AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
"Homme libre, toujours tu chériras la mer !"
"La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent."
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit."
"Il est des moments où les rêves les plus fous semblent réalisables à condition d'oser les tenter."
"Le voyage est une suite de disparitions irréparables."
"Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil."
"Dieu nous rêve. S'il s'éveille, nous disparaissons à jamais."
"Nous trouverons un chemin... ou nous en créerons un."
"Le rêve de l'homme est semblable aux illusions de la mer."
"Il n’est pas de vent favorable, pour celui qui ne sait pas où il va…"
"Il y a trois sortes d'hommes : les Vivants, les Morts, et ceux qui vont sur la Mer."

Partagez | 
 

 Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Ven 08 Juil 2011, 18:12

Peu après le débarquement, nous sommes entrés dans ce petit village. Le traversant rapidement, nous nous sommes dirigés vers les monts de Pan Rei.

Le début fut facile. J'étais plutôt endurante et Areus me suivait sans peine, sûrement grâce au fait que Ghurol est principalement constituée de montagnes. Nous devions cependant faire très attention aux géants. Même s'ils ne vivaient pas à cette altitude, je savais que nous n'allions pas tarder à les rencontrer. Je n'avais eu affaire à eux qu'une seule fois de ma vie et j'avais failli y laisser un bras ! En effet, je voulais voir ce qu'il y avait à Lan Rei Ouest et j'allais traverser les montagnes quand je suis tombée sur plusieurs géants.

Mon bras a sérieusement souffert ce jour-là car l'un des géants l'a attrappé et a commencé à me balancer dans tous les sens, le tordant. Je frissonnais rien que d'y penser. Les chasseurs de géants étaient alors arrivés et j'avais été rappatriée à Fort-du-Col. J'aimais bien cette ville de guerriers. C'est de là que venait Owen. Et c'était ça qui m'inquiétait.

J'avais longtemps hésité avant de venir ici mais la soif de vengeance avait vite remplacé la peur de revoir un ami que j'avais trahis mais qui m'avait abandonné. Je ne sais pas comment je vais réagir si jamais je le croise là-bas. Pourtant, cette ville est l'endroit le plus probable où il pourrait être.

Je soupirais et remontais ma cape beige. J'avais dû me couvrir davantage à cause de la température et pourtant nous étions encore à basse altitude. J'avais donc fait le plein de couvertures et potions de soin, juste au cas où. Je vous rassure, je n'ai pas l'intention de défier les géants.

Je regardais ensuite Areus.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Sam 09 Juil 2011, 19:22

J’avais enfin quitté mon île c’était à la fois étrange et impressionnant. Le trajet en voyage fut pour moi une merveilleuse expérience. L’odeur du sang que je respirais trop souvent était remplacée par celle de la mer, beaucoup plus douce et magnifique. J’avais l’impression de renaître. A bord du bâtiment, j’exécutais de nombreuses tâches, les plus faciles certes, mais j’étais utile. D’accord, souvent, c’était des tâches ingrates mais je m’en moquais, au moins, je travaillais et je m’intégrais dans l’équipage. Après tout, bien que je fusse banni, je pouvais souffler un peu, non ?
Nous débarquâmes un beau jour. Le nombre de jour qui s’était écoulé m’importait peu et en plus, je n’avais absolument aucune idée. Ce qui m’exitait, c’était de découvrir une nouvelle terre, un nouveau pays, où l’herbe ne serais pas jaune, où le soleil existerait ailleurs que dans le désert, un pays vivant, quoi. Après tout, Ghurol restait une sorte de spectre, aussi terrible que la faucheuse, si ce n’est plus. A Ghurol, la mort n’est pas le pire, c’est de vivre qui peut être encore plus cruel.
Nous débarquâmes sur l’île de Lan Rei ou un truc du genre. J’étais peut-être fort pour ce qui concernait ma terre natale, bien qu’elle soit hostile mais je connaissais très mal et même plus les autres îles. J’accompagnais Lunielle, après tout, c’état la personne la plus proche de moi, ce qui était beaucoup dire. Mais bon, nous débarquâmes tous les deux à terres. Bien que la chevaucheuse marche vite, j’arrivais à suivre la distance tout en contemplant ce monde étrange. Il n’y avait aucune comparaison possible avec Ghurol et trop de chose à décrire. En un mot, c’était vivant.
Mue par l’espoir de trouver cette Laralen, la vampire assassin, Lunielle marchait avec la même assurance que celle qu’elle avait avant qu’on ne se fasse découper par les vampires, bien qu’au final ce sont eux qui moururent et nous qui pûmes revoir la lumière du jour. En tout cas, elle rentrait en mode efficace et marchait donc sans s’arrêter. Moi, je la suivais, mais je prenais soin de contempler le monde de Lan Rei autour de moi.
Lunielle m’avait mis en garde contre les autochtones de la région, les géants. Comme leurs noms l’indiquaient, il devaient être… géants, bien que je ne sache pas à quel point. En tout cas, à entendre la guerrière qui m’accompagnait (bien que d’un certains points de vue, c’est moi qui l’accompagnaient), ce n’étaient pas des enfants de chœur, je devais donc garder une main sur ma buveuse. Surtout que cette Laralen que l’on cherchait n’était pas non plus un être très pacifique et très régulier d’après ce que j’avais compris.
Nous ne nous arrêtâmes pas au village et continuâmes notre route en direction des pics. Notre destination était cette ville dans la montagne, un endroit où l’on pourrait trouver des indications sur notre dangereuse demoiselle. En plus, en cas de mauvaise rencontre, j’avais vu Lunielle faire le plein d’objet magiques, de potions et d’autres trucs qui pourront surement nous sortir d’un mauvais pas, ce qui était plus encourageant que de repasser quatre jours à ramper comme des rates dans une cabane en attendant de guérir.
Dans ces montagnes, il faisait très froid mais bon, j’avais des poils moi, un pelage qui me protégeait du froid. D’accord une couverture m’aurait bien réchauffé mais bon, je préférais rester torse nu, question de principe, le bannissement ne se porte pas habillé et je préfère mourir que d’oublier ma position vis-à-vis des autres anubites. C’est pour cela que, tandis que Lunielle portait une cape, moi, je restais sans protection face aux assauts du vent.
Elle me lança alors un regard. En fait, je ne savais pas trop ce qu’elle voulait, si elle m’interrogeait sur la route à suivre, ce dont je doutais, si elle me demandait comment j’allais, je n’étais pas habitué au climat après tout, ou si elle s’assurait juste de mon bon état. Pour répondre à son regard, je décidai de poser la première question qui me traversa l’esprit :

-Et donc, si j’ai bien compris, on va a la ville qui est dans ces montagnes, c’est ca ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Dim 10 Juil 2011, 13:45

-Et donc, si j’ai bien compris, on va a la ville qui est dans ces montagnes, c’est ca ?

- Oui, notre destination c'est Fort-du-Col, une ville fortifiée spécialisée dans la chasse des géants. Les hommes qui y vivent sont des guerriers et la vie y est rude. Même s'ils se méfient des étrangers, ils accueillent toujours les personnes qui demandent refuge. L'un de mes anciens compagnons de bataille est issu de cette ville, je pense qu'il a dû y retourner. Sa rencontre pourrait nous donner des informations mais elle pourrait aussi mal tourné, je ne sais pas comment il va réagir en me voyant ... Quand à Laralen, le froid la dérange un peu mais si elle se cache dans ces montagnes, c'est au sommet, je pense.

Nous continuâmes de monter. Il n'y avait pas beaucoup d'animaux, c'était essentiellement des bestiaux de montagne, le genre avec beaucoup de poils et des cornes. C'était pas ce que je préfèreait mais c'était comestible. Nous passions souvent la nuit dans une grotte, quand nous en trouvions une, ou sinon à la belle étoile derrière une saillie abritée du Vent. Car c'est le Vent qui est mortel la Nuit, il souffle beaucoup plus fort qu'en journée.

Nous avons ainsi marchés pendant 5 jours et étions à haute altitude maintenant. Fort-du-Col ne devrait plus être très loin. Je marchais tranquillement devant Areus quand soudain, un détail dans la neige attira mon attention. Je me baissais, observant la gigantesque trace de pas puis rapidement, jettais un coup d'oeil aux alentours. Mes oreilles frémissaient tandis que mon ouïe était poussée au maximum.

Je fis un signe à Areus et nous nous dirigeâmes doucement vers un rocher derrière lequel nous nous sommes cachés. Le rocher était assez grand pour nous cacher entièrement.


- Des géants, nous sommes derrière eux mais ils ont sentis notre odeur. Ils ne vont pas tardés à rapliquer ici, ils sont très fiands de viande humaines ou tout ce qui y ressemble. Par contre, ils ne mangent pas les animaux, donc pour toi, ça devrait aller ...lui murmurais-je.

Je me concentrais ensuite sur les bruits de pas. Lourds, ils résonnaient malgré la neige et se rapprochaient de plus en plus. Un géant apparut très vite. Il faisait trois mètres de haut. Je me mordis les lèvres, celui-là n'était qu'un enfant, il était don cforcément accompagné. Trois autres géants arrivèrent et s'approchèrent de notre cachette. L'un d'eux renifla soudain et en poussant un cri grave pulvérisa le rocher.

Je bondis sur le côté et Areus fit de même. 4 géants contre nous deux, c'était un peu limite. Il fallait absolument que nous en neutralisions au moins un voir deux géants et fuiyons ensuite. Fort-du-Col ne devait pas être très loin, les guerriers s'occuperont des survivants et nous serons à l'abri.

Deux géants nous séparaient. Areus était acculé contre le flan de la montagne mais il s'en sortait plutôt bien. Pourtant, il n'avait pas encore fini avec son géant et un autre arrivait en renfort. Je lui hurlait mon plan et il acquisça gravement. Je sortis mes deux lames tout en évitant la massue qu'il se dirigeait sans cesse vers moi, me forcant à reculer. Je placais un sort sur White Moon et Black Sun. Avec des poignards de 20 centimètres, je n'étais pas de taille face aux géants et une flèche n'allait rien lui faire. Quand à mes flèches explosives, j'allais me faire sauter avec donc je préfèrais éviter.

Les deux lames s'allongèrent et devinrent des sabres. Ce sort pouvait durer une semaine, j'avais payé cher pour l'avoir mais il était très efficace. Soudain, ma jambe gauche se déroba et je me rattrappais de justesse. J'étais devant le vide, le géant m'avait acculé vers un précipice. Je glissais alors rapidement sous le géant et les lacérais les james au passage. Cela sembla le gêner quelque peu mais il se retourna prêt à en finir avec moi ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Lun 11 Juil 2011, 19:08

