AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
"Homme libre, toujours tu chériras la mer !"
"La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent."
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit."
"Il est des moments où les rêves les plus fous semblent réalisables à condition d'oser les tenter."
"Le voyage est une suite de disparitions irréparables."
"Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil."
"Dieu nous rêve. S'il s'éveille, nous disparaissons à jamais."
"Nous trouverons un chemin... ou nous en créerons un."
"Le rêve de l'homme est semblable aux illusions de la mer."
"Il n’est pas de vent favorable, pour celui qui ne sait pas où il va…"
"Il y a trois sortes d'hommes : les Vivants, les Morts, et ceux qui vont sur la Mer."

Partagez | 
 

 Entrainement au large. ( Sytry & Lunielle )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Entrainement au large. ( Sytry & Lunielle )   Lun 14 Nov 2011, 00:15

Spoiler:
 

L’épais manteau noir nocturne a recouvert tout ce qui m’entoure. J’avance dans cette sombre forêt, à la recherche de je ne sais quoi. Je suis seul, en colère, ma fidèle lame tenue en main. J’avance de plus en plus rapidement. Mon sang bouillonne, je croise un homme, il n’a pas le temps de réagir, ma lame tranche sa gorge d’un coup vif. Je le regarde se vider de son sang sur le sol, cela me réjouit. Je poursuis ma route, je multiplie les rencontres, sur mon passage, les gens tentent de fuir. Aucun n’y parvient. J’avance toujours vers je ne sais ou, les cadavres s’empilent derrière moi. Je pose les yeux sur mon épée. Sacrifar, tel est son nom. Au fur et à mesure que je tue, sa puissance ne cesse d’augmenter. Je ne la tiens plus. Son manche est enraciné dans mon avant-bras. Mon bras et ma lame ne font plus qu’un. Finalement, je quitte la forêt et débouche sur une clairière. Au centre se tient un immense miroir sur pied. Je m’y avance lentement, prêt à trancher ce qui pourrait s’y cacher. Mais il n’y a rien. Juste mon reflet effrayant. Mes yeux sont rouges, mes veines apparentes se noircissent au contact de Sacrifar. J’esquisse un sourire. Je suis imbattable, surpuissant. Mon reflet bouge, il m’observe, incline la tête de droite à gauche. Et, soudain, sa lame traverse le miroir et déchire ma chair. Mon reflet éclate d’un rire effrayant. Je me vois tomber sur le sol, impuissant. Mes forces me quittent peu à peu. Je n’ai pas eu le temps de faire quoi que ce soit pour me défendre. Sacrifar quitte mon bras et rejoins mon reflet. Il a gagné, elle a gagné. Sacrifar a pris le contrôle de mon être. Mes yeux se ferment, mon visage s’écroule sur le sol maculé de sang. Je m’endors définitivement dans les tréfonds des ténèbres…

J’ouvre les yeux et me lève en sursaut. Je transpire à grosses gouttes. Je regarde ma poitrine, mon bras, tout va bien. Tout ceci n’était qu’un stupide cauchemar. Ils sont de plus en plus fréquents ces temps-ci. Je me demande ce que cela peut bien signifier. Suis-je en train de me rapprocher de Sacrifar ? Le jour où je vais devoir apprendre à la contrôler pourrait bientôt arriver. Et si je n’y parvenais pas ? Si elle prenait le dessus ? Je n’ose même pas imaginer ce qu’il se passerait.

Je chasse ses sombres pensées et file faire un brin de toilette. Aujourd’hui, je dois voir de quoi est capable na nouvelle recrue du Capitaine. Celle que j’ai moi-même ramenée. Lunielle la sauvage. Petite Elfe pleine de nerfs. J’ai hâte de voir ce qu’elle a dans le ventre. J’ai hâte d’en apprendre plus sur ses techniques de combats, sur ses armes qui semblent assez mystérieuses. Et puis, j’ai hâte de faire plus ample connaissance avec elle. Elle semble dotée d’un fort caractère, j’aimerais voir ce qui se cache derrière le masque de la petite sauvage.

