AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
"Homme libre, toujours tu chériras la mer !"
"La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent."
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit."
"Il est des moments où les rêves les plus fous semblent réalisables à condition d'oser les tenter."
"Le voyage est une suite de disparitions irréparables."
"Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil."
"Dieu nous rêve. S'il s'éveille, nous disparaissons à jamais."
"Nous trouverons un chemin... ou nous en créerons un."
"Le rêve de l'homme est semblable aux illusions de la mer."
"Il n’est pas de vent favorable, pour celui qui ne sait pas où il va…"
"Il y a trois sortes d'hommes : les Vivants, les Morts, et ceux qui vont sur la Mer."

Partagez | 
 

 Tessia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Tessia   Mar 18 Oct 2011, 22:59

L'eau est froide. L'eau est sombre, aussi. Elle coule sur ma peau nue, elle l'embrasse de ses lèvres glacées. Ai-je si bon goût que cela pour qu'elle s'attarde ainsi sur moi, à l'instar d'un indésirable amant ? Veuille me délaisser, ondée désagréable, au lieu d'enserrer ainsi mon corps. Je ne veux pas de ta caresse immobile et figée, qui me fait davantage souffrir d'instant en instant à présent que je m'éveille.
Qui donc joue de ce tambour qui gronde, qui résonne en moi ? Pourquoi l'eau ne se soulève-t-elle pas sous le joug saccadé de cet instrument trop puissant pour être bénéfique ? Le monde devrait s'écrouler, au lieu de renaître.

Mes paupières s'ouvrirent, laissant une vision floue et tremblante envahir mes yeux. M'apercevant que je ne respirais pas, je me redressais avec un hoquet douloureux, arrachant mon buste au fond du bassin. Le rouge me frappa aussi fort qu'une gifle. Un concert de sensations vint m'agresser ; le tremblement de froid, la saturation de cette couleur sanguine, la crispation de mes muscles gelés.
Je crachais un filet invisible tant il se fondit dans la brume rubescente, cherchant à évacuer ce qu'emplissait mes poumons. Une toux violente continua de me secouer pendant quelques instants, avant que je n'avale goulûment l'air de la pièce.

La chamade de mon coeur s'était tue. Où étais-je ?

Je sortis maladroitement du bassin au fond duquel j'avais reposée. Un endroit incroyable. Sa teinte violente éclipsait ma réflexion. Je n'arrivais pas à réfléchir, comme dans un rêve - à ceci près que... qu'est-ce qu'un rêve ?
A pas lents, j'avançais... Ma main tendue se heurta à un mur. Telle était la limite de cet univers ; un rempart tiède, sur lequel je venais de laisser la marque scintillante de mes doigts perlés d'eau. Mais ici... Oui, ici des spirales que je distingue dans ce sang qui ruisselle ou qui se fige.
Des spirales ? Non, des formes. C'est... ce sont des images... des icônes.

Que représentent-elles ? Je ne vois rien de précis. Qu'est-ce donc que cette nuée sombre ?

A mesure que je l'observais, le rouge perdait de son opaque hégémonie. Je parvenais à distinguer des nuances. Voilà que je pouvais mieux suivre le dessin. Ici, une gravure que je n'avais pas aperçue auparavant. J'en suis les lèvres du bout des doigts.
Et d'un seul coup, comme le tonnerre peut soudain fendre la nuit, la réalité creva le voile de mes yeux. Je vis. Pire, je su...

Ce nuage-là n'était pas un nuage, c'était mon âme. Formule pathétique. Un tourbillon hurleur, se dévorant lui-même, sa propre douleur générant la résistance qui lui permettait de poursuivre son auto-cannibalisme pendant des lustres encore. Ici, on voyait une ombre maléfique qui étendait d'obscures ailes - celles de sa haine, la portant dans un envol meurtrier duquel tomberaient bien des corps déchiquetés.
Là ! Mon visage...

Pourquoi cette beauté pour cacher tant de laideur ? Pourquoi ces traits étaient-ils si humainement délicats, comme peints du bout d'un pinceau ? Pourquoi la bouche était-elle discrètement attrayante, et ici, pourquoi un sourire si plein de fossettes ? Pourquoi un front dégagé qui promettait une honnête intelligence, alors que mon esprit était si pernicieusement rusé ? Dites-moi pourquoi cette femme avait cet air si grave, si sérieux, alors qu'elle n'était qu'un monstre affamé de mort ! Dites-moi pourquoi elle jouissait de cette beauté pâle, presque lunaire, et pourtant avec cette sorte de chaleur accessible qui en faisait tout, sauf quelqu'un de trop extraordinaire pour qu'on le sur-estimât ? Dites-moi pourquoi un tel prédateur est censé exister ?
Pourquoi... pourquoi est-ce moi...