Fort-Du-Col, une ville perdue en pleine montagne, j’avais vraiment hâte de la trouver et de la voir. Mais bon, le voyage était encore long et il me faudrait patienter. Je me contentai de regarder les montagnes, autant magnifiques que différentes des miennes. Nous avions marché pendant cinq jours, cinq jours où je découvrais cette île merveilleuse. Bon, ce n’étais sûrement qu’une goutte d’eau dans le vase de Lan Rei. A l’aube du cinquième jour, je savais qu’il y avait de grandes chances qu’on dorme dans une ville, ce soir.
C’est alors que Lunielle repéra des géants. Apparemment, ils nous en voulaient, enfin plutôt à Lunielle vu qu’il ne me considérait que comme une bête sauvage, donc une viande de seconde catégorie, mais bon, je n’allais pas m’en plaindre. Enfin, de toute façon, s’il fallait se battre, humain ou pas, moi et ma buveuse, on se battrait jusqu’à notre dernier souffle de vie, surtout le mien, ma buveuse me vivant pas.
Apparemment, les géants nous repèrent car notre cachette vola en éclat. Heureusement, nous eûmes la présence d’esprit d’esquiver le coup. En revanche, la situation n’était pas très encourageante. Nous étions séparés, en infériorité numérique et face à des adversaires dont un coup signifiait surement beaucoup d’os cassé. Heureusement, Lunielle avait un plan… presque parfait, disons. On en tuer un, et on partait. Simple, rapide, efficace, parfait quoi.
Par chance, j’avais parmi les deux adversaires qui me toisaient l’enfant, enfin le joli bébé de trois mètres, ce qui n’était qu’en même pas mal. Afin d’éviter la casse, je décidais d’affronter cet adversaire. Cela accroitrait mes chances de victoire. Le problème, c’était la taille, j’étais trop petit pour l’affronter ainsi, je devais m’élever. Je reculai donc jusqu’à un objet qui me permettrait de sauter et, trouvant une pierre, je m’appuyai dessus pour attaquer le géant.
Mon buveuse en avant, je lui donnai un grand coup à la mâchoire. Mais cela ne suffit même pas à l’arrêter. Il me regarda et, pendant que j’étais encore en l’air, me frappais d’un immense coup de poing qui me fit percuter la falaise. Heureusement, bien que le gamin géant ait de la force, je n’avais pas entendu le craquement fatal de ma colonne vertébrale. Au moins, elle était en place, c’était déjà ca.
Sur Ghurol, les créatures massives, comme les trolls, au moins, je connaissais leurs points faibles. Bon, ce n’est pas pour ca que je les chassais ou que je ne les craignais mais je savais comment les tuer, même si, avec mes tuyaux, ca revenait quand même à un activité à haut-risque. Mais là, non seulement un jeunet pouvait m’abattre, non seulement, je ne savais pas comment m’y prendre mais en plus mais en plus, il y avait papa géant, ou maman peut-être, à côté pour lui prodiguer de bons conseils tout en l’aidant à m’éclater le crâne.
C’est alors qu’une flèche surgit de nulle part et alla s’encocher dans la tête de mon plus proche adversaire. D’un geste nonchalant, il l’a retira avant de regarder une compagnie d’une dizaine d’homme en armure qui semblait prêt à se battre. C’était sûrement la garde de Fort-du-Col. Enervés de cet assaut, mes deux géants partirent les affronter en m’oubliant, ce qui était assez vexant.
Surtout qu’ils ne firent pas long feu. Avec une habilité et une coordination magistrale, le bataillon avait sortit des arbalètes et criblaient les géants de carreau. Ensuite, celui qui semblait être leurs chefs prit une autre flèche et, lorsqu’il la tira, elle devient incandescente, enflammant ses camarades qui avaient percé à jour la défense adverse. Aussitôt, ils se mirent à brûler, cherchant quelques choses pour éteindre les flammes si dérangeantes.
Apercevant lunielle, je vis que ses ennemis aussi avaient un bataillon à défaire. C’est alors que je remarquai une autre chose un peu plus dérangeante. Quelqu’un tenait une lame sous ma gorge et me dit lentement :

-Ecoute l’anubite, au moindre geste suspect, je t’ouvre, c’est compris ?
Revenir en haut Aller en bas
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Lun 11 Juil 2011, 21:58

Nous étions VRAIMENT dans une position TRES délicate. J'étais passé sous mon géant mais le deuxième m'attendait à l'arrivée et, en plus, j'avais dérappée un peu trop vite sur une plaque de glace donc je ne contrôlais pas du tout mon dérapage. Je m'écrasais donc contre les pieds du deuxième géant qui abattit son poing. Je n'eue la vie sauve que grâce à mes réflexes de malade. Je me préparais à les attaquer par les airs, c'était l'une des zones dans lesquelles j'étais à l'aise quand une troupe de guerriers arriva.

C'étaient les gens de Fort-du-Col. Ils se débarassèrent rapidement des géants et je sentis que le chef de la troupe utilisait de la magie ou du moins, un objet magique. Les géants s'abattirent dans la neige et je tentais de me rapprocher le plus possible d'Areus, sachant que la partie n'était pas encore gagnée. Soudain, l'un des hommes plaqua une lame sur la gorge de mon compagnon en prononçant une menace qui me glaça le sang. Je ne baissais pas mes armes et les guerriers nous entourèrent, certains nous visant.


- Arrêtez ça ! criais-je à l'intention de celui qui maintenait Areus prisonnier de son arme. Nous ne sommes pas venus nous battre !

- Qu'est-ce qui nous prouve que tu ne mens pas ?! Tu nous menace avec tes sabres ! S'écria l'un des guerriers.

- Vous êtes des trouillards ou des imbéciles si vous pensez que je vous menace avec deux sabres tandis qu'une quinzaine d'entre vous pointe ses armes sur moi ! Qui menace qui, hein ?! Maintenant, merci pour le coup de main, vous venez de nous sauver la vie.

-Elle a pas l'air commode, on l'emmène chef ?

- Attendez, je demande le pourparler ! Je désire parler à Tedririon Rynry !

Les guerriers se turent et un grand homme portant une épaisse barbe noire s'avança. Je déglutis péniblement quand il annonça de sa voix grave :

- C'est moi ! Que veux-tu ?!

- Parler à ton fils, Owen. Je suis Lunielle Elwindor, guerrière de LODOLA.

Des murmures retentirent dans l'assemblée et quelques armes se baissèrent. Tedririon fit un signe à son subordonné et celui-ci rangea l'arme avec laquelle il bloquait Areus. Puis, le chef me regarda et e mit un coup de poing dans le ventre. Tombant à genoux, j'essayais de reprendre mon souffle quand soudain un coup sec sur la nuque me plongea dans l'obscurité la plus complète.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Mar 12 Juil 2011, 12:56

C’est des gardes du Fort-du-Col, des alliés en somme. Alors pourquoi nous menaçaient-t-ils ainsi ? Et bien, ma réponse était toute simple, parce que j’étais un anubite. Je n’y avait pas prêté attention mais, dans mon village, on nous avait dit que les humains et les anubites s’entendaient comme chien et chat. D’ailleurs, mon histoire en portait un peu la preuve, les humains et les anubites ne s’entendent pas.
Mais, en écoutant la conversation entre Lunielle et les gardes, je m’aperçus qu’en plus, il la trouvait menaçante. Bon, moi, je l’avais trouvais intéressante la première fois, je n’avais jamais vu d’elfe. Et puis, en combat, je l’avais trouvais terrible, mais pas envers moi. Je crois qu’elle ne m’avait jamais vraiment parut une véritable menace pour moi, pas parce que j’étais sûr de la battre, ca j’en savais rien, mais parce que je sentais qu’elle ne voulait pas ma tête au dessus de sa cheminée.
C’est alors que la situation semblait s’arranger. Lunielle demandait le pourparler. Bon, en gros, cela signifiait qu’elle pourrait parler au chef et avoir une protection. En fait, on ne pouvait pas la toucher tant qu’elle était sous la protection du pourparler. Tedriryon Rinri, c’était le nom du chef qu’elle demandait à voir. Apparemment, la chance nous souriait parce
Le chef était justement là.
En fait, elle voulait voir son fils Owen et apparemment encore, cela suffit au grand Rinri pour nous laisser en vie et enlever les épées de Damoclès au dessus de nos têtes, du moins au premier abord. Et, bien que la lame fut enlevé de sous ma gorge, sentir un immense poids frapper mon crâne, sûrement le plat d’une épée, ne fut pas agréable. Je m’écroulais alors, la douleur se faisant de plus en grande et ma dernière image fut de voir Lunielle, elle aussi à terre.
Mon réveil fut douloureux, très douloureux. Mon crâne me faisait affreusement souffrir et j’étais sur quelques chose de dur, très dur, de la terre battue. Apparemment, on était arrivé à Fort-du-col mais pas exactement comme le prévoyait notre plan. J’étais seul dans une cellule, ce n’étais pas du tout bon signe.
Revenir en haut Aller en bas
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Mar 12 Juil 2011, 17:15

J'ouvris doucement les yeux et observais les alentours. J'étais dans une pièce, un salon vu qu'il y avait une cheminée dans un coin. Quelques petites fenêtres mais elles ne laissaient pas vraiment passer la lumière. Des têtes d'animaux empaillées étaient affichées un peu partout comme une ligne de trophées macabres. Je détournais le regard. Même si mon régime alimentaire était carnivore, ce n'était pas par choix mais pas nécessité afin de survivre et j'essayais d'en manger le moins possible, juste le nécessaire.

Les flammes de la cheminée dégageaient une chaleur agréable et je sentis alors que je ne portais plus ma cape, elle était posée par terre, près du tapis en peau d'ours qui s'étalait sur presque toute la longueur de la pièce. Me tournant comme je le pouvais, j'evaluais ma position.

J'étais assise sur une chaise, les bras dans le dos. Une corde serrée me clouait contre le dossier et passait sur l'intégralité de mon corps, m'empâchant même de bouger ne serait-ce le petit doigt. Je jurais tout bas. Je ne m'attandais pas à ce que Tedriron m'accueille à bras ouverts mais il aurait pût éviter de me plonger dans les vappes !

Je soupirais et tentais de ramener ma jambe droite vers moi afin de sortir une lame pour couper la corde mais j'étais complètement fiscellée ! Soudain, Tedriron entra dans la pièce et commença à enlever son manteau qu'il posa sur une table, puis se mit près du feu et entreprit de se chauffer les mains. Un autre guerrier entra et se posta près de la porte en se tenant bien droit. Le chef se tenait à deux mètres de moi.


- Ah, Luni ! Combien de temps va tu continuer à nous attirer des ennuis ? L'autre fois tu en emmené mon fils, une autre fois tu voulais traverser les montagnes et passer du côté ouest, une autre fois encore tu nous as amené une vingtaine de géants et maintenant tu te promène avec un anubite ! Mais qu'est-ce que tu as dans le crâne ?!

- Merci pour l'accueil et la protection, Ted.

- Ne m'appelle plus comme ça ... nous n'avons plus la même relation, toi et moi, depuis la chute de LODOLA.

Je ne dis rien, me contentant de baisser la tête en me mordant les lèvres. Je savais parfaitement qu'il avait raison et il avait tous les droits de m'en vouloir. J'essayais néanmoins de négocier un peu.

- Où est Areus ?

- Tu veux parler de l'anubite, dans un cachot, je ne sais pas encore ce que je vais en faire. Franchement Luni, tu me donne du soucis ... je ne suis plus tout jeune ...

- Relâche-le, il n'a rien à faire dans cette histoire. Si tu dois lâcher tes foudres sur quelqu'un, c'est sur moi et je sais que tu n'es pas du genre à punir des innocents ! Et, pourrais-tu me libérer, je suis vraiment à l'étroit avec cette corde ... si tu vois ce que je veux dire ...

Et comme pour lui prouver que j'avais raison, je me tordit un peu et fit la grimace puis, je me forgeais ensuite un visage innocent, mignon et charmeur. Je me mis ensuite à retenir imperceptiblement mon souffle afin de faire comme si j'étouffais peu à peu. Ma poitrine se soulevais rapidement, je sentis que mes joues devenaient rouges et plusieurs gouttes de transpiration coulèrent dur mon front.

Le garde me regardait, hésitant, comme s'il avait pitié mais Tedriron m'ignora royalement et continua ce petit interrogatoire.


- Ne me prends pas pour un imbécile, Luni. Je connais tes petits tours, ta feminité ne m'atteindra pas, mais je dois avouer que tu as bien grandis et mûrie, pas que dans la tête ...

Voilà que le vieux s'empourprait ! Il devait sûrement être gêné, il y avait de quoi, après tout, bon, mon corset était assez relevé mais les liens étaient très serrés et faisaient ressortir mes formes. Je respirais de moins en moins et bientôt, je n'eu plus à simuler : j'aivais vraiment le souffle coupé.

- Je dois ... parler à ... Owen. Lui seul ... pourra me donner ... des informations ... sur Laralen ...

- Alors c'est pour ça que tu veux le voir ! Laralen est une ex-guerrière de LODOLA, pourquoi tu la cherche ?

- Ça ... ce sont ... mes affaires ...

- Bon, puisque tu ne veux rien me dire, peut-être qu'Owen pourra tirer quelque chose de toi. Il passera dans quelques heures, reste sagement ici si tu veux le voir. Je dis ça, mais ce n'est pas comme si tu pouvais t'echapper !

