait vite refermé ses yeux, mais les rouvraient à présent. Ils regardaient sans ciller le visage de celle qui pointait une lance sur le cou. Balsa tentait de lire dans ce regard. Elle sentait qu’elle avait entre ses mains la vie de l’autre et cette sensation de pouvoir la faisait frémir. Mais elle avait toujours sa curiosité et elle voulait entendre son adversaire. Elle avait survécue à sa foudre, c’était la moindre des choses. Enfin les lèvres engourdies s’ouvrirent pour prononcer quelques mots.

Elle considérait que sa vie pouvait être sauve. Quelle hypocrisie, elle qui avait voulu réduire Balsa au silence. Elle donna ensuite son identité et demanda à connaître le nom de celle qui l’avait battu. Cette requête était tout à fait honorable et la chimère rougit presque de ne pas y avoir songé. Et elle était elle-même contente de savoir le nom de l’elfe : Lunielle Elwindor. Prénom et nom, Balsa n’en avait pas. Pas de véritable identité, pas de vrais parents pour lui choisir le premier et lui transmettre le second.

Le problème aussi, était qu’à cause de ses meurtres commis récemment, elle craignait d’être recherchée. Depuis longtemps déjà elle ne donnait plus son pseudonyme. Seuls ceux qui la connaissaient depuis un moment, et ils étaient rares, avait entendu le nom « Balsa ». Elle n’avait fait qu’une exception, envers le seigneur Nazj, parce qu’elle ne l’imaginait certainement pas parler avec les forces de l’ordre. Alors que faire à présent devant cette elfe ? La solution la plus simple était de l’achever sur le champ, en donnant son nom pourquoi pas, ça ne changeait rien. Un meurtre de plus sur le dos ne jouerait pas sur son avenir déjà bien sombre.

- C’est bon… Je suis Balsa, chimère.

Elle aimait cette formule. Akin, celui qui avait donné ce nom en quelque sorte, se présentait toujours de la sorte : « Akin, anubite ». Parce que cela représentait peu et donnait à l’interlocuteur tout ce qu’il voulait savoir. En prononçant ces mots, la chimère avait approché la lame de sa lance juste contre la peau de l’elfe, lui intimant silencieuse de ne pas bouger. Un geste et elle verrait sa vie prendre fin.

- Merci pour l’entraînement, j’ai rarement affronté des archers. Vous auriez eue vos chances en prenant vos précautions. En fait… Si on se recroisait, vous pourriez même me tuer. C’est embêtant pour moi…

Très délicatement, elle appuya le tranchant de la lame sur le cou de l’elfe. Si la lance n’avait pas été si émoussée, la peau se serait surement ouverte au simple contact.

- Personne ne vient… Vous étiez seule n’est-ce pas ? Pouvez-vous m’expliquer le pourquoi de cette flèche que j’ai reçu dans le dos ? Mais ne vous avisez pas de bouger pour le moment, je pourrais le prendre comme une nouvelle intention de me tuer.


_________________
Celui qui ne peut se concentrer sur ce qu'il doit faire n'a pas le droit de parler de ses rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Quand deux prédateurs trop dangereux se rencontrent ... [Balsa]   Mer 29 Juin 2011, 21:05

Ainsi, cette femme s'appellait Balsa et était une chimère. Toutes ses hypothèses tombèrent à l'eau. Une chimère ... cela expliquait la queue de panthère ainsi que la force exemplaire dont elle avait fait preuve. Elle sourit intérieurement. Elle n'était pas prête d'oublier cette rencontre et visiblement, son adversaire avait décidé de lui laisser la vie sauve. Du moins, pour le moment.

Elle soupira. Inutile de se lancer dans de grands discours sans importance, ça ne ferait qu'user de l'énergie et la lame posée sur sa gorge ne lui permettait pas ce genre de choses. Balsa fit un compliment sur ses capacités et la remercia pour l'entrainement. Ce combat lui servira de leçon, elle venait d'en apprendre bien plus en moins d'une heure qu'en dix ans.

