AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
"Homme libre, toujours tu chériras la mer !"
"La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent."
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit."
"Il est des moments où les rêves les plus fous semblent réalisables à condition d'oser les tenter."
"Le voyage est une suite de disparitions irréparables."
"Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil."
"Dieu nous rêve. S'il s'éveille, nous disparaissons à jamais."
"Nous trouverons un chemin... ou nous en créerons un."
"Le rêve de l'homme est semblable aux illusions de la mer."
"Il n’est pas de vent favorable, pour celui qui ne sait pas où il va…"
"Il y a trois sortes d'hommes : les Vivants, les Morts, et ceux qui vont sur la Mer."

Partagez | 
 

 Piller les tombes [Lunielle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 314
Métier/Fonction : Apprenti Conteur

MessageSujet: Piller les tombes [Lunielle]   Mar 19 Juil 2011, 19:08

Cette nuit était étrange, fort étrange, dans la forêt bordant le lac Olia…Ce n'était pas quelque chose de visible ; la lune en était à son premier quartier, elle était parfaitement blanche, bien que peu lumineuse, et l'on pouvait voir les étoiles, bien que cette nuit elles étaient rare…non, ce n'était pas quelque chose de visible. Peut-être étais-ce ce froid mordant, insidieux, qui glaçait jusqu'aux os, porté par un vent froid qui s'insinuait partout. Peut-être étaient-ce ces bruits étranges, des grincements et des craquements, et d'autres comme des chuchotements, partout dans la forêt…oui, tout cela était étrange, mais le plus curieux, c'était lui. Il semblait errer dans la forêt, à pas lents et traînant, dans les feuilles mortes, loin du sentier ; le vent froid et le crissement des branches tout autour de lui ne semblaient pas le déranger, l'effrayer ou même l'intriguer, il n'avait même pas l'air de les remarquer…en vérité, sa silhouette noire s'accordait parfaitement avec cette nuit étrange. Il avait une apparence…particulière : il était grand et fort voûté, drapé dans un habit noir et déchiré, une robe sale en lambeaux qui avait du, autrefois, être somptueuse. On ne pouvait voir son visage, caché dans les ténèbres d'un capuchon encore intact, mais sa main, elle, s'échappait de la manche de son habit. En regardant cette main, on pouvait deviner qu'il était terriblement maigre, la peau était tendue sur les os, et il semblait que c'était un véritable miracle qu'il puisse encore la bouger, et l'on pouvait aussi remarquer qu'il était vieux…incroyablement vieux. Il tenait dans sa serre une vieille lanterne grinçante qui projetait une faible lumière autour du vieil homme.

Le froid ne dérangeait pas le Seigneur Nazj, loin de là. En vérité, il ne le remarquait même pas, la simple fraîcheur d'une nuit était risible en comparaison du froid des caresses de la mort, seule capable de transir le vieux sorcier. Il avançait dans cette forêt depuis un bon moment, il avait pris la route lorsque les ombres du crépuscule s'était allongées, et à présent la lune étaient haute dans le ciel…Il tenait sa lanterne à bout de bras, mais elle lui était d'une piètre utilité, elle ne servait qu'à éviter les racines et les rochers, tout au plus, il avait quitté la route il y a bien longtemps, et ce n'était pas la faible lumière d'une bougie qui allait l'aider à la retrouver…en supposant que c'était ce qu'il voulait. Non, Nazj n'était pas perdu, cela arrivait fort rarement, et il aurait été stupide de penser qu'il s'adonnait aux simples promenades ; il tenait dans sa main gauche un petit crâne d'oiseau, deux de ses doigts -l'index et le majeur- étaient enfoncés dans la boîte crânienne, et son pouce frottait le dessus…en écoutant bien, sous les murmures du vent et les craquements des arbres déformés, on pouvait entendre le sorcier marmonner des mots incompréhensibles…c'était ainsi qu'il se guidait, et il pouvait sentir qu'il était proche, il entendait des choses que personne d'autre ne pouvait percevoir, il était tout près.