Puis il sortit et mit le guerrier en garde sur mes petits tours. Celui-ci s'approcha ensuite de moi et se mit à quelques mètres, en face, puis m'observa en déglutissant difficilement. Visiblement, il n'avait jamais vu autant d'attributs de sa vie. Je lui souris maladroitement et laissais tomber ma tête, le souffle de plus en plus lourd. Je ne simulais plus mais le garde était dans mon filet ...

Je tombais soudain de ma chaise et il sursauta.


- Euh ... madame, vous allez bien ... ?

Comme je ne répondais pas, il posa sa lance et s'approcha d'un pas hésitant. D'une main tremblante, il releva mon visage et je retint ma respiration. Pensant que je ne respirais plus, il commença à paniquer et s'empressa de défaire les liens.

- Je ne sais pas à quoi pensait le patron en parlant de "petits tours" mais je ne vais pas laisser une demoiselle faire un malaise sous mes yeux !

Une fois les liens défaits, je me relevais rapidement en reprenant mon souffle. Puis, je saisis fermement sa mâchoire et lui explosa la tête contre le sol. Il était seulement évanouit. Je me relevais ensuite et l'attachait sur la chaise. Satisfaite, je mis ma cape et décidais de libérer Areus. Je reviendrais ensuite ici et parlerais à Owen. Cependant, c'était tout à fait possible qu'il se jette sur moi et me lance un duel. Il ne me restera plus qu'à l'affronter et gagner.

Je pris la lance et sortis dans l'air frais, me dirigeant vers les prisons.


- Areus, attends moi, j'arrive ! murmurais-je au Vent froid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Mar 12 Juil 2011, 23:26

En fait, la prison de Lan Rei, c’est tout à fait différent de ce que j’imaginais. A part le sol dur, ce n’étais pas si terrible. Bon d’accord, je ne voulais pas rester ici indéfiniment mais au moins, on ne torturait pas toutes les deux secondes et on n’affamait les détenus en mangeant devant eux. C’était des rumeurs sur les prisons de Ghurol, certes, mais les rumeurs ont souvent une part de vérité.
Mais là, on m’avait apporté une assiette de nourriture. Ce n’étais pas quelques choses de très développé ni de très bon mais c’était déjà ca. Ensuite, les autres détenus, bien que détestant l’enfermement aussi, était beaucoup viable que les criminels de ma terre. Certes, il était rare que j’en rencontre et je n’avais jamais passé mon temps dans une cellule avant mais bon, la première impression n’était pas parfaite mais au moins elle n’était pas si mauvaise.
Les autres détenus étaient assez sympathiques et faisaient contre mauvaise fortune bon cœur. En fait, ils racontaient des anecdotes et des blagues. Le niveau n’étais pas très élevé, peut-être, mais je préférais entendre ca qu’une série d’insulte sur les gardes. Ils racontaient leurs histoires, riaient chaleureusement, s’improvisait satyre de la société. Cela ressemblait plus à une taverne qu’à une prison mais c’était assez paisible.
C’est alors qu’un drôle de bruit sortit du couloir, comme un grand choc suivit d’une masse qui tombait, peut-être quelqu’un qui se faisait assommer. Les autres gardes en patrouille en ce moment, c'est-à-dire au nombre de deux, partirent voir ce que c’était ce bruit, trop confiant pour sonner l’alerte. Apparemment, à voir le bruit qui surgit, ils se firent aussi avoir. La prison était redevenue silencieuse et seul un bruit de pas se faisait entendre. Apparemment, quelqu’un s’approchait de ma cellule.
C’était Lunielle. C’était elle qui avait assommé les gardes et elle qui ouvrait désormais la porte de ma serrure. Lorsqu’elle fut ouverte, elle me tendit ma buveuse :

-Merci de m’avoir libéré, Lunielle…Mais et maintenant, on fait quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Mer 13 Juil 2011, 13:36

Areus saisit sa buveuse, sortit de la cellule et me posa la question qui lui brûlait les lèvres.

- Alors, tout d'abord, on sort d'ici. Ensuite, on retourne à l'endroit où j'étais enfermée quelques minutes plus tôt. Normalement, je devrais réussir à rencontrer Owen, si tout se passe bien. Si Laralen est passée par ici, il le saura et je sais qu'il me dira la vérité. Par contre, c'est possible que notre rencontre tourne mal. Je ne veux pas que tu interviennes pendant cette rencontre, ce sont mes affaires par contre, je veux bien te laisser te charger des guerriers s'ils s'en mèlent ce que je doute ...

Je me dirigeais alors vers la sortie quand un des prisonniers passa les mains à travers les barreaux et s'écria :

- Attendez !!! Libérez nous !!!

Je m'approchais de la cellule, menaçante et c'est avec un regard dur que je répliquais :

- Et qu'est-ce que je vais gagner en vous libérant ? J'ai libéré mon compagnon car c'est un ami et qu'il est ici à cause de moi, mais vous, je n'ai aucune raison de vous libérer ...

Je me retournais ensuite en haussant les épaules sous les protestations des prisonniers. Juste avant d'entrer dans un autre couloir, je leur lançais le trousseau de clé que j'avais dans les mains. Celui-ci atterrit juste devant mon interrlocuteur et celui-ci l'attrapa en poussant des cris de joie et des remerciements. J'étais certes forte, voir cruelle certaines fois mais je ne pouvais pas me résoudre à abandonner cer pauvres bougres surtout que ça ne me coutais rien de les libérer. À eux maintenant de trouver la bonne clé.

Nous sortîmes ensuite dans l'air frais de la montagne. La petite cité de Fort-du-Col se dressait devant nous. Je me dirigeais ensuite vers la petite maison dans laquelle attendait sûrement le garde assomé et j'esquissais un sourire quand, au détour d'une petite ruelle, je percutais quelqu'un.


- Excus ... Owen ???!!!

L'homme se retourna et ses yeux s'agrandirent. Ses cheveux bruns avaient poussés, il portait maintenant une barbe et des moustaches qui devraient être un peu rasé. Il avait des cernes noires sous les yeux et semblait avoir la gueule de bois. Il était dans un piteux état. Ça faisait maintenant 12 ans que je ne l'avais pas vu, il devait avoir un peu plus de trente. Ses traits étaient indéchiffrables ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Dim 17 Juil 2011, 13:44

La prison n’était pas pire que la mort mais bon, la liberté a du bon aussi. En plus, j’avais retrouvé deux de mes meilleurs amis, Lunielle, dont j’étais à peu près sûr qu’elle me ferait sortir de là, et ma buveuse d’âme qui m’accompagnait à peu près partout, enfin, du moins normalement. Mais bon, ce n’étais pas le moment de s’extasier devant cela, on devait faire vite. La chevaucheuse devait remonter dans son lieu d’interrogatoire afin que tout ceci ne serve pas à rien. Moi, je ne devais intervenir que pour assommer les gardes qui tenteraient de s’interposer entre elle et cet Owen qu’elle semblait plus que bien connaître.
Les autres prisonniers insistaient pour qu’on les libère aussi. C’était de bons camarades certes mais je préférais ne rien dire. Après tout, ce n’étais pas ma terre et si ça se trouve, chacun avait commis une bonne dizaine de crimes ou d’assassinat. En tout cas, je préférai garde le silence en suivant l’elfe. Mais elle, dans un geste de magnanimité intense, jeta la clé à l’olibrius qui avait crié le plus fort. Je ne savais pas si c’était de la bonté ou autre chose mais j’étais quasi sûr que moi, dans le doute, je n’aurais jamais mais alors jamais fait ça.
Nous sortîmes au grand air pour avoir une vision magnifique. Après l’air renfermé de la prison, l’air sain de la montagne. Nous étions à un endroit sur élevé et une bonne partie de la ville était visible, c’était magnifique. Je crois que je serais resté là, à contempler le ciel et la ville, durant plus d’une heure, tellement j’étais époustouflé par ce monde si… vivant ! si Lunielle ne m’avait pas rappelle en m’interpelant que le temps était compté.
Nous nous approchâmes de la maison de torture, enfin de la maison où Lunielle devait aller (qui ne devait certainement pas contenir que des tasses de thé, du moins, j’en doute fortement) lorsqu’elle percuta un homme. Il portait de longs cheveux bruns, une barbe et une moustache que je qualifierais de rasé à la va-vite, donc presque pas, et semblé épuisé et même, carrément mort de fatigue, comme sortant d’un enterrement de vie de garçon, bien que, vu son âge, il devait l’avoir fait depuis longtemps. En tout cas il était en piteux état.
En fait, c’était lui, Owen. Moi qui m’étais attendu à un homme ressemblant à son père, ou à son grand père, je ne sais plus…Enfin, à l’homme qui nous avait fait enfermé, je voyais maintenant un homme qui semblait délaissé par la société et qui cherchait le réconfort dans l’alcool, c’était ce que son apparence semblait dire, du moins selon moi. Owen, l’homme qu’on cherchait, ressemblait plus à un assoiffé cherchant une pièce pour boire qu’à un guerrier de Lodola, c’était très étrange.
En tout cas, c’était lui qu’on cherchait. Mais il restait nombres de problèmes. Déjà, il fallait retourner dans la maison afin de ne pas se faire repérer. Mais si c’était bien le fils(ou le petit fils, je ne sais plus) du commandant, enfin de l’homme qui nous avait arrêté, alors on n’était pas dans la panade là. Il devait être au courant du fait qu’on avait été enfermé et risquait de se montrer réticent à nous aider quel que soit la méthode. Je ne savais pas trop ce qu’il fallait faire en fait. Rester là en laissant les deux guerriers discutaient ou se battre, enfin, faire leurs petites affaires, et en arrêtant les gardes, ou assommer ce guerrier, faire le plan habituel et tout le raplapla ? Je décidai de demander à la personne la plus apte à me répondre, Lunielle :

-Et maintenant, on fait quoi ? Je retiens les gardes pour que vous régler vos affaires ou alors on le mets hors d’état de nuire pour que tu puisse retourner dans la petite cabane et que personne ne voit ton départ ?
Revenir en haut Aller en bas
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Dim 17 Juil 2011, 16:49

-Et maintenant, on fait quoi ? Je retiens les gardes pour que vous régler vos affaires ou alors on le mets hors d’état de nuire pour que tu puisse retourner dans la petite cabane et que personne ne voit ton départ ?

Je réfléchis rapidement, pesant le pour et le contre, puis répondis :

- Ça ne sert à rien que l'on retourne là-bas, le mieux serait de régler cette histoire et de partir en vitesse, si tenté est que l'on puisse sortir d'ici vivants.

Je reportais ensuite mon regard sur Owen et j'eu pitié de lui tellement il semblait misérable par rapport à ce qu'il avait été autrefois. C'était une véritable torture de le regarder. Après tout, nous ne nous étions pas vu depuis des années et je n'étais pas sûre qu'il m'ai reconnu, même si je ne devais avoir pris que deux ou trois ans.

Je fis un pas dans sa direction après avoir demandé à Areus de monter la "garde", en quelque sorte. J'étais plutôt calme mais mon coeur battait fort dans ma poitrine, excité par cette rencontre ravivant de longs et douloureux souvenirs. Saisissant mon courage à deux mains, je fis encore un pas mais il ne bougea pas. Hésitante, je demandais :


- Owen ? Tu ... tu te rappelle de moi ?

Il fronça les sourcils et tira une grimace comme s'il fouillait dans sa mémoire. Je pouvais presque voir les bons moments passés ensemble déviler dans ses pupilles. Il ouvrit alors la bouche, mais aucun son ne franchit le barrage de ses lèvres. Il semblait hésiter entre la joie de me revoir, la haine et la colère.

Pendant qu'il se décidait, j'observais rapidement les alentours. Nous étions dans une ruelle étroite, ce n'était pas le meilleur endroit en cas de combat et je sentais que la rencontre allait tourner ainsi. Je passais alors à côté de mon ancien camarade de bataille et avançais jusqu'à la sortie de la ruelle. Je me retrouvais dans une rue plus large, annexe et largement ouverte. J'avançais jusqu'à la rambarde de pierre et observais la grande place se trouvant une dizaine de mètres en dessous. J'étais maintenant dans une rue reliant les minuscules ruelles entre elles, c'était ce chemin que les guerriers empreintent pour sortir de Fort-du-Col. La sortie ne se trouvait donc pas très loin.