La chimère semblait troublée par la mystérieuse flèche qu'elle avait reçue dans le dos. Elle voulait savoir le pourquoi du comment. Amusé malgré la très mauvaise position dans laquelle elle se trouvait, l'elfe décida de lui donner la réponse.


-Les trois flèches que j'ai utilisées sont des flèches "aller-retour". Elles foncent vers la cible et si elles la ratent, elle font demi-tour et reviennent par derrière. Donc oui, je suis seule.

Elle semblait rassuré et sa curiosité était sûrement satisfaite en partie. Lunielle n'avait pas l'intention de bouger. Ce n'est pas qu'elle avait peur de son adversaire, non, elle avait perdue et repectait la chimère. Mais même si elle aurait voulu, elle ne pourrait pas bouger avant quelques bonnes minutes. Elle était encore légèrement paralysée mais reprenait peu à peu son souffle et sa lucidité.

Elle jeta un lointain regard vers son arc. Elle allait devoir le réparer, mais ne pourrait pas le faire à l'identique. La chimère l'avait cassé en 4 morceaux plutôt précis, cela allait lui faciliter la tache. Avec un peu de chance et beaucoup d'efforts, peut-être que l'arc sera de nouveau sur pied. Les ornements avaient l'air intactes, c'était le bois qui avait vraiment souffert. Elle soupira. Ca n'allait pas être facile. Puis elle reporta son attention sur Balsa et observa sa réaction, attendant la décision de l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
=Aïkologue=

avatar


Nombre de messages : 3675
Métier/Fonction : Conteuse

MessageSujet: Re: Quand deux prédateurs trop dangereux se rencontrent ... [Balsa]   Jeu 30 Juin 2011, 17:13

L’elfe resta sagement en place alors qu’elle donnait une réponse aux interrogations de Balsa. Celle-ci fit une moue dubitative et resta à fixer le fond des yeux de Lunielle un instant. Puis la chimère hocha doucement la tête. La réponse avait été prononcée d’une seule traite, sans hésitation et sans regard fuyant. La vérité, semblait-il, aussi intrigante et emprunte de magie fut-elle. Mais cela expliquait surtout la faible profondeur atteinte par la flèche dans le dos : après un demi-tour, le projectile avait surement perdu sa vélocité du départ.

Balsa suivit ensuite le regard de l’elfe jusqu’à son arc brisé. Elle paraissait bien ennuyée et cela ravit la chimère. Elle avait un peu relâché la pression de la lance sur le cou de l’autre, mais se tenait toujours face à elle avec une expression dure et mauvaise. Elle contemplait la créature qu’elle venait de vaincre avec délectation. Il lui faudrait bien cependant soit l’achever, soit la libérer de son joug à un moment ou l’autre.

- C’est injuste quand même…

Consciente de l’incongruité de ce début de phrase, Balsa laissa le silence saisir l’atmosphère un moment. Elle pencha la tête et examina le corps de l’elfe de haut en bas, ouvrant un large sourire quand elle retomba sur ses yeux bleus. Alors elle reprit :

- Un arc en miettes, ça ne fait pas mal.

Elle n’avait pas finit cette phrase qu’elle soulevait sa lance pour l’abattre sur le corps allongé devant elle. Elle avait décidé d’épargner la vie de cette Lunielle, mais la laisser partir en si bon état était inconcevable. Il fallait s’assurer qu’elle retiendrait la leçon et qu’elle ne la suivrait pas, elle qui boiterait de sa blessure à la cuisse, pour lui planter un poignard dans le dos. La lame glissa sur la cuisse de l’elfe, à peu près au même endroit où la chimère était elle-même blessée. Voila qui immobiliserait ou ralentirait l’autre pour un bon moment.

- Comme ça nous sommes quittes, Lunielle Elwindor.