J’avale quelque chose à grignoter rapidement, empoigne ma Ten Comandments et me dirige vers la vaste salle d’entrainement situé très bas sous le navire. La grande taille de notre bateau nous a permis d’aménager cette pièce pour en faire une salle d’entrainement. Un de nos matelots se sert de son pouvoir pour augmenter grandement la résistance de la salle, afin que nous ne transpercions pas la coque lors de nos violents entrainements. Dommage que son pouvoir ne se limite qu’à une surface si réduite. S’il le maitrisait totalement, nous pourrions rendre notre navire quasiment indestructible. Peut-être un jour, qui sait ?

La salle est encore vide, il est tout de même très tôt. J’ai tendance à dormir peu ces temps-ci, c’est pourquoi j’ai donné rendez-vous à Lunielle de si bonne heure. Elle ne devrait pas tarder à arriver d’ailleurs. Je profite de ces quelques minutes pour m’échauffer tranquillement. Je m’exerce sur les mannequins, mais je ne suis pas au meilleur de ma forme. Mon esprit est embrumé par trop de choses en ce moment. Ces cauchemars incessants, ce sentiment que quelque chose va se produire. Et puis il y a cette Elfe. Pourquoi ai-je accepté de m’occuper de son entrainement ? Pourquoi ai-je autant envie de la revoir ? Ce n’est pas mon genre de me lier d’amitié avec des parfaits inconnus.

Mais j’entends déjà ses pas qui résonnent dans les escaliers en bois. Lorsque je me retourne, j’aperçois sa fine silhouette dans l’embrasure de la porte. Elle se tient droite, avec ses lames à la ceinture et son arc dans son dos. Elle semble prête à s’entrainer. Finalement, nous allons nous échauffer ensemble, cela m’évitera sans doute de sombrer dans mes noires pensées.


« Bien le bonjour très chère Lunielle. Es-tu prête à commencer l’entrainement ? Que dirais-tu d’échanger quelques passes afin de nous échauffer tranquillement ? »
Revenir en haut Aller en bas
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Entrainement au large. ( Sytry & Lunielle )   Sam 19 Nov 2011, 23:33

Le Vent poussa sa chansonnette, faisant voler mes cheveux et levant mes lèvres en une tentative réussie de sourire. Je me redresse, laisse mes pieds glisser doucement le long du bois. Le soleil commence à se lever, il étire paresseusement ses rayons, inondant le ciel de sa lumière. Tout comme le crépuscule, c'est l'un des deux moments que je préfère de la journée.

- Ravie de te revoir, Dawn.

D'un geste désinvolte, je me penche légèrement par-dessus le vide, observe le sol lointain. Je me trouve tout en haut du grand mât et le vertige ne me tente absolument pas. J'ai toujours aimé la hauteur. Cette impression de pouvoir tout voir, tout découvrir était tellement qu'il m'étais déjà arrivé de me perdre dans mes pensées.

Mais à chaque fois que je pense à ces délicieux moments, une autre image revient dans ma tête. Un visage s'impose dans mon esprit, parfois deux. Un visage que je ne pourrais jamais oublier malgré tous mes efforts et la patine du temps. Comme une brulûre au fer rouge dans mon coeur, je ne peux l'effacer. Ce serait tellement plus simple mais c'est impossible et, quelques fois, je ne suis plus vraiment sûre de qui je suis.

J'oscille en rêve et réalité. Et c'est cette hésitation qui m'angoisse. Elle me dévore, me consumme à petit feu depuis des années. Je n'ai pas oublié, je ne le pourrais jamais. Mais j'ai décidé de tourner la page. J'ai besoin de tourner la page. Ce qui est fait ne peut être défait, je dois passer à autre chose. Tous ces moments que j'ai vécus je peux les revivre avec quelqu'un d'autre, je le sais bien. Mais c'est tellement dur de changer.