Au bout d'un moment, il grogna, et rangea le petit crâne qu'il tenait quelque part dans sa robe, le chant des ossements était devenu suffisamment assourdissant pour qu'il sache qu'il était déjà arrivé. Il leva sa lanterne bien haut, et scruta les alentours…Au sommet d'une butte, tout près de lui, il put distinguer une forme étrange, elle n'était pas naturelle, au milieu de tous ces arbres…en s'approchant, Nazj put en effet remarquer qu'il s'agissait là d'une vieille construction, recouverte de lierre. Il sourit, et grimpa la butte, car c'était là ce pourquoi il était venu. C'était édifice de taille moyenne en pierre, visiblement ancien, il y avait quelques inscriptions gravées dans la pierre qui n'étaient pas recouvertes de lierre, mais elles étaient bien trop effacées pour que quiconque puisse les lire. Affichant un léger rictus satisfait, Nazj commença à arracher le lierre qui recouvrait la porte…et c'est avec une certaine surprise qu'il trouva celle-ci encore intact et verrouillée. N'importe qui avec un semblant de force aurait réussi à l'ouvrir avec un peu de brutalité et d'acharnement, mais Nazj n'avait jamais été très costaud, et il l'était encore moins à son âge…cela dit, cela ne constituait en aucun cas un obstacle. Il posa la main sur la poignée, et attendit quelques instants, semblant se concentrer…Puis il tira avec toute la violence dont ses frêles muscles étaient capables ! Le verrou éclata, laissant derrière lui un léger nuage de poudre couleur de rouille, le bois autour de la poignée, qui étaient encore massif, pourrit en quelques instants, s'arrachant presque de la porte ! Et voila qui ouvrait un passage au seigneur Nazj.

Arborant un grand sourire, Nazj descendit les quelques marches qui se présentaient à lui…Il se trouva alors dans une grande salle dallée, avec quelques colonnes qui soutenaient le plafond…tout cela semblait plus grand que ce que Nazj avait pensé au début, mais cela n'avait aucune importance. Tout autour de lui, il y avait des tombes ; des sarcophages en pierre sculptée, des dizaines, éparpillées dans cette ancienne crypte…Et près d'un mur, non loin du sorcier, il y avait une petite table en bois. Tout sourire, Nazj se dirigea vers le meuble, et y posa la lanterne ; il fit quelques petits mouvements de la main, et la flamme de la bougie qui s'y trouvait grandit considérablement, éclairant une bonne partie de la crypte ! Nazj sortit deux autres bougies de sa robe et les posa près de la lanterne, il était certain qu'il allait en avoir besoin avant qu'il en ait terminé. Il fouilla dans sa manche, et en sortit un petit carnet qu'il posa sur la table, bientôt rejoint par un encrier et une plume taillée…Puis il fit volte-face, et se frotta les mains en souriant.


"Au travail !"

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Piller les tombes [Lunielle]   Mar 19 Juil 2011, 19:57

Je levais les yeux vers le ciel sombre. Il y avait peu d'étoiles et cela m'attrista quelque peu mais je continuais néanmoins d'avancer. La lune amie éclairait faiblement mon chemin mais je n'avais pas besoin de sa lumière, ma vision surhumaine me permettant d'avancer sans soucis.

Malgré le fait que je ne suivais pas le sentier principal, je n'étais pas perdue, loin de là. Après tout, la forêt est le domaine des elfes, notre royaume en quelque sorte. Pour moi, c'était un véritable havre enchanté, un lieu sûr où je pouvais m'abriter à n'importe quel moment. Bien entendu, beaucoup d'elfes vivent dans la forêt mais dans celle de Rosyel, or j'étais très loin de ma terre natale. Ce n'est pas que je n'aimais pas la compagnie de mes semblables, non, même s'ils m'avaient bannis pendant un temps, non, c'est juste que je ressentais le besoin de voyager et de cotôyer les autres races. J'en avais vu de paysages en plus de cinquante ans de maraude et d'érance sans but précis.

Je renforçais ma prise sur mon sac de voyage. Le Vent soufflait fort ce soir et je ne voulais pas gâcher ma magie pour le repousser. Mes dons de chevaucheuse usaient beaucoup trop d'énergie pour que je me permette de les utiliser n'importe quand. Habituellement, j'adore sentir les caresses de cette force invisible sur mon visage mais cette Nuit, elle était vraiment trop forte et je n'avais pas envie de jouer. Laralen m'avait encore échappée et je ne parvenais pas à digérer la victoire qui m'était passée sous le nez. Je n'étais donc pas d'humeur à jouer avec les éléments.