Comme médusé, Owen me suivit et Areus aussi. L'anubite se plaça dans un coin afin de ne pas nous gêner mais aussi de façon à avoir un bon angle d'observation sur tous les débouchés des ruelles, ainsi que sur la place. Owen s'approcha de moi. Nous étions maintenant à un mètre l'un de l'autre. C'était relativement court comme distance mais parfait pour le combat rapproché.


- Luni ... murmura-t-il.

Je plongeais mon regard azur dans ses yeux aussi sombres que la nuit.


- Owen, mais que t'es-t-il arrivé ?! Tu as complètement changé ! Toi qui prenait soin de toi avant, mais que s'est-il donc passé ?!

- C'est de ta faute, Luni !!!

Je vis son poing venir. Mes réflexes et sens étaient poussés au maximum, je vis donc facilement son bras se contracter, le mouvement, rapide certes, mais trop lent pour moi. Pourtant, je ne fis le moindre geste.

Le coup m'envoya voler quelques mètres en arrière. Je vis Areus se précipiter mais je l'arrêtais d'un geste. Owen s'approcha de moi tandis que je me relevais en essuyant les quelques gouttes de sans qui perlaient à ma lèvre inférieure.

Son visage était rouge de colère et il serrait les poings. Je souris intérieurement. Nous étions tous les deux des gueulards, l'échange va donc être très animé.


- C'est de ta faute s'il est mort !!! C'est toi qui l'a tué !!! Si la guilde a été dissoute, c'est à cause de toi !!!

- Je ne crois pas non ! Oui, je l'ai tué ! Mais c'est toi ainsi qu'Apaat et Ondia qui m'ont abandonnés !!! C'était le moment où j'avais le plus besoin de vous !!!

- On est partis car tu as rejetté notre soutien !!!

- C'est sûr que poser la main sur l'épaule de quelqu'un pour le consoler, ça aide beaucoup !!! Si vous auriez vraiment voulu m'aider, vous seriez restés avec moi, contre mon gré s'il le fallait !!! La vérité, c'est que vous aviez peur !!! Peur de se que j'avais fait, peur de notre futur qui était parti en fumée, peur de la suite !!! Tu n'es qu'un lâche, Owen !!!

- Tu as tout ruiné, Luni ! Le futur splendide et glorieux qui attendait les 13 membres de Lodola, tu as tout détruit !!!

- Rien ne vous obligeait à renoncer à votre titre de guerrier de Lodola !!! J'ai vraiment honte de vous depuis ce jour-là !!! Vous avez brûlés la cité !!! La guilde même !!! Alors que je croyais que c'étais ce qui comptait le plus pour vous !!!

- La cité, c'est Réli qui y a mit le feu car il ne tenait pas en place ! Tu veux vraiment savoir ce qui m'a mis dans cet état ?! C'est encore toi !!!

Son deuxième poing partit, mais cette fois, ma main vint bloquer la sienne, stoppant net son mouvement.

- Explique-toi.

- Peu de temps après ton départ et celui de Laralen, nous avons annocés la nouvelle aux autres. Ils ne pouvaient pas croire que tu ai fait une chose pareille, comme ils ne pouvaient croire en la trahison de Laralen. Ils se sont révoltés mais on vite eu vent des petits affrontements qui ont suivis et dont vous étiez les seules actrices. Ça se finissait toujours par une égalité et nous soupirions tous de soulagement à l'idée que vous étiez encore toutes deux en vie. Puis petit à petit, il ne se passait rien et tu ne revenais pas à la guilde. Nous n'attendions de toi qu'un message, quelque chose d'officiel pour nous prouver que tu partais. Mais rien n'est venu et tu as disparu de la surface de la terre. Nous étions tellement déprimés et en colère que la ville a fini par être détruite et chacun est parti de son côté. Ne restait plus qu'Apaat, Ondia et moi. Tu sais très bien que nous la voulions tous les deux. Et bien, c'est lui qu'elle a choisi. Si tout cela ne serait pas arrivé, j'aurais eu une chance de la conquérir !

Je lâchais son poing et me mis à rire ce qui sembla l'énerver un peu plus.

- Tu n'as rien compris Owen ! Tu ne peux pas changer le coeur d'une femme, peut importe le temps qui passe ! Ta quête de son amour était voué à l'échec depuis le début ! Alors arrête de rejetter tes erreurs sur moi ! Tu devrais plutôt être heureux pour elle !

- Tu crois que c'était facile pour nous de devoir te supporter ainsi que Draren ?! Vous étiez tout le temps enlacés ou presque ! De plus, la différence des races ne rendait pas les choses plus facile. Vous alliez si bien ensemble !

- Arrête ...

- Vous aviez l'air si heureux !

- Arrête ...

- Et puis toutes les fois où vous alliez soi-disant chercher des brindilles pour le feu et que vous reveniez une heure plus tard, nous savions très bien ce que vous faisiez dans la forêt mais personne n'a jamais fait de remarques là-dessus. Car nous étions heureux en vous regardant et il n'y avait que vous deux qui mainteniez la cohésion dnas le groupe ! Je me demande d'ailleurs pourquoi vous n'avez pas eu d'enfa ...

- ARRÊTE !!!

Mon cri se perdit dans le ciel et Owen se tut. Quelques larmes coulaient sur mon visage et je serrais fort les plis de ma jupe. J'essuyais mes larmes d'un geste rageur et posait mon regard humide sur lui, puis j'assénais avec force :

- Détrompe-toi ! Nous avons eu un enfant ! C'était une petite fille, elle est née lors de l'année que j'ai passée à apprendre la magie loin de la guilde. Elle s'appellait Lucy' Lana, elle est morte pendant l'accouchement et j'ai failli y rester moi aussi ! Ne joue pas avec les sentiments des gens !!!

Il était bouche bée et ne savait pas quoi dire.

- Tu sais Owen, j'ai passé toutes les dernières années à m'imaginer ce que vous étiez devenus. Il ne s'est pas passé un jour sans que je pense à vous et à Lodola. J'ai eu vent de quelques nouvelles, je savais où trouver certains d'entre vous, mais j'avais honte de m'afficher devant vous comme si rien ne s'était passé ! Je suis partie comme une voleuse, une traitresse et je le regrette amèrement ! De plus, parmi tous les membres de Lodola, c'est moi qui ai le plus souffert du départ de Draren !

- Luni ... je ne savais pas ...

- Que sont devenus les autres ? Je sais que Soali et Tia se sont mariés et qu'ils ont même eu des enfants, Apaat et Ondia sont ensemble, Laralen est en cavale mais les autres ?

- Et bien ... Kallista et Ysamir sont partis je ne sais où et vivent une romance aussi passionnée qu'infernale, Fibur est dans les montagnes, il a sa propre mine maintenant, Réli parcourt le monde sans but précis, il s'est peut-être suicidé même. Quand à Mylonna ... elle a été tuée par un groupe de chasseurs.

- Meric pour ces informations, je vais maintenant aller droit au but : Laralen est dans ces montagnes et je suis venue te demander ce que tu sais sur elle.

- Tu sais Luni, malgré les dures paroles que tu as entendu, je suis content que tu sois en vie, c'est juste que la mort de nos camarades m'est restée en travers de la gorge ... Oui, Laralen est passé à Fort-du-Col il y a quelques jours. Elle revenait du repaire des géants en disant qu'elle y avait réglé ses affaires. Elle est venu me voir, s'est excusé puis est reparti. Mes hommes ont découvert qu'elle se dirige vers le sommet pour je ne sais quelle raison. Comme tu le sais sûrement, il n'y a qu'un seul chemin pour aller là-haut, si tu l'empreinte, tu la trouveras à coup sûr. Mais promets-moi une chose en échange de ces infos. Tâche de rester en vie. Il faut bien quelqu'un pour encore représenter Lodola et de nous 13, c'était toi la plus forte.

- Merci Owen, je te le promets.

Je le serrais ensuite dans mes bras et le contact familier me fit du bien. Je le quittais ensuite, suivie par Areus et me dirigeais vers la sortie de la ville, bien décidée à atteindre le sommet le plus rapidement possible. Avant de franchir le seuil de la cité, je demandais à mon compagnon de voyage si la suite de l'aventure ne le gênait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Lun 18 Juil 2011, 00:05

Finalement, c’était bien Owen, malgré le fait qu’il ne semblait pas reconnaître Lunielle. Mais bon, elle semblait vouloir parler avec lui, je me concentrais donc sur la route en regardant d’un œil la conversation au cas où. Après tout, il était dangereux de laisser un homme qui était sous l’emprise de l’alcool discuter avec une femme qu’il n’avait pas vu depuis perpette et qu’il semblait apparemment détester, d’après ce que j’avais compris et d’après le comportement de son père (ou de son grand-père).
Apparemment, rester dans la ruelle sombre et étroite n’étais pas la chose préféré de Lunielle qui décida de trouver un lieu plus espacé pour discuter avec l’ « amnésique ». Moi, je me postais à un endroit tranquille où je pouvais regarder tranquillement et prévenir de l’arrivée d’éventuels gardes. En plus, j’étais bien postés pour voir comment évoluer la discussion. C’est ainsi que je vis le poing d’Owen fendre l’air pour envoyer à terre Lunielle.
Evidemment, je tentai de m’interposer entre cet alcoolique violent et la chevaucheuse de Lodola mais d’un geste, elle m’indiqua de ne pas bouger et je la laissai régler les choses. Je partis donc dans une observation, enfin plutôt une admiration pour la cité. C’était peut-être un point de vue moins grand que le premier mais je pouvais voir la cité de Fort-le-Col de façon mémorable.
Plus que la discussion, je m’étais concentré sur la vue. J’entendais des éclats de voix mais ne m’en préoccupait pas. En fait, je ne me préoccupais même plus de la route et des gardes. Je regardais tout ce qui m’entourait, l’architecture, le ciel, les gens que je pouvais voir, tout était magnifique et nouveau pour moi. J’adorais tout et tout semblait m’attendre. J’aurais découvert Aiklando que je n’en aurais été plus béat. Je trouvais ce monde magnifique et ne me lassait pas à le regardais.
Ce fut le cri de Lunielle qui me ramena à la raison, enfin qui me fit lâcher la cité du regard. Elle semblait triste ou en colère, je n’aurais su le dire. Mais je préférais rester extérieur à la discussion. Premièrement, tout ceci ne me concernait pas, je ne devais donc pas m’immiscer. Deuxièmement, je ne savais pas trop ce qui se passait et troisièmement, j’étais heureux qu’elle ait crié à ce moment là car des gardes montraient le bout de leurs nez.
Ils semblaient assez perdus et ne m’avaient pas encore vu. Je parvint à me faire discret le temps que la discussion se termina, c'est-à-dire une bonne dizaine de minutes. Ce fut à ce moment-là que Lunielle me demanda si j’acceptais de faire la route pour le sommet avec elle, entre autre de l’aider à capturer Laralen. Je souris de toutes mes dents et m’exclamai :

-Bien sûr que je t’accompagne, je veux voir ca ! Mais en revanche, si tu veux qu’on parte de façon discrète, il faudra y aller maintenant, les gardes arrivent !
Revenir en haut Aller en bas
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Lun 18 Juil 2011, 13:05

-Bien sûr que je t’accompagne, je veux voir ca ! Mais en revanche, si tu veux qu’on parte de façon discrète, il faudra y aller maintenant, les gardes arrivent !

Je lui souris. J'étais contente que mon compagnon ne me fasse pas faux bond maintenant, tout comme j'étais contente de ne pas avoir eu à sortir mes lames lors de l'échange avec Owen. Le seul petit problème, c'est que je venais sûrement de faire de Fort-du-Col un endroit où je n'allais pas revenir souvent or c'est le meilleur abri de cette montagne.

Nous nous dirigeâmes rapidement vers la rue montante, celle permetant de sortir et c'est à ce moment-là que les gardes se décidèrent à nous suivre. Notre sortie n'allait pas être si discrète que ça ...