Sans savoir pourquoi, son visage m'apparait alors. Sytry. Celui qui m'a offert cette nouvelle vie il y a très peu de temps. Quelles sont donc ses motivations ? Pourquoi m'a-t-il emmenée ? Dans quel but réel autre que celui de faire de moi un membre de l'équipage de Dante ? Je suis sûre qu'une autre raison est derrière tout ça mais diable si je saurais dire laquelle ! Et puis tant pis ! Inutile de me torturer l'esprit dès le matin, je verrais bien au fur et à mesure.

D'un bond rapide, je m'élance. Je tombe dans le vide, embrasse l'inconnu qui me tend ses bras invisibles et atterris souplement sur le pont. Le jour vient à peine de se lever et pourtant le navire est déjà remplit d'une douce effervescence. Sans hésiter, je me dirige vers le coeur du bâtiment, direction la salle d'entraînement. Sytry m'y attend, déjà en train de s'échauffer. Il a l'air préoccupé.

Je ne prête pourtant pas trop attention à ce détail, le mettant dans un coin de ma mémoire. Je n'ai sur moi que mes deux fidèles lames et mon arc ainsi que mon carquois. Mon sac de voyage et le surplus de vêtements tel que ma veste sont restés dans ma cabine.

« Bien le bonjour très chère Lunielle. Es-tu prête à commencer l’entrainement ? Que dirais-tu d’échanger quelques passes afin de nous échauffer tranquillement ? »

- Volontiers, lui répondis-je avec un large sourire.

L'échauffement fut bref mais important. Une fois prêts, nous nous mîmes en garde l'un en face de l'autre. J'hésite quelque peu sur la stratégie à adopter face à Sytry. J'ai bien eu l'occasion de l'observer lors de notre premier duel mais je suis sûre qu'il me réserve encore bien des surprises. J'aime les surprises. Même celles qui t'explosent au visage.

Finalement j'opte pour une simple utilisation de mes lames. Je dépose donc mon arc et carquois à l'entrée, il me laisse faire, tranquille. Toute son attention est maintenant focalisée sur moi et inversement. Nos deux respirations se calment, se lient, se mêlent en une douce et régulière symphonie. J'écarte le pied droit, légèrement en arrière, dégaine rapidement mes deux lames. Éclat d'argent, éclat d'acier. L'argent dans la main droite, sous mon menton et à une dizaine de centimètres de moi, l'acier dans la gauche, parallèle à mon front.

Il dégaine sa propre lame et celle-ci change de forme. Intriguée, un petit rire soulève ma poitrine. Je suis là pour m'améliorer et mon professeur est plus qu'excellent. Que la fête commence !

Quelques échanges brutes commencent le jeu, ouvrant le bal, suivi de pas sur le côté, rotations diverses et changements d'atitudes. Les parades entrent ensuite dans la danse, offrant une réalité plus gracieuse et aérienne au combat. Le bout de la lame de mon adversaire trace alors un trait de feu sur ma joue. L'océan azur de mes yeux croise le regard déterminé et ferme de Sytry. Il n'est pas du genre à avoir de la pitié, je sais qu'il sera dur avec moi, qu'il ne se retiendra pas. J'aime bien cela. À partir de ce moment, j'ouvre mon coeur au combat et laisse mes reflexes d'ancienne guerrière prendre le dessus, me plongeant complètement dans l'adrénaline et l'intensité.

Sytry corrige ma garde, me donne quelques conseils, fait des remarques et ne me quitte absolument pas du regard. Chacun de mes mouvements, le moindre frémissement est observé. Ce n'est pas plus mal. Après une dizaine de minutes, il recule de quelques bons mètres et sa lame change encore une fois de forme. Mais je ne connais pas celle-ci.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Entrainement au large. ( Sytry & Lunielle )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Dr Large et le député canadien Jaffer vous invitent à
» Demande de rp d'entrainement avec une personne connaissant le rokushiki
» entrainement jedi
» l entrainement de genk
» entrainement de Shinji
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aïklando :: L'Océan :: L'Océan :: Mer du Sud-Ouest-