Le lieuvers lequel je me dirigeais était une sorte de vieille crypte que j'avais repérée quelques années plus tôt, sans jamais éprouver la nécessité d'y entrer. Mais je devais m'abriter du Vent sinon j'allais finir en glaçon, ce que je préférais éviter le plus possible. D'un geste machinal, je tendis la main à mon oreille droite et vérifiais que les quatre anneaux d'argent étaient bien à leur place. Rassurée, je fis de même pour l'autre oreille, mais il n'y avait que trois anneaux cette fois. Tout était en ordre.

Soudain, un hurlement attira mon attention et je tendis mes oreilles frémissantes. Un loup. Je continuais ma route, ne craignant en aucun cas les animaux de la forêt. J'avais vécue avec eux, je connaissais leurs coutumes, leurs langages, leurs codes et leurs lois. Après tout, j'étais, moi aussi, un prédateur tout autant qu'un chasseur et mon expérience se comptait en dizaines d'années. Pourtant, je n'étais pas si vieille pour une elfe. Avec seulemment cent dix-sept ans, j'étais encore considérée comme une gamine par les anciens.

Mon coeur se serra à cette pensée. Ce vieux débris fait parti du conseil des anciens. Aussi loin que remonte ma mémoire, il ne m'a jamais adressé un signe de sympathie, rien. Secouant la tête afin de chasser ces souvenirs douloureux, j'accélérais légèrement le pas. Franchissant encore une barrière de buisson, j'arrivais derrière la construction de pierre et comme pour me presser davantage, le Vent doubla d'intensité. Je fis rapidement le tour de la bâtisse et m'approchais de la porte quand un détail m'arrêta net.

La porte était entre-ouverte et elle semblait avoir été enfoncée de force. Intriguée, je levais un sourcil interrogateur puis posais doucement mes doigts gracieux sur le bois abimé. Le contact fut encore plus froid que le souffle du Vent lui même et j'ouvris la porte tout doucement afin d'éviter de faire grincer celle-ci. Un petit escalier menait aux profondeurs de la terre et une lumière faible provenait de la grande salle se trouvant au bout.

D'une main, je fis passer mon arc devant moi et je l'autre, je fis glisser la couverture. Bèll' Bètt apparut dans toute sa splendeur. La lumière dansa sur les formes argentées et vertes. Je caressais le bois lisse d'une main tendre en tentant de calmer quelque peu les ardeurs de l'arc. Doucement, je tendis la main vers mon carquois mais je ne savais pas quelle flèche choisir. J'essayais alors d'écouter la personne qui se trouvait dans la salle mais celle-ci ne semblait pas encore m'avoir repérée.

Je finis par me décider et pris une flèche dont les plumes étaient vertes. C'étaient une simple flèche, sans aucun intérêt particulier sauf pour leur précision et vitesse importante. Je respirais doucement afin de calmer les battements précipités de mon coeur qui s'était enballé de lui même en sentant la possibilité du danger.

Un pas après l'autre, je descendis silencieusement, telle une ombre menaçante et mortelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 314
Métier/Fonction : Apprenti Conteur

MessageSujet: Re: Piller les tombes [Lunielle]   Mer 20 Juil 2011, 01:52

Nazj grattait son crâne…son propre os, pas la tête fortement dégarnie qu'il tenait dans la main. Celle-ci, il la considérait sous tous les angles…et il était quelque peu perplexe, car il pensait l'avoir étudié avec précision, mais il n'avait rien trouvé. Il posa le crâne sur la table, puis s'assit, et commença à réfléchir. Depuis qu'il était arrivé, il avait exhumé trois squelettes, le plus dur avait été d'ouvrir les sarcophages, ces couvercles en pierre étaient bien lourds, mais la magie de Nazj avait su contourner ces obstacles sans aucun problème. Il avait attentivement étudié les deux premiers crânes qu'il avait trouvés. Ce qu'il cherchait, c'étaient des caractères étranges dans une langue de magie qui avaient été gravés ou tatoués sur ou dans les crânes des membres de la famille inhumés dans ce caveau. Le premier crâne n'avait posé aucun problème, les quatre caractères avaient été tatoués à même le crâne, à l'arrière ; le second avait été plus complexe, les caractères avaient été tatoués à l'intérieur du crâne, Nazj avait du user de sa lanterne pour les trouver et les recopier sur son carnet…cela lui avait quelque peu fatigué les yeux, mais il n'en tenait pas compte.