Alors Balsa s’écarta et laissa l’elfe à sa douleur, à ses restes de paralysie et à sa défaite cuisante. Le sadisme de la chimère était rarement aussi prononcé. Mais son adversaire aurait eu tort de s’en plaindre, car la seule façon pour Balsa de ne pas en arriver là était d’exécuter proprement et rapidement sa victime.

Il restait tout de même une crainte, celle que Lunielle ne s’en prenne à elle, un jour ou l’autre, dans une soif de vengeance. Elle en aurait tous les droits. Seulement ce jour-là, elle saurait quelle force dormait en Balsa et l’issu du combat ne serait peut-être pas la même. Cette pensée amusa la chimère tout autant qu’elle lui nouait le ventre. Les personnes capables de la vaincre étaient rares et elle venait de se faire une rivale de l’une d’entre elles. A quelque distance, elle adressa ses derniers mots à l’elfe :

- Un jour nous nous recroiserons, alors vous pourrez vous venger. Je ne retiendrais pas mes coups cette fois-ci, alors faites un choix avisé.

Elle lâcha l’elfe du regard au dernier moment et se dirigea vers la plage où elle ramassa le petit baluchon qu’elle y avait emmené. Ce qu’il contenait n’avait pas disparut et ne soufflait pas non plus quelque mot enchanté à la chimère. Marchant tant bien que mal avec sa cuisse ouverte, elle retourna au manoir par le chemin qu’elle avait emprunté à l’aller. Le combat l’avait mis en appétit. Elle s’occuperait de ses plaies et s’accorderait ensuite un repas mérité.


[Dernier post pour moi, ce fut un plaisir de jouer avec toi, j'espère ne pas avoir été trop rude. Oh et si jamais Lunielle est curieuse et sans retenue au point d'interroger Balsa, considère que celle-ci l'ignore royalement Smile]

_________________
Celui qui ne peut se concentrer sur ce qu'il doit faire n'a pas le droit de parler de ses rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Quand deux prédateurs trop dangereux se rencontrent ... [Balsa]   Jeu 30 Juin 2011, 18:31

Spoiler:
 

Une pluie fine s'abattit sur la plage. Lunielle ferma les yeux et se mit à rire. Doucement d'abord puis fort ensuite. La mélodie de son rire clair et léger fut emportée par le vent qui s'était levé. Elle espéra de tout son coeur que la chimère entendait ce rire. Cette pensée l'amusa.

Le combat était fini depuis au moins une bonne heure, néanmoins, l'elfe n'avait pas eu la force de bouger. La chimère l'avait blessé juste avant de partir et cela la gênait. Mais elle s'en fichait. Elle continua de rire pendant encore quelques instants puis ouvrit les yeux et regarda le ciel orageux.

La pluie tombait en grosses gouttes sur son visage, netoiyant grossièrement les traces de sang et de transpiration. Des grains de sable collaient à ses vêtements mais elle s'en fichait. Elle ne pouvait pas encore se lever mais elle s'en fichait. Des gouttes de pluis lui tombaient dans les yeux, la forçant à les femer mais elle s'en fichait.

Elle avait le coeur léger, c'était tout ce qui comptait. Elle inspira l'air frais avec délectation. Un parfum de sève et de fleurs sauvages lui parvint. La forêt était toute proche. Elle sourit à cette idée. Le lac n'était pas loin. Elle se remit à rire.

Son humeur folle ne voulait pas la quitter et elle riait de bon coeur en pensant à la fabuleuse mais dangereuse expérience qu'elle venait de vivre. Elle se mit à écouter la nature qui l'entourait et de faibles chants d'oiseaux lui parvinrent. Ses longues oreilles frémirent faisant trembler malicieusement les sept anneaux d'argent.

Elle soupira d'aise et remua les doigts doucement mais sûrement. C'est bon, elle pouvait bouger. Elle s'assit et regarda le ciel à qui elle tira la langue. Comme si le temps réagissait à sa provocation, la pluie se fit plus violente.


-C'est bon, ça va ! Je me lève !