C'est alors qu'un grand fracas d'armures retentit. Je me retournais pour voir ce qui avait causé le bruit et je vis que les premiers gardes étaient par terre. Owen se trouvait à côté, un pied légèrement levé. Visiblement, il venait de faire un croche-pied aux premiers gardes et s'excusait platement. Les gardes qui avaient suivis s'étaient arrêtés et les derniers n'ayant pas vu la chute de leur congénères, rentrèrent littéralement dans leurs compagnons.
Le résultat fut que la garde était complètement désordonnée et que nous pouvions partir tranquilles.

Nous allions franchir le seuil de la ville quand une silhouette apparut à l'horizon, nous barrant la route. C'était le père d'Owen. Bon, il avait dû se rendre compte que je m'étais fait la malle et, d'un point de vu stratégique, était venu m'attendre ici. Ça ne m'étonnait pas de lui.

Il pointa sa lance en avant, nous fermant clairement le chemin.


- Tu ne passeras pas, Luni !

Nous nous pouvions pas nous éterniser ici avec les gardes qui nous collaient au cul, ayant maintenant repris leurs esprits malgré les protestations d'Owen. Sans perdre une seconde, je me mis à courir et dégainais mes deux lames qui s'allongèrent immédiatement, le sort étant toujours en place. Je sautais ensuite et d'un geste, je réussis à le désarmer puis je tombais ensuite sur lui. Posant ma deuxième lame sur sa gorge, je répliquais, impatiente :

- Désolée Ted, j'ai pas le temps.

Sans attendre de réponse, je me précipitais vers la sortie, suivie d'Areus. Nous étions loin devant que les gardes arrivèrent près de Tedriron et renoncèrent à nous poursuivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Mar 19 Juil 2011, 00:56

La situation était désastreuse…Mais, pas pour nous ! En fait, ce furent les gardes qui étaient dans la panade jusqu’au coup. Après mon avertissement, Lunielle avait souri et était parti vers une rue montante. Comme elle connaissait mieux le chemin que moi, je la suivis au pas de course. Et, tandis que les représentants de la loi nous suivaient, le premier eut la mauvaise idée de tomber. En fait, tout cela n’étais dû qu’à une «maladresse» d’Owen. Franchement, quel maladroit !
En tout cas, les gardes s’effondrèrent comme un château de carte, du moins, ils en firent le bruit. Moi, je pris le parti de ne pas me retourner, j’avais d’autres chats à fouetter. En fait, ce fut Lunielle qui m’avertit de ce qui se passait et qui fit remonter Owen dans mon estime, bien que mon opinion n’ait pas une grande importance, au final. En tout cas, nous avions maintenant une avenue toute tracée.
L’ancien, le père de Owen (ou son grand-père, je ne sais plus), nous barra la route. Mais il fut désarmer comme un enfant par Lunielle et ne nous posa donc pas de problème. Nous courûmes pendant une dizaine de minutes avant de nous retourner. Apparemment, les gardes avaient renoncés à notre poursuite et ça, c’était une bonne chose. Pourtant, quelque chose me gênait, comme un affreux pressentiment.
En fait, une odeur planait sur l’atmosphère. Lunielle n’en était pas incommodé apparemment, mais mon flair de chacal était plus développé que celui des elfes apparemment. En tout cas, l’odeur du sang était proche mais ce n’étais pas tout. En fait, c’était un mélange de cendre, de sang, de sueur et d’alcool. Une odeur affreuse se rapprochait de plus en plus et en plus, elle n’était pas portée par un seul homme.
Ma main se posa sur ma buveuse d’âme et je m’arrêtai de marcher, ce qui interpella la chevaucheuse. Elle me demanda si tout allait bien mais je ne lui répondis pas, le son s’étant ajouté aux odeurs. Lunielle s’était tue, apparemment, elle se concentrait aussi pour savoir ce qui faisait ce bruit et ce qui dégageait cette odeur. C’est alors qu’un bruit fendit l’air, un bruit plus perçant que les autres, une flèche qu’on tirait.
Instinctivement, je me jetai devant Lunielle, ma buveuse en avant. La flèche alla la percuter et se planta dans la neige. Maintenant, c’était clair, on voulait nos deux peaux. Si j’avais bien entendu, une quinzaine de guerriers, sûrement des bandits, nous avaient encerclés et s’apprêtaient à nous piller après nous avoir tués. Bon, bien sûr, ils devaient nous tuer mais cela n’allait pas être tâche aisé.
Ils étaient bien quinze, quatre archers, deux arbalétriers, deux guerriers avec une épée, cinq costauds portant d’immenses masses, un guerrier vêtu d’une longue toge de magicien qui se la jouait pro des arcanes et un homme plutôt costaud portant deux lames, sûrement le chef. Ce fut d’ailleurs lui qui hurla :

-Ho, mais quel beau couple, n’est-ce-pas ? Une elfe et un anubite, on en mangerait (il éclata de rire, suivis par ces hommes qui nous avaient encerclés). Et j’imagine qu’ils ont de l’argent, pas vrai les gars ? (Ses hommes hurlèrent de joie). Alors voilà le topo, les tourtereaux, les bandits des montagnes vont vous piller jusqu’à votre dernière pièce d’or. Alors soit vous vous rendez tranquillement et on vous laissera en vie ou soit vous vous battez et on prendra tout ce qu’on peut prendre sur vos cadavre, y compris vos membres, au marché noir, ca peut avoir un prix, n’est ce pas, les gars ?

Je regarda Lunielle qui me regardait aussi. D’un regard, on savait ce qu’il fallait faire. J’empoignai ma buveuse d’âme tandis que le bandit murmura :

-Ainsi, vous avez choisi… Tuez les !
Revenir en haut Aller en bas
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Mar 19 Juil 2011, 13:26

La flèche transperça l'air et avant que je n'eue le temps de faire quoi que se soit, Areus se jeta sur moi, me protégeant. Je n'avais pas vu le coup venir. Sûrment la rencontre avec Owen qui m'avait bouleversée. Il fallait que je me resaisisse, notre survie était en jeu et je n'avais pas l'intention de perdre.

Nos attaquants sortirent alors de leur cachette et nous encerclèrent. Ils étaient quinze, quatre archers assez loin, espacés les uns des autres mais à portée de tir. Je souris, c'était une formation de guerre assez simple à déjouer, la formation en carré. Ensuite, il y avait deux arbalétriers, un devant nous, l'autre derrière, ceux-là étaient un peu plus près que les archers. Deux guerriers portant chacun une épée, ceux-là étaient tout près, ensuite cinq gaillards costauds portant des massues, un peu éparpillés autour de nous. Puis un mage. Je me mordis la lèvre, celui-là allait poser problème, j'allais devoir m'en occuper et rapidement. Puis enfin, un grand homme maniant deux lames fines, c'était le chef. C'est alors qu'il s'adressa à nous d'une voix à la fois mielleuse et railleuse.


-Ho, mais quel beau couple, n’est-ce-pas ? Une elfe et un anubite, on en mangerait (il éclata de rire, suivis par ces hommes qui nous avaient encerclés). Et j’imagine qu’ils ont de l’argent, pas vrai les gars ? (Ses hommes hurlèrent de joie). Alors voilà le topo, les tourtereaux, les bandits des montagnes vont vous piller jusqu’à votre dernière pièce d’or. Alors soit vous vous rendez tranquillement et on vous laissera en vie ou soit vous vous battez et on prendra tout ce qu’on peut prendre sur vos cadavre, y compris vos membres, au marché noir, ca peut avoir un prix, n’est ce pas, les gars ?

J'eu un sourire mauvais digne d'un véritable nain, signifiant que personne ne toucherai à mon or. Jettant un coup d'oeil à Areus, je fut soulagée de voir que nous étions d'accord, nous n'allions pas nous rendre gentimment.

-Ainsi, vous avez choisi… Tuez les !

Je sortis Bèll' Bètt à la vitesse de l'éclair. La couverture tomba par terre et le bois lisse de l'arc brilla au soleil. Les formes verts et argent commencèrent à se mouver et je sentis l'arc qui frémissait dans mes doigts. Il avait hâte de commencer. Areus, quand à lui, s'occupa des adversaires à sa gauche et moi du reste. Nous avions le même nombre d'adversaires, le chef se tenant en retrait. Tous les mêmes pensais-je.

J'aivais donc deux archers, un arbalétrier, un épéiste, le mage ainsi que deux gars avec des massues pour moi toute seule. L'épéiste finit avec une flèche verte dans le cou et très vite, la neige sous lui se teinta de rouge. Une volée de flèches partit vers moi et je réussis à les éviter avec une souple roulade sur le côté. Une, cependant, se ficha juste au-dessus de mon genou. Je l'enlevais d'un coup sec et portais ensuite la main à mon carquois. Les deux archers s'écroulèrent, morts avant d'avoir touchés le sol.

Je regardais du côté d'Areus, il était en passe avec un costaud à massue et l'un des archers le tenait en joute. Je tirais donc sur son archer et, comme pour me remercier de lui avoir sauvé la vie, Areus faucha son ennemi et l'un des miens au passage. Nous reprîmes ensuite nos combats respectifs. Une flèche rouge sang explosa à côté de mon deuxième archer et l'explosion emporta aussi l'arbalétrier. Ne restaient plus que le mage et le gars à massue.

Faisant passer mon arc dans mon dos, je sortis mes deux lames qui s'allongèrent automatiquement. Le costaud tomba à genoux en essayant de retenir le sang qui s'échappait de son torse. J'étais maintenant en face à face avec le mage qui semblait incanter depuis tout à l'heure. Ce n'était pas de la magie elfique, c'était plutôt comme ... cette découverte m'explosa à la figure comme une gifle en plein visage. Il utilisait de la magie noire !

L'incantation qu'il psalmodiait depuis tout à l'heure était un sort interdit de résurection des morts. Quelques guerriers zombies commencèrent à sortir du sol et je fis une grimace de dégoût. J'allais m'élancer sur lui, prête à lui couper la gorge afin qu'il arrête ses incantations dangereuses mais quelque chose retint mes mouvements. Je baissais la tête et vis avec horreur qu'une main squelettique sortant du sol me tenait la cheville.

Je la coupais sans hésiter et me mis à courir vers le mage, découpant au passage nombre de corps morts depuis longtemps. Les elfes sont contre la magie noire, ils la combattent férocement. J'avais d'ailleurs eu du mal à accepter mes camarades Kallista et Ysamir, tous deux utilisateurs de cette magie. Mais comme eux n'utilisaient pas de sorts interdits, je m'y était habituée en quelques sortes.