Le troisième crâne était toujours un mystère, cependant : ni l'extérieur ni l'intérieur ne semblaient tatoués, pas même les recoins les plus difficiles à éclairer, il avait même pensé à regarder au fond des orbites, mais il n'y avait rien. C'est en poussant un long soupir et en jetant un regard irrité au crâne qui semblait se moquer de lui que Nazj remarqua qu'une des dents de la tête décharnée était tombée, probablement lorsque le sorcier l'avait posé sur la table…ces petites choses étaient fragiles. Cela lui donna une idée ; il prit le crâne, et ouvrit grand la mâchoire pour regarder les dents…oui ! Il avait trouvé ! Les caractères étaient là, gravés à même les molaires. Nazj regagna immédiatement son rictus narquois et s'empressa d'ouvrir son carnet pour recopier les caractères…ce n'était pas une tâche aisée, car il fallait bien approcher le crâne du feu tout en manipulant la plume, de plus les dents étaient plutôt abimées…fort heureusement les caractères avaient été gravés très profondément, et bien qu'il ait été difficile de les déchiffrer, Nazj y arriva sans trop de peine.

Mais alors qu'il s'affairait à recopier avec soin les glyphes délicats et compliquées, Nazj sentit quelque chose. Il renifla l'air, comme le ferait un loup ou un autre prédateur, mais ce n'était guère plus qu'un réflexe, car ce que le sorcier avait ressenti n'était nullement une odeur, mais plutôt une sensation…une sensation désagréable. Il dut se concentrer pour terminer sa calligraphie, mais ne pouvait s'empêcher de remarquer la…présence. Car c'était bien là ce que Nazj ressentait, une présence vivante, il y avait un être de chair et de sang tout près d'ici, et il ne s'agissait pas d'un blaireau ou d'un oiseau, seul quelque chose d'"intelligent" comme un être humain pouvait charrier cette pestilence, Nazj pouvait presque sentir la chair sous sa main et sentir l'odeur qui lui retournait l'estomac…et sans aucun doute cette personne s'approchait-elle de la crypte, rien ne se déroulait jamais facilement. Il plongea sa main au fond de sa manche et en sortit un long kriss, puis il humidifia les doigts de sa main droite et éteignit la flamme de sa lanterne avant de plonger pour se cacher dans l'obscurité derrière la plus proche colonne, laissant son carnet grand ouvert sur la table.

Il pestait et jurait comme un charretier intérieurement…récemment il avait pillé plusieurs tombes dans la région, il n'était pas étonnant que quelqu'un ait fini par le repérer. Il aurait tout de même apprécié pouvoir terminer son travail ici sans interruption stupide. L'intrus était sans doute un idiot bouffi d'héroïsme qui pensait pouvoir venger la mémoire de ses ancêtres en trucidant un vieillard, au cours des décennies, Nazj avait eu à faire avec ce genre de crétins pompeux…ce n'était pas leur tombes après tout, pourquoi ne pouvaient-il laisser le sorcier tranquille ? Lui qui travaillait discrètement et tentait d'éviter les affrontements et de se faire connaître…Combien de ces idiots avait-il réduit en cendres, avait-il jeté en pâtures à ses créations ou aux ancêtres cliquetants qu'ils pensaient défendre ? Il en avait perdu le compte, mais finalement, il ne s'en lassait jamais ; il aimait ça, il aimait voir les dernières étincelles de vie s'échapper de ses victimes, il aimait entendre leurs hurlements et voir leurs expressions de terreur et d'horreur, il aimait tant ravager la vie…il aimait la Mort.



_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Piller les tombes [Lunielle]   Mer 20 Juil 2011, 13:40

Doucement, laissant quelques secondes s'échapper entre chaque geste, je descendais les marches de pierre. Pied gauche, pied droit, pied gauche et ainsi de suite. Je me tenais légèrement de profil, une position intermédiaire, la position parfaite pour tirer discrètement. Mes yeux faisaient des aller-retours continuels entre la pointe de mes bottes, le bout de la flèche, la corde relâché pour le moment ainsi que le bas de l'escalier. Je souris. Mes réflexes s'étaient encore améliorés, mes cuisardes ne produisaient même plus le petit bruit caractéristique de la semelle fine.

J'étais indisernable sauf pour celui qui savait écouter car je ne pouvais pas taire mon coeur. La lumière s'éteignit soudain, plongeant l'intérieur de la bâtisse dