AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
"Homme libre, toujours tu chériras la mer !"
"La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent."
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit."
"Il est des moments où les rêves les plus fous semblent réalisables à condition d'oser les tenter."
"Le voyage est une suite de disparitions irréparables."
"Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil."
"Dieu nous rêve. S'il s'éveille, nous disparaissons à jamais."
"Nous trouverons un chemin... ou nous en créerons un."
"Le rêve de l'homme est semblable aux illusions de la mer."
"Il n’est pas de vent favorable, pour celui qui ne sait pas où il va…"
"Il y a trois sortes d'hommes : les Vivants, les Morts, et ceux qui vont sur la Mer."

Partagez | 
 

 L'éveil d'une lame.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: L'éveil d'une lame.   Mer 26 Oct 2011, 10:16

Le Silence. Un état, un son, un instant. Quelque chose de bien contradictoire, si l'on prend ne serais-ce que quelques instant pour y penser. Autant le Silence peut-il être relaxant, qu'il peut être des plus opressant. Autant absence de bruit que source de bruits. Dans l'instant présent, dans cette salle étrange, inconnue, insolite... Le Silence est opressant et source de bruit.

Boum-boum. Boum-boum

Le coeur, organe de vie. Constamment, sans relâche et régulièrement, le coeur bât. Ce son qui bien souvent est oublié, est le même qui réveilla le principal personnage de notre histoire. Oui, personnage, car qui est-il vraiment? Pour l'instant, il n'est qu'une masse informe. Couché sur le sol. La poitrine monte et descent tranquillement, preuve indiscutable que la "masse" vit.

C'est le son du coeur qui réveilla Siméon. Brutalement, sans finesse. Il ouvrit les yeux, pour ne rien y voir. Il pensa être aveugle pendant quelques secondes, mais les murs de la pièce lui confirma le contraire. Cette pièce était étrange par ailleurs. Des photos recouvraient toutes les parcelles possible de mur. Grande, petite, moyenne. Quelques miroires perçaient aussi, ça et là.

C'est sur ces photos, presques toutes identiques, et les miroires que l'on pouvait le mieux voir son apparence. De façon générale, il était grand, élancé, sportif. Un Homme de la vingtaine très en forme. Certain aurait pu le qualifier de musclé, mais ce n'était pas vraiment le cas. Il avait une certaine musculature, en effet, mais rien d'intimidant. C'était des muscles habituer à travailler.

Plus en détail, un ton de brun ressortais des photos. Cheveux brun, en bataille, mi-court. Peau blanche, minimalement bazané, comme un bronzage naturel. Emnsuite venait les yeux. Ils était aussi d'un brun, mais qui sortait de l'ordinaire. Un brun profond, qui capturait l'attention, le regard. Ce même regard parlait beaucoup, mais pour bien comprendre ce langage, connaître le jeune duelliste était de mise... ou presque. Pour le reste du visage, rien ne sortait vraiment de l'ordinaire. Un nez normal, une bouche normal. Pour peu qu'il en est, Siméon était du genre à passé inaperçu la pluspart du temps.

Un détail de l'Aspect générale manque toute fois à l'appel. L'accoutrement du jeune homme. Simpliste, l'allure vestimentaire tirait aussi vers le brun. Chemise, pantalon, chausses. Le tout donnait un air fâde, il va s'en dire. Cependant, Narayamme, la fidèle lame de Siméon, n'était pas brune, mais restait bien présente à ses côtés. Même nu, ou presque, Siméon ne se départait pas de cet outil, qui pouvait lui sauvé la vie plus souvent qu'autrement.

Heureusement que le jeune homme n'était pas narcissique. Autrement, fasciné par les photos de lui-même, il aurait fort probablement l'ouverture d'un noir profond, sombre, presque insondable qui s'offrait à lui. Devait-il entré? Devant l'absence de toutes autres options, il fit quelques pars vers cette "portes".
Revenir en haut Aller en bas
¤Admin¤

avatar

¤Admin¤

Nombre de messages : 10629
Localisation : ¤ Là où la mer et le ciel se rejoignent, sur l'horizon, là où le Rêve existe encore ¤
Métier/Fonction : ~¤Maître du Jeu¤~ / ~*Conteuse*~

MessageSujet: Re: L'éveil d'une lame.   Mer 26 Oct 2011, 18:17



Encore un corps à examiner. Tapis derrière le miroir, Nous attendons qu'il s'éveille, prêts à Nous jeter sur sa carcasse comme des vautours. Car Nous ne Nous en lassons pas.

D'abord il y a l'odeur... Sur les chairs s'exaltent les parfums de la vie, Nous retrouvons la route de Notre invité parmi les fleurs de son île en le respirant. Quelles forêts a-t-il croisé? Touche-t-il au cuir, au bois, trouvons-Nous un arôme de vernis dans cette petite note piquante?

Ensuite, le toucher. Pas trop, juste un effleurement. Comme un fichu de soie aurait glissé sur la peau, Nous testons sa douceur. Rude et tannée par le travail, comme Nous l'aimons, ou plus souple et agréable comme chez le rêveur. Sans omettre les cheveux, fin ou emmêlés, bouclés, aux effluves fruitées ou sauvages. Nous aimons à Nous entrelacer dans les mèches, tels l'ombre d'un ruban, pour taquiner le voyageur de son allure négligée.