J'arrivais alors au niveau du mage et celui-ci claqua dans ses mains. Une lance me transperça l'épaule au même moment que mes deux lames lui coupaient la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Mar 19 Juil 2011, 23:55

Le combat était assez bien réparti. J’avais donc deux archers, un arbalétrier, trois colosses et un épéiste. Le chef, quant à lui, préférait rester en retrait, sûrement pour fuir en cas de défaite. Et donc, l’objectif principal était donc de le faire fuir. A chaque mort, il reculerait d’un pas jusqu’à partir lorsque le dernier passerait de vie à trépas, aussi simple que cela. Donc, j’avais sept adversaires, trois qui attaquaient à distance, trois qui faisaient très mal et un qui devait être très habile, je devais renverser la situation en commençant par les archers.
J’esquivai une flèche et, jetant ma buveuse d’âme, parvins à la planter près du manieur de carreau qui s’était protégé au lieu d’esquiver, grave erreur. Comme le reflexe lorsqu’on se fait attaquer est de fermer les yeux, il ne m’avait pas vu récupérer ma buveuse pour lui assener un coup sec au niveau de la nuque. En suivant le mouvement et emporté par mon élan, j’allai l’envoyer sur un des colosses qui se prit le corps de plein fouet et qui glissa dans la neige.
C’est alors qu’un second arriva. Heureusement, les autres s’occupaient de son comparse sauf une flèche qui me regardait d’un œil mauvais. Son maître n’avait pas l’air de vouloir discuter apparemment. Il tira une flèche, puis deux, puis trois. Esquiver la masse du bandit et les flèches de son comparse n’étais pas très aisé et je faillis m’en prendre une plus d’une fois. Mais par chance, le bandit devait aussi esquiver les traits, avec la confiance de celui qui n’en a pas.
C’est alors qu’une flèche alla se figer dans le crâne de mon archer. Ça, c’était signé, c’était forcément un coup de Lunielle. Eh bien, j’allais l’aider moi aussi. Pendant les quelques secondes où mon colosse fut déconcertés, je le fauchai d’un large mouvement, provoquant aussi la chute d’un adversaire de la chevaucheuse. Les deux adversaires à terre ne firent apparemment pas long feu.
Mais il me restait quand même deux colosses dont un aussi énervé qu’un taureau, un épéiste et un archer. C’était lui dont je devais d’abord m’occuper. Et donc, je fonçai vers lui. Il tira une flèche qui me frôla l’épaule mais ne parvint pas à m’arrêter. Une veine avait été coupé, je sentais le sang s’écoulait, mais ce n’étais pas une blessure grave, juste une éraflure. Apeuré par tant d’assurance, il plaça son arc en avant de façon tremblante et se brisa en même temps que son arme.
Ceci fait, il ne me restait que trois adversaires…qui ne m’attaquaient pas. J’en profitai alors pour avoir l’épéiste pour de bon et pour briser les genoux d’un adversaire sans pour autant comprendre la raison de leurs mutismes…avant que je ne m’aperçoive qu’en fait, ils étaient stupéfaits par l’apparition de mort-vivant. En fait, c’étaient leurs alliés qui avaient ressuscités sous cette forme peu gracieuse.
En fait, le premier choc passé, ils semblaient contents. Enfin, il semblait content. Un seule bandit avait le sourire aux lèvres, les autres étaient soit zombifié soit avec les genoux en moins ou soit mort (plus rare). Mais bon, j’avais maintenant quatre zombis et un homme face à moi, ce qui n’était pas des plus encourageants. Heureusement pour moi, si les humains savaient tirer, les zombis, eux, préférèrent sortir les petits couteaux de leurs poches plutôt que de bander leurs arcs.
Il ne me fallut pas longtemps pour me débarrasser des zombies et du guerrier à la masse par la même occasion. En fait, ils étaient beaucoup plus lents que lorsqu’ils étaient en vie et donc, je n’eus aucune difficulté de les évincer sans aucun problème. Quant au guerrier, il fut déséquilibré par les morts de ses propres comparses avant de mourir, une hallebarde dans le crâne. J’achevai ensuite celui qui était à terre avant de voir un drôle de spectacle.
Lunielle était à terre, l’épaule ensanglanté. Le mage qui le faisait face était mort décapité. Je voulus partir vers elle pour aller m’enquérir de son état mais fut repoussé par les deux lames du chef bandit qui s’enfoncèrent dans mon épaule gauche. Il était rapide, je ne l’avais même pas vu venir. Il voulut me replacer une botte mais fut stupéfait, j’accrochai de ma main valide ses deux lames, les empêchant de sortir. Je l’attira ensuite vers moi pour lui asséner un coup de poing qui l’envoya à terre. Il n’étais pas mort, juste surpris. Je parvint à me trainer jusqu’à lui et, prenant une de ces lames, je la planta dans son crâne. Avant de tenter de rejoindre Lunielle, je lâcha :

-Et ben, je me prend trop de coups en ce moment…
Revenir en haut Aller en bas
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Mer 20 Juil 2011, 13:11

La situation n'était pas drôle mais nous ne nous en étions pas trop mal sortis. Bon, mon épaule était hors-service mais au moins, j'avais encore tous les membres. D'habitude, je prend plaisir à combattre, c'en était devenu une des passions de ma vie. Mais cette fois-ci, je n'avais pas de temps à perdre, l'hâte de trouver ma proie faisant bouillir mon sang dans mes veines. J'avais encore moins ris quand les zombies étaient arrivés.

Il ne faut pas plaisanter avec les lois de la vie et de la mort, c'était au moins une chose qui était ancrée dans mon crâne depuis des années. C'était contre Dame Nature et je détestais par dessus tout la magie interdite. Le fait que ce mage l'ai utilisée peut signifier deux choses : soit c'était un amateur qui avait, par hasard, mis la main sur ce sort et avait réussit à s'en servir, soit c'était un mage de niveau avancé mais je voyais mal ce qu'il pouvait faire parmi ces bandits de montagne.

Une fois le mage hors d'état de nuire, Areus se débarassa du chef mais fut blessé à l'épaule. Bon, heureusement que j'avais fait le plein de potions et autres matériaux de soins. M'approchant d'Areus, je vidais le contenu orange d'une fiole sur sa blessure et fit de même sur moi. Après quelques longues minutes, les plaies commencèrent à cicatriser et rapidement ne restait de la blessure qu'une faible trace.

À nouveau pleine d'énergie, je me levais et entreprit de fouiller les bandits. Je ne fû pas déçu et montrais mes trouvailles à Areus afin que l'on partage.


- Bon, alors il y a toutes les armes, certaines peuvent servir mais moi je n'en prend pas. Ensuite, j'ai trouvé un joli petit magot d'un total de 2000 pièces d'or. Ça nous fait 1000 chacun. Puis, il y a tout un sac remplis de bijoux et joyaux, pour ça, je te propose que l'on attende de descendre dans la plaine, nous trouverons bien un marchand qui nous proposera un bon prix, on partageras encore à ce moment-là, ça te va ?

Je n'étais pas une nainne mais je connaissais la valeur de l'argent et les problèmes qui vont avec. C'était souvent ça qui m'avait manqué lors de mes voyages et j'étais devenu une combattante qui ramasse les biens de ses adversaires vaincus. J'attendis ensuite qu'Areus réponde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Mer 20 Juil 2011, 23:06

Le combat était terminé et nous avions vaincu. Des quinze guerriers, la plupart était mort et le reste était mourant. Bien que certains fussent revenus sous forme de zombis, ils avaient été vaincus. C’était surement le mage qui avait fait ça, après tout, ca sentait la mauvaise magie. Mais bon, avec la tête en moins, le mage ne pourrait que très difficilement refaire venir ses petits amis de l’outre-tombe.
Nous avons gagnés mais bon, nous étions mal en point. Lunielle avait été blessé par ce maudit magicien et moi, j’avais subi l’attaque de ce chef bandit, plus divers hématomes moins sévères. Mais bon, en pro des combats, la chevaucheuse de Lodola avait toujours un petit truc pour nous soigner. Là, elle nous avait guéris avec sa potion jaune. C’était étrange mais très pratique. Nos blessures furent cicatrisées en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.
Ensuite, elle se leva et alla rechercher divers objets sur les bandits. Moi, je préférais achever les vivants plutôt que de piller les morts et décidai donc de ne pas participer. Bientôt, la chevaucheuse revint les bras chargés de divers objets que nous triâmes. Il y avait des armes, des bijoux, des bourses remplis d’or. C’est alors que le chevaucheuse proposa son idée pour le futur des objets :

- Bon, alors il y a toutes les armes, certaines peuvent servir mais moi je n'en prends pas. Ensuite, j'ai trouvé un joli petit magot d'un total de 2000 pièces d'or. Ça nous fait 1000 chacun. Puis, il y a tout un sac remplis de bijoux et joyaux, pour ça, je te propose que l'on attende de descendre dans la plaine, nous trouverons bien un marchand qui nous proposera un bon prix, on partagera encore à ce moment-là, ça te va ?
-Et bien, je me contenterais d’un couteau que je mettrais à ma ceinture. L’or et les bijoux n’ont aucune valeur pour moi. Sincèrement, tu peux tout garder, les deux milles pièces et l’argent du bénéfices.
Revenir en haut Aller en bas
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Jeu 21 Juil 2011, 14:47

-Et bien, je me contenterais d’un couteau que je mettrais à ma ceinture. L’or et les bijoux n’ont aucune valeur pour moi. Sincèrement, tu peux tout garder, les deux milles pièces et l’argent du bénéfices.

Je lui fis un grand sourire et mis les pièces d'or avec les bijoux, puis rangeais le tout dans mon sac. Cet argent allait me premettre d'acheter un cheval ainsi que des objets magiques et peut-être même un animal de compagnie mais j'en doutait. La pauvre bête risquait de ne pas survivre avec moi.

Je me levais ensuite te nous reprîmes notre marche vers le sommet. Owen m'avait bien certifié que Laralen était passée par le repaire des géants et avait réglé ses comptes. Comme il n'y avait qu'un chemin menant au pic de Rei Dên, nous étions donc sûrs de la croiser.

Nous prîmes une bonne centaines de mètres d'altitude en quelques jours et un froid terrible s'installa. Je ressérais les pans de ma cape beige mais le froid me transpercait tout de même comme des milliers de couteaux de glace. Et pourtant, je continuais toujours d'avancer, mon honneur me poussant sûrement en avant bien au-delà de mes limites. Dans deux ou trois jours, nous allions atteindre le sommet.

Je trouvais d'ailleurs étrange que nous n'ayons pas croiser d'autres géants ou même la vampire en personne. Le repaire des géants n'étant pas très loin, nous aurions dû en avoir un bon paquet sur le dos mais visiblement, Laralen avait mis un sacré bordel là-bas, ils étaient donc sûrement occupés. Je me demandais même s'il restait encore des géants dans ces montagnes.

Tout en marchant dans la neige dru, je m'efforçais à préparer une stratégie. Areus ne devait en aucun cas intervenir, d'une parce que mon honneur était en jeu et de deux parce que je ne voulais pas qu'il meurt. Il n'avait aucune chance contre la vampire et moi-même je ne savais pas si ses pouvoirs avaient évolués. C'était ça qui m'inquiétait le plus, le fait de ne pas savoir.

Je levais la tête et vis que le sommet était bien là, caché par une brume épaisse et des nuages. Les flocons de neige volaient autour de nous et le vent fort soufflait à pleine puissance, je manquais plus d'une fois d'être emporté par sa force. Enfin, nous trouvâmes une petite grotte. Il y avait cependant un léger problème : une lumière faible provenait de l'intérieur de la grotte et mon nez m'indiqua l'odeur familière de la proie que je poursuivais depuis des années ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Ven 22 Juil 2011, 13:51

Lunielle sourit et rangea les affaires dans son sac. Comme ce devait être lourd, je me proposai de le porter. Après tout, j’étais sans doute plus forte qu’elle, physiquement, je veux dire. Pour le reste, je ne pensais pas la battre facilement, si ce n’est pas la battre du tout. En tout cas, elle accepta volontiers, un poids en moins sur ses épaules, ce ne devait être pas de refus. Le sac était légèrement lourd mais bon, rien ne très pesant non plus, il ne faisait pas deux tonnes.
Nous partîmes donc ensuite à l’assaut des sommets. En quelques jours, nous marchâmes plus de cents mètres. Comme pendant le premier voyage, nous dormions là où on pouvait dormir auprès d’un feu de camps, c’est-à-dire, principalement dans des grottes. Moi, grâce à ma fourrure, je résistais mieux au froid mais bon, je sentais quand même la morsure du givre.
Au bout de quelques jours, Lunielle m’avertis que nous pénétrions sur les terres des géants, donc qu’on avait plus de chance d’en trouver que sur les autres parties de la montagne (bien qu’on avait réussi à tomber sur eux, alors…) , ce qui n’étais pas une chose très rassurante vu que la dernière fois, nous avions été sauvé par l’armée de Fort-le-Col. Mais vu le remue-ménage mis à notre départ, je doutais fortement qu’ils viendraient à notre rescousse si on se faisait attaquer par les mastodontes des montagnes.
Mais, au fur et à mesure que nous avancions, ils brillaient par leurs absences, ce qui était une bonne chose. Mais bon, si Lunielle voulait son combat loyal face à Laralen, j’allais avoir du pain sur la planche si je devais contenir l’assaut de créatures aussi fortes. En fait, Lunielle voulait briser entre ses doigts celle qui avait tué son époux, d’après ce que j’avais compris, un geste de pur vengeance, certes, mais, selon moi, justifié. Je n’interviendrais donc pas dans ce combat, c’était son souhait, je me devais de le respecter.
Mais bon, si Laralen s’était allié avec les géants et qu’on devait les affronter, alors je devrais sans doute me débrouiller seul. Pendant que la chevaucheuse réglerait le compte de l’assassin vampire, moi, j’allais devoir contenir une horde en furie, du moins si tout se passait comme je l’avais prévu. Mais, avec un peu de chance, on pouvait tomber sur une Laralen éventrée et à moitié dévorée par les géants et rebrousser chemin pour mettre un trait sur cette histoire, cela dit, c’était très peu probable.
Le vent soufflait très fort à mesure que nous nous approchions du sommet, comme si la montagne tout entière refusait que de simples mortels ne la dépassent. Mais bon, au prix de grands efforts, nous parvînmes à avancer malgré le vent violent et glacial. C’est alors que nous vîmes une grotte qui semblait habité, ou du moins éclairé. Mais ce n’étais pas tout, l’odeur d’un vampire envahissait l’air. Lunielle semblait hésité mais je lui dis :

-On a qu’à y aller et on verra. Si c’est Laralen, je ferais en sorte que tu es un combat à la régulière en empêchant d’éventuels alliés de s’interposer et si ce n’est pas elle, on pourra prendre un peu de repos, ça te dit ?
Revenir en haut Aller en bas
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Ven 22 Juil 2011, 16:27

-On a qu’à y aller et on verra. Si c’est Laralen, je ferais en sorte que tu es un combat à la régulière en empêchant d’éventuels alliés de s’interposer et si ce n’est pas elle, on pourra prendre un peu de repos, ça te dit ?