Cette femme était différente sur chacune de ses représentations, tantôt concrètes et tantôt abstraites. Je surpris à quelques endroits des yeux jaunis et humides, semblables à ceux d'un animal, d'un fauve... deux tisons ardents dans les ténèbres. A d'autres moments, ils étaient d'un gris limpide et hivernal, tranchant comme l'acier avec la domination sanglante omniprésente.
Mais toujours... toujours cette cicatrice, ce stigmate croisé sur la face, de la tempe à la ligne opposée de la mâchoire. Grande, blonde et élancée, cette femme faisait partie de ceux qui ont été sculptés pour se battre. Il y a bien des façons de chasser... Je le sais, je suis un prédateur...
Et je reconnaissais, à la silhouette, à l'invisible courbe, que celle-là était façonnée pour chasser l'humanoïde.

Mes genoux se dérobèrent et je chutais durement sur le dallage. Dans cette vie ici exposée, que voyais-je ? Des actes d'amour ? Non, des actes de désir. Des actes de courage ? Non, des actes de passion.
Il semblait ne rien y avoir qui fut bon ou généreux. Je n'osais même plus lever les yeux sur ces pans du passé - ou peut-être de l'avenir. Je n'osais pas... car au fond de moi, je sentais cette femme s'agiter et revenir lentement à la surface de ma conscience.

Bientôt je vais disparaître. Dévorée par ce démon qui s'éveille.
Revenir en haut Aller en bas
¤Admin¤

avatar

¤Admin¤

Nombre de messages : 10629
Localisation : ¤ Là où la mer et le ciel se rejoignent, sur l'horizon, là où le Rêve existe encore ¤
Métier/Fonction : ~¤Maître du Jeu¤~ / ~*Conteuse*~

MessageSujet: Re: Tessia   Mer 19 Oct 2011, 13:43




Elle me dévisageait sans gêne et sans pudeur alors j'en fis de même. Après avoir longuement parcourue la pièce, découvrant les images, la créature me troua de son regard gris, elle croyait peut-être se percer elle-même à jour. Je la laissais me vaincre sans bouger, sage reflet pacifique et interrogateur. J'étais ravi et agacé de voir un être dans son genre, tranquille face a moi. J'aurai sans doute voulu lui soutirer un peu plus de panique. Et puis franchement, me retrouver finalement réduit à cette allure si banale, c'était plutôt... frustrant.
Comme une dernière mise à l'épreuve pour voir si elle était réellement prête, je laissais apparaitre sur son visage, dans le miroir, mon oeil étrange. Il y avait une sorte de défi et de menace séduisante, j'étais vexé qu'elle ne soit pas plus impressionnée que cela. Peut-être aurais-je voulu la garder un peu plus, jalousement? Dans un clignement de paupière, mes cils en pétales se refermèrent comme une grande fleur et quand celle-ci s'épanouit à nouveau, le feu était partout. Les photographies s'embrasèrent, la chaleur montait, insoutenable et pourtant épargnant miraculeusement la louve. Je plaquais ma main contre la paroi, y appuyant la clé rouge, qui commençait à fondre, magma de métal en fusion. L'objet rougeoyait comme une braise, un petit soleil qui se serait mis à couler entre mes doigts. Les miroirs commençaient à se gondoler, changeant de teintes comme des tâches d'essence sous le brasier. Je souriais à la jeune femme avec provocation et bienveillance, puis je m'embrassais soudain, sans un bruit, mon miroir en cendre et bris de verre, dévoilant un passage menant à une noirceur froide.






[Bien le bonjour, nouvelle venue sur les terres d'Aïklando! J'espère que tu te plairas parmi nous Wink

Alors alors, quelques petites choses à te demander:

Tout d'abord, comme c'est noté dans le règlement, ton personnage est censé avec un nom de famille, à moins d'avoir une trèès trèèès trèès bonne raison. Donc à moins d'en avoir une (et donc de me l'exposer :p), je te demanderais de bien vouloir modifier ton pseudo pour rajouter ce nom de famille.

Ensuite quand tu auras le temps (avant ta dernière salle), il faudra que tu remplisses la partie "Esquisse" de ton profil, ça se fait vite.

Pour l'instant j'ai surtout besoin de savoir la race de ton personnage. Un démon peut-être? Si c'est le cas, ça peut être une bonne chance qu'on discute par MP, que tu me parles de tes idées, que je puisse te guider un peu, car les démons sont une race qu'on encadre particulièrement (pour éviter qu'ils ne soient trop puissants par rapport aux autres races].

A très vite, et n'hésite pas à venir me trouver si tu as besoin de quoi que ce soit!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Tessia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Holëna Tessia "la poupée humaine"
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aïklando :: Préliminaires :: Nouveau Départ :: La Trappe-