Quand la coiffure ne ressemble plus qu'à un épais buisson de ronce, Nous descendons coller Notre oreille à son coeur. Le battement sourd, et apaisant. Toum... Ta! Toum... Ta! Nous le reprenons en choeur...

Et enfin, enfin! Surpris par Nos voix, il s'éveille. Alors l'enveloppe charnelle prend vie, et Nous voyons. Dans une étreinte muette, Nous lui donnons la clef pour continuer. Le rouge se fait noir...





[Tout d'abord bonjour à toi voyageur, et sois le bienvenue dans l'archipel d'Aiklando, j'espère que tu t'y plairas!

Pas de soucis ici, tu as bien remplie ton Esquisse, impeccable!

Ensuite, pour la salle noire, qui est d'après moi la plus difficile, prend bien garde de parler du caractère de ton personnage, de ses goûts, de ses qualités et défauts, et non pas des actes qu'il a pu faire, c'est une erreur que les gens ont tendance à faire Wink

Sinon, bonne chance pour la suite, n'hésite pas à venir me trouver si tu as besoin d'aide, si tu as des questions ou quoi que ce soit d'autre!]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: L'éveil d'une lame.   Jeu 27 Oct 2011, 12:45

[Bon bon, on va essayer de faire ça sans anicroches x) ]

Le Noir. Bête, au nom bien choisi, noire de Siméon.

Devait-il continuer? Oui, il n'avait pas le choix. Lentement, mais surement, la lumière se tarit. Plus la lumière disparait, plus la moiteur apparaît.

Puis virent les Voix. Toutes et rien à la fois. Hommes et Femmes. Absente et présente. Elles parlaient, sans cessé, jamais. Il devait répondre pour retrouvé la sérénité.

Que vivait-il? Le Stresse. La Peur. L'orgeuil. Oui, le vilain orgueil qui frappe encore une fois. Sans répis, sans relâche. Le jeune homme prend finalement pied dans cette salle sombre et sans lumière. C'est grâce à l'orgeuil, ce gros défaut parfois si utile, qu'il se tient droit malgré son agoisse. Est-il sans danger? Quelque chose se tapis-t-il dans le noir? Guettant l'instant propice?

Malgré ses peurs et ses doutes, il profita de l'instant pour penser. À quoi direz-vous? À lui-même biensûr. Aux réponses approprié. Les Voix étaient intarissables et exigeaient leur dû.

Outre la peur, Siméon est un homme plein de détermination dans la vie. Droit, fière, loyal. Un homme d'honneur, qui cache ses faiblesses le plus souvent possible. Non pas par crainte de se faire rire de lui, mais plutôt pour mieux rassurer ses amis, ses proches ou ses compagnons d'arme. C'est un homme bon et généreux. Cependant, certaines situation, comme le noir, peuvent le mettre sur les nerfs.

Il peut paraître distant, même froid, mais ce n'est que façade pour caché son effrois.

Effrois. Sentiment qui grandit lorsqu'il réalisa "l'étreinte", puis les Voix. Pour l'être logique qu'il était, son esprit s'embala. Personne n'était avec lui. À moins que son regard ne lui joue des tours. Quelqu'un jouait-il avec son esprits? Se prenant à deux mains, il respira calmement. Il se devait d'y avoir une réponse logique. C'était certain.

D'ailleurs, malgré ses moments déplaisant, une lumière apparue lentement. Une clarté pure. Impossible de se tromper, une ouverture se dessinais. Le soulagement transpirait par travers son expression et tout son corps. Enfin, il pourrait fuir cet endroit. Fuir ces Voix, qui se tarissait, comme la noirceur de la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
~¤ Chaton ¤~

avatar

~¤ Chaton ¤~

Nombre de messages : 2814

MessageSujet: Re: L'éveil d'une lame.   Dim 30 Oct 2011, 14:11



Bruissement. Les ailes de la peur se sont déployées avant même que l’homme ne soit entré dans notre monde. Aurais-tu donc peur du noir, aurais-tu donc peur de nous ? Allons, il n’y a rien à craindre de nous, à moins que tu aies quelque chose à te reprocher ? Raconte-nous, dévoile-nous l’identité que ta vie a forgée !

Ensembles, nos voix s’élèvent, vagues de mots prêtes à t’emporter dans les méandres de ton propre esprit. Enfants sans âge nous réclamons une histoire, nous ne te laisserons pas échapper à l’obscurité. Les mots semblent devenir solides, t’entourer de leur signification, de leur avidité, de leur humanité. Nous te tenons, nous ne t’abandonnerons pas... Continue, raconte, raconte !

Tu sens notre poigne, tu te débats. Tu te raccroches à la corde de ta raison pour nous échapper. Un sifflement transperce l’air autour de toi. Tsss, tu as bien joué, même si tu ne nous as peut-être pas tout dit...

La lueur que nous daignons laisser apparaître balaie les ténèbres, balaie notre antre comme un pauvre fétu de paille et nous nous dissipons avec un dernier petit rire enfantin.



_________________
Défis de Noël :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: L'éveil d'une lame.   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'éveil d'une lame.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Eske zafè Lame kapout, gade komandan Mario Andresol
» Un réveil difficile - Terminé
» Le réveil du chat
» Lame d'epee
» Kurai Hoshi, La lame divine / Kurama, le roi rouge
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aïklando :: Préliminaires :: Nouveau Départ :: La Trappe-