Je lui souris et le remarciais du regard. Pendant l'affrontement qui semblait imminent, je n'allais pas pouvoir m'occuper de deux choses à la fois, tout mon esprit allait être absorbé dans ce conflit difficile dont je n'étais pas sûre de sortir vainqueur. J'avais toujours eu confiance en mes capacités, il y avait quasiment peu de personnes que je redoutais mais la vampire faisait partie de ma liste personnelle.

Je portais la main à ma ceinture et ouvris une petite bourse de cuir. Sortant avec précaution une petite fiole, je bus le précieux contenu qui était d'une couleur transparente. C'était la dose la plus forte que je n'ai jamais réussis à faire, de l'alcool pur et dur. Mon taux d'alcool augmenta instantanément jusqu'à 95 % et j'eu un sourire mauvais. La vampire allait être servie.

Je savais que c'était elle, j'aurais reconnu son odeur entre mille. Elle n'avait sûrement pas encore deviné notre présence à cause de la tempête qui faisait rage dehors. Je fis passer mon arc devant moi et j'enlevais d'un geste la couverture qui le recouvrait. Il frissonna en sentant le froid l'envahir mais je le rassurais bien vite avec la promesse d'un grand combat. Tout de suite, il fut à mon écoute et je le passais simplement dans mon dos, prête à m'en servir rapidement.

Je me dirigeais ensuite d'un pas assuré vers la grotte et ma silhouette apparut à la lumière ainsi que celle d'Areus, beaucoup plus imposante. Je regardais rapidement l'intérieur de la grotte. Elle était assez grande, quelques mètres de large, cinq mètres de haut et je n'arrivais pas à voir le fond. C'était l'une des grottes menant au coeur de la montagne, ce ne serait pas étonnant qu'un lac souterrain se trouve au bout de cette grotte.

Un joyeux feu brûlait au centre de la grotte, à environ dix mètres de l'entrée, ainsi les flocons et le Vent ne l'atteignaient pas. Un sac était poséun peu plus loin, contre la paroi droite. La vampire était allongé et avait sa tête posée dessus. Ses bras étaient croisés derrière sa nuque, elle n'avait pas changé d'un brin son physique ou son attitude.

Ses longs cheveux blancs s'étalaient sous son corps comme un drap blanc, sa peau pâle était aussi blanche que la neige du dehors, elle avait un nez fin, de belles lèvres roses, un corps de rêve à rendre jalouse n'importe quelle femme. Elle portait un corset noir brodé de dentelles fines et de rubans pourpres. Je savais parfaitement en quoi était fait ce vêtement et comment il était difficile à transpercer. Il était renforcé de l'intérieur. Les rubans étaient toujours aussi long que par le passé et la lumière dansait doucement sur eux, formant de petits reflets clairs sur le doux tissu.

Elle portait ensuite une jupe noire fendue sur les deux côtés jusqu'aux hanches. La paire de bottes montantes jusqu'aux genoux que j'avais eu l'habitude de voir était présente elle aussi et semblait plus propre que jamais. Je remarquais que le talon semblait plus fin qu'avant et je me doutais que les lames mortelles dont elle aimait se servir étaient bien cachés dans cet univers de tissu qui lui appartenait à elle seule. Ses longs cils noirs battirent et ses immenses yeux scrutateurs couleurs de sang se fixèrent sur moi tandis qu'un sourire hypocrite apparaissait sur son visage.

Combien de fois j'avais eu affaire à ce regard, combien de fois je l'avais vu, combien de fois j'avais rêvé de le revoir encore. Elle passa doucement sa langue sur ses lèvres, comme un prédateur sachant par avance la victoire assurée et ses canines blanches comme ses cheveux apparurent aux coins de sa bouche.

Elle eut un rire mauvais, un rire hypnotique, un rire que j'avais appris à contrer et m'adressa enfin la parole après m'avoir dévisager comme je venais de le faire.


- Tiens tiens ... on dirait bien que la pauvre petite chasseresse perdue et désespérée a enfin mit la main sur sa proie qui la faisait tourner en bourrique depuis le début ! Est-ce par résiniation ou par désespoir que tu viens te confronter à moi ? Tu n'aimerais pas que l'histoire recommence, n'est-ce pas ? Je ne demande combien de morts tu as sur la conscience en ce moment même ... tu as sûrement battu mon record !

Elle me fixa de ses yeux avides de souffrance et attendit patiemment que je réponde, sachant que sa provocation avait fait mouche.

- Détrompe-toi, je suis ici pour venger Draren !

- Eh bien, tu peux rentrer chez toi, car ta vengeance n'a pas de sens puisque c'est toi qui l'a tué ! Rappelle-toi que c'est TA lame d'argent qui l'a achevée !

- Oui, mais c'est toi qui m'a défiée ! Tu savais très bien qu'en tant que guerrière de Lodola je ne pouvais pas refuser au risque de voir mon honneur réduit en miettes ! Comme pour toi, l'honneur compte autant que la vie pour moi et tu le savais très bien ! Tu savais aussi que Draren n'allait pas rester les bras croisés !

- Tu as faux, j'ai été surprise que Draren intervienne, tout ce que je voulais c'était qu'il me voit te démolir !

- Et tu crois qu'il t'aurais pardonner ?! C'était mon fiancé, nous avions notre vie de prévue, il ne t'aurais jamais acceptée !

- Et c'est ça le problème ! Il n'avait d'yeux que pour toi ! Luni par-ci, Luni par-là, toujours et encore Luni l'amour de ma vie ! Il le répétait sans cesse ! Tu étais la chouchoute, la préférée et tu dirigeais les missions avec lui. Les autres n'avaient d'yeux que pour toi aussi, c'était toi qu'ils venaient voir, ils te soutenaient et personne ne t'aurait jamais trahis ! Tandis que moi, j'étais laissée derrière ! À chaque fois ! Tu ne peux pas imaginer le cauchemar que je vivais et je ne sais même plus pourquoi je vous ai rejoint !

- Ne parle pas de cauchemer, tu ne sais pas ce que c'est que d'en vivre un ! Les cent premières années de ma vie l'ont été, oui et ce n'est pas pour autant que je t'ai défiée juste pour me venger sur quelqu'un d'innocent ! Même si je suis loin d'être innocente, ce n'est pas une raison !Nous sommes toutes les deux fautives dans cette affaire et il est temps d'y mettre un terme pour de bon !

Je fis passer Bèll' Bètt devant moi et j'neochais une flèche verte, toute simple. La corde se tendis, mes doigts se crispèrent et le trait mortel partit en direction de la vampire qui se releva de justesse et fit un bond sur le côté. Je me dirigeais vers elle et Areus se posta à l'entrée de la grotte, tandis que nous nous dirigions vers le fond. J'avais besoin de me retrouver seule avec mon ancienne partenaire de bataille.

J'encochais plusieurs autres flèches et continuais de tirer sans arrêt différents types de flèches. Les rouges explosaient à côté d'elle mais elle réussissait à les éviter au dernier moment en faisant plusieurs saltot arrière et dressant la pointe de sa botte. Je connaissais cette technique. Laralen cachait des lames dans ses bottes et se propulsa en l'air afin de les envoyer. La plupart de mes flèches furent déviés par ces lames.

Les flèches grises, mortelles pour elle finirent de la même façon et souvent aussi elle les laissait partir derrière. Elle changea de tactique quand je sortis mes flèches bleus "aller-retour" et dégaina deux lames empoisonnées afin de fendre en deux les flèches. J'avançais toujours et elle reculais. Une flèche bleue réussit pourtant à se ficher dans son bras et elle hurla de rage puis lança soudain plusieurs lames vers moi. L'une d'elle se planta dans ma cuisse gauche au-dessus de ma botte et je jurais tout comme elle.


- Tsss, tu t'habilles toujours aussi léger !

- Je te retourne la phrase !

C'était vrai, nous portions toutes deux des corsets décolletés et moi une jupe tandis que la vampire n'avait qu'une fine veste de soie sur les épaules alors que ma veste était plus épaisse.

Je la vis soudain disparaitre et je m'approchais du trou par lequel elle était passée. Je sautais dedans sans hésitation suivant Laralen au coeur de cette montagne. J'atterris dans une pièce qui était dix fois plus vaste que l'entrée de la grotte, c'était une véritable caverne haute de plusieurs dizaines de mètres et large et longue de tout autant. Des stalactites et stalagmites pointaient de partout et un immense lac d'un bleu clair se trouvait un peu plus loin.

Laralen m'attendait, tranquille, debout à un endroit où les stalagmites étaient plus espacés. Je vint me mettre en face d'elle et, en même temps, j'enlevais ma cape qui me gênait ainsi que ma veste tandis qu'elle enlevait sa veste d'un geste rageur. Nous avions maintenant toutes les deux les épaules à nu. Je posais doucement Bèll' Bètt dans un coin.


- Alors que va tu faire ? Ce combat est voué à l'échec, nous connaissons toutes deux les attaques et capacités de l'autre, je peux prédire tous tes mouvements et toi les miens ! Mais même si nous perdons notre temps, je dois t'avouer que ce combat est passionnant !

- Je te rappelle que c'est moi l'amoureuse des combats ici !

Je dégainais ensuite White Moon et Black Sun et la vampire eu un sourire amusé quand les lames s'allongèrent et qu'elle les reconnut.

- Oh, tu tiens donc à mourir de la lame qui a tué Draren ? Soit !

D'un geste rapide, elle attacha ses cheveux et sortit elle aussi deux sabres qu'elle plaça devant elle dans un geste de défi puis nous nous élançâmes toutes deux. Le fracas des lames retentit et quelques étincelles fusèrent du contact des lames, se perdant aux pieds des stalagmites. Nous quittâmes bien vite l'espace dégagé et chaque de nous se mis à courir entre les stalagmites tout en attaquant avec adresse l'autre.

Les parades entrèrent dans la danse et cette situation dura quelques minutes puis elle sauta en l'air et vint m'attaquer d'en haut. Je la repoussais et l'envoyais en l'air vers le plafond. Ce combat fantastique durait depuis pas mal de temps déjà et pourtant il me sembla que peu de temps c'était écoulé.

Elle prit alors appuis sur un stalactite et se repoussa. Je la rejoignis dans les airs et un combat aérien commença tandis que nous tombions tout en s'attaquant mutuellement, essayant de porter un coup puissant à l'adversaire mais sans succès. Nous n'arrivions pas à nous toucher. Son talon me frôla et je sentis qu'il était mortellement aiguisé. Elle avait améliorés ses tours.

Tout en combattant nous avions dérivés un peu vers le fond du lac et soudain, avant que je m'en rende compte mes pieds étaient dans l'eau et je tombais à la renverse. Elle me rejoignit dans l'eau et un combat aquatique commença. Espacée de quelques mètres, nous prenions toutes deux notre respiration puis plongions sous l'eau et attaquaient, espérant que l'autre allait relâcher l'oxygène trop tôt et signer ainsi qon arrêt de mort. Mais nous tenions toutes les deux le rythme.

Bientôt pourtant, nous n'avions plus de force et ne contentions de combattre à la surface de l'eau, produisant de grandes vagues sur ce miroir bleuté. Nos gestes pourtant manquaient de force et très vite, nous sortîmes de l'eau, épuisés. Une fois sur la terre ferme, chaque de nous tentait d'attaquer mais à chaque fois le coup partait dans le vide sans que l'adversaire n'ai besoin de bouger.

Nous étions complètement exténués et ne pouvions plus bouger nos jambes, pourtant, nous combattions encore. Nos esprits étaient comme enfiévrés de fatigue, nous soufflions comme des forges, nous avions à peine la force de lever le bras mais aucune de nous deux ne voulait déclarer forfait.

Soudain, utilisant mes dernières forces, je réussis à la désarmer mais White Moon tomba au sol. Je tombais alors sur elle et n'ayant même plus la force de tenir mon arme, je posais juste fermement mes mains sur ses épaules, la clouant au sol. Quelques larmes tombèrent sur ses joues et elle eu l'air surprise de me voir pleurer.


- Laralen ... si tu savais ... je ne suis ... pas forte. Si tu savais ... combien de fois ... j'ai regretté ... d'avoir accepté ce stupide défi ... il ne s'est pas passé ... un jour sans que je regrette ... tous les bons moments ... passés ensemble à Lodola. Tu étais comme une ... soeur pour moi ...

Elle ne dit rien mais je vis ses yeux rouges s'éclaircir quelques peu ainsi qu'une petite larme se former au coin de son oeil droit.

- Ainsi, tu es capable de pleurer ...

- Je ne pleure pas, abrutie. J'ai ... une poussière dans l'oeil ...

Je lui souris et pour la première fois je la vis sourire en retour. Puis, d'un geste rapide elle m'attrappa par le cou et m'ejecta loin derrière. Je m'écrasais contre un stalagmite et produisis ainsi un immense nuage de poussière brune.

Elle se leva et rangeant ses lames, s'approcha de moi. Son regard était redevenu dur et impitoyable.


- Ne fait pas surgir les choses du passé ! Je suis mauvaise et je n'ai pas besoin de ta compassion ! Les créatures du jour et de la nuit ne revraient pas se mélanger !

Elle aperçut alors un petit trou dans le mur de la caverne, c'était une sortie cachée et elle se dirigea vers elle.

- Laralen, je suis contente de t'avoir revue !

- Pfff, toi et ta gentillesse ! Continue de me poursuivre et peut-être qu'un jour, l'une de nous deux dépassera l'autre. Je retourne à Ghurol, tu sais où me trouver maintenant. Je ne fuierais plus. Je t'attendrais.

Je ne dis rien et contentais de me relever doucement. Juste avant de disparaitre dans le trou béant, elle ajouta une dernière chose sans se retourner :

- Ce sera moi qui te dépasserais !!!

Et elle disparut. J'avais l'impression qu'une autre page de mon histoire venait de se tourner. Je rejoignis ensuite Areus près du feu et lui racontais ce qui s'était passé. Nous décidâmes de passer la nuit dans la grotte et le lendemain, nous prîmes la direction de la mer, quittant progressivement la montagne enneigée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Sam 23 Juil 2011, 17:04


C’était Laralen, oui c’était bien elle, il n’y avait aucun doute. Entre les regards que se lançaient les deux femmes, l’odeur de vampire qui rôdait dans les airs et surtout la façon dont elles se parlaient. Laralen avait un physique avantageux, très avantageux même. Pour tout dire, je la trouvais assez jolie mais bon, quand même pas mon type. En gros, c’était une femme pouvant se baser sur des arguments peu orthodoxes au cas où.
En tout cas, il y avait un feu de camps et cela me suffisait pour attendre la fin du combat. Je posai mon sac, enfin celui de Lunielle sur le sol ainsi que ma buveuse à côté de moi et attendit. En fait, le combat ne m’intéressait pas trop et je n’écoutais pas ce quel disait. Ce n’était pas vraiment mes affaires. Bon, d’accord, je connaissais la situation mais cela n’allait pas plus loin.
Surtout que quelqu’un arrivait et que ma mission consistait justement à empêcher diverses personnes de venir fourrer leurs nez dans ce combat. Ses pas étaient lourds et maladroits et apparemment, il était blessé. C’est alors que je compris, un homme blessé très légèrement qui nous avait suivis ici, un homme que j’avais battu par chance en utilisant la surprise de me mutiler sur la lame. Cet homme, c’était le chef des bandits qui nous avaient suivis jusque là.
Je ne l’avais pas achevé, c’était d’ailleurs le seul. En fait, c’était le premier que Lunielle avait détroussé et apparemment, il avait joué au mort. Je l’avais oublié et il était donc parti discrètement à nos trousses. A cause des tempêtes et de tout cela, mes sens n’avais pas étaient au mieux, il avait donc été facile de nous suivre sans pour autant nous alerter.
Le bandit ne semblait pas pressé de nous tuer. En tout cas, tandis que j’avais la main sur ma buveuse, il s’assied à côté de moi comme si de rien n’étais, comme si nous étions de vieux amis, ou plutôt deux étrangers. Il se réchauffa doucement et, comme s’il venait juste de me voir, me dit :

-Tiens, l’anubite qui m’a battu ! Ca faisait longtemps. JE vois que t’es sur le qui-vive mais t’inquiète, je n’ai pas l’intention de t’attaquer.
-Qu’as-tu l’intention de faire alors ? Sache que je ne te laisserais ni récupérer les biens que tu as volés ni interférer dans le combat.
-Whaou, tu es tranchant, toi.

Il éclata de rire, un rire gras et sonore. Pourtant, lorsque je regardais Lunielle et LAralen, apparement, elles n’avaient pas entendu. Je retournais donc à ma conversation, ne faisant aucunement confiance au bandit.

-Que veux-tu alors ?
-Te proposer un marché, l’ami. Tu me rends un service et moi, je te donne ceci.

Il sortit de sa poche une bague, apparemment une rescapé du pillage de Lunielle. Le truc, c’est que je n’avais ni envie de lui rendre service, ni envie de cette bague alors pourquoi j’accepterais son marché ? Il sourit et continua :

-Je te sens perplexe. D’après ce que j’ai entendu quand j’étais dans les vapes, tu ne cherches pas l’argent. Mais cette bague est spéciale. En fait, elle dispose d’un pouvoir caché que je n’ai pas pu découvrir. Elle est à toi si tu me rend la dague que ton amie m’a prise, c’est un cadeau de mon père, un présent dont la seule valeur est sentimentale. Cette arme compte beaucoup pour moi.
-Bon, d’accord, tiens.

En fait, cette dague était à ma ceinture. Je la pris et lui donna. Après tout, elle n’était pas très ouvragée et ne me servirait pas vraiment, juste en dernier recours. Et puis, il y en avait d’autres dans le sac. Il me remercia, me donna la bague que j’enfilai avant de partir.
Lorsque je me tournai vers le combat, je vis qu’il était terminé, du moins Lunielle venait vers moi et je ne voyais pas Laralen. Elle me décrit le combat qui s’était déroulé et moi, je l’écoutais en silence. Elle me demanda ensuite s’il s’était passé quelque chose. Incapable de mentir, je lui dis la vérité, enfin à moitié, que j’avais perdu mon couteau, sans lui dire que j’avais une bague ou comment je l’avais perdu. Elle sourit en m’en tendant un autre de son sac, récupéré aussi sur un bandit. Nous passâmes la nuit dans la grotte et le lendemain, commençâmes le chemin du retour.
Revenir en haut Aller en bas
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Sam 23 Juil 2011, 17:58

Après une nuit calme malgré les ardeurs de la tempête, je me levais et mangeais quelques baies de mon petit coffre en bois. Areus se réveilla à son tour. J'éteignais le feu puis ramassais mes affaires et, même si Areus me proposa de porter à nouveau mon sac, je refusais cette fois-ci. Je jettais alors un regard dans la grotte pour voir si nous n'avions rien oubliés puis mes yeux tombèrent sur le sac de Laralen qui se trouvait dans un coin.

Hésitante, je finis par l'ouvrir et étaler sur le sol froid le peu de choses se trouvant à l'intérieur. Il y avait quelques lames, un peu de poison, beaucoup de provisions mais aussi une petite boîte carré. Je l'ouvris et trouvais une simple photo. Dessus se trouvaient 6 personnes et en fond il y avait un grand batiment. Juste derrière les personnes souriantes se trouvaient une pancarte avec l'inscription "LODOLA - Guilde guerrière". Une larme glissa sur ma joue quand je reconnu les personnes au premier coup d'oeil.

C'étaient les fondateurs de Lodola, moi, Owen, Draren, Ondia, Laralen et Apaat. C'était quand nous venions de finir la construction de la guilde. C'était l'une des rares photos restantes de cette époque. Je rangeais tout dans le sac, puis je le posais au centre de la grotte. Avec un des charbons noir du feu éteint, j'écrivis ces simples mots juste à côté du sac :

"LB VS LE"

Puis je sortis de la grotte et m'approchant du vide, je tendis le bras, tenant la photo du bout des doigts. J'ouvrais ensuite la main et le petit objet s'envola, puis fu vite emporté par le Vent qui soufflait fort.

La descente de la montagne nous prit une semaine et nous arrivâmes ensuite dans une plaine. Devant nous, se dressait la forêt bordant le lac Olia. Quelques kilomètres plus loin se trouvait Reilor ainsi que son port. Je me tournais alors vers Areus.


- Si tu traverses tout droit cette forêt, tu tomberas sur Reilor ainsi que son port. Tu pourras facilement trouver un navire. Je tiens à ce que tu prennes ces milles pièces d'or, elle te serviront au moins à payer le voyage. quand à moi, je pense aller trouver une bonne taverne ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Dim 24 Juil 2011, 00:28

Le combat entre Laralen et Lunielle s’était soldé par une victoire de la chevaucheuse ainsi que la fuite de la vampire. Elle était parti si précipitamment qu’elle avait oublié son sac et la guerrière de Lodola en profita pour le fouiller. Elle ne vit que des trucs assez simples, disons. Des dagues, de la nourriture et une boite contenant une photo. Je ne vis pas ce que c’était mais apparemment, elle rappelait de trop douloureux souvenirs car elle la laissa s’envoler.
La suite fut juste un retour sans grande histoire. Nous descendîmes pendant une petite semaine sans croiser ni bandits ni géants ni garde ni rien. Au final, c’est là que Lunielle s’exclama :

-Si tu traverses tout droit cette forêt, tu tomberas sur Reilor ainsi que son port. Tu pourras facilement trouver un navire. Je tiens à ce que tu prennes ces milles pièces d'or, elle te serviront au moins à payer le voyage. quand à moi, je pense aller trouver une bonne taverne ...
-Cela veut-il dire que nos chemin se sépare ?
Revenir en haut Aller en bas
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   Dim 24 Juil 2011, 17:52

-Cela veut-il dire que nos chemin se séparent ?

Je m'attendais à cette question. J'y avais longuement réfléchie et, au final, la réponse s'imposait d'elle-même.

- Je pense oui. J'ai des obligations envers mon capitaine d'équipage, je dois donc les rejoindre sans tarder. Et puis, même si j'ai déjà vu une bonne partie de ce monde, il me reste encore beaucoup de choses à découvrir. Mais toi, tu es loin de ta terre natale, que compte tu faire maintenant ?

Je le laissais répondre tranquillement puis je poursuivis :

- J'aimerais aussi faire un tour à Rosyel, revoir mon village même si je me doute de l'accueil qu'ils me réservent ... Après, on peut peut-être faire un bout de chemin ensemble mais il me semble que c'est bien ici que nos chemins se séparent ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N   

Revenir en haut Aller en bas
 

Qu'est-ce qu'on se les gèle ici !!! N

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Il faut redouter l'eau qui gèle
» On se les gèle [Feat Lotus]
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aïklando :: Île de Lan Rei :: La Ceinture de Brendian :: Monts de Pan Rei-