Elle se mit debout en grimaçant. La blessure n'était pas très profonde mais la gênait suffisamment pour qu'elle y prête attention. Ses mèches blondes collaient à son dos et ses vêtements étaient complètement mouillés. Elle sourit encore.

S'approchant de son sac, elle en sortit une bouteille de liqueur de framboise et en vida la moitié d'un seul coup. Puis elle s'approcha de Bèll' Bètt. Ramassant les morceaux brisés, elle les enveloppa dans la couverture prévue à cet effet. Elle soupira. La chimère avait certes détruit son arc mais elle était maintenant certaine de pouvoir le réparer. Elle pourra le rendre plus solide et le refaire à l'identique. Ou presque.

Mettant ses affaires de côté, elle enleva ses cuisardes brunes et plongea dans le lac. La blessure de sa cuisse la fit grimacer mais elle s'en fichait. Profitant de quelques instants fous de baignade dans le lac, elle pensa à ce que pouvait bien faire ses camarades d'équipage. Sûrement des choses intéressantes mais pas aussi amusantes et riches qu'elle. Elle soupira puis sourit au ciel. Ils allaient se demander dans quel pétrin elle s'était encore mise.

Elle se remit à rire et profita de la fraicheur du lac, les gouttes de pluie ne l'ayant pas assez revigorée. Après quelques minutes, elle sortit du lac, un grand sourire fou fendant son visage de porcelaine. Elle remit ses bottes, prit ses affaires et se fit un rapide bandage autour de la cuisse. Puis, elle s'engagea dans la forêt. Ignorant la douleur de sa jambe, elle se mit à courir profitant de l'humidité. Elle courait, ivre de liberté, dansant littéralement, sautant d'un endroit à l'autre tout en riant et laissant le vent ami emporter ce son clair et léger au-delà des montagnes afin que tout le monde l'entende.

Elle chantait tout en courant, sa voix cristalline s'élevait loin au-dessus des nuages à la recherche de quelques rayons de soleil. Les animaux couraient avec elle, jouant et prenant plaisir à être en compagnie de l'être sylvain aux longues oreilles. Elle était ivre de joie, de liberté, d'envie de vivre.

Saisissant des branches de passage, elle grimpa rapidement. Se jouant des lois de la gravitation, elle sautait d'arbre en arbre toujours plus haut, toujours plus vite tout en chantant. Ses yeux bleus pétillaient de plaisir.

Elle atteignit très vite le sommet. S'élevant sur la plus haute branche capable de soutenir son poids, elle observa les alentours d'un regard admiratif. La pluie s'était arrêtée et elle leva la tête vers le firmament. Sous ses yeux ébahis apparut le plus bel arc-en-ciel qu'elle ai jamais vu de sa longue vie. Souriant à la forêt sous ses pieds, elle ouvrit les bras en grand et inspira profondément.


- Merci Balsa ! Cria-t-elle soudain.

Elle ne savait pas si la chimère l'avait entendue. Elle s'en fichait. Voulant laisser planer le mystère sur cette rencontre, elle descendit de l'arbre et ignorant la douleur provenant de sa jambe blessée. Elle ajouta, comme pour elle-même :


- On se reverra un jour, promit-elle. Mais pas maintenant !

Elle se mit ensuite en route de l'endroit où était amarré l'Opale. Sur ses lèvres, le sourire, qui la suivait depuis le début de la journée, n'avait pas disparut et était plus grand que jamais, accompagné maintenant d'une lueur de bonheur.

Et encore une fois, elle se sentie heureuse de vivre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Quand deux prédateurs trop dangereux se rencontrent ... [Balsa]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand deux prédateurs trop dangereux se rencontrent ... [Balsa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Quand deux ne font qu'un
» Quand deux destins se ressemble et s'assemble...
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Billard, fléchettes... Un univers trop dangereux. ? Eva
» Lorsque l’ennuie devient trop pesant… [PV Mimi]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aïklando :: Île de Lan Rei :: Lan Rei Est :: Lac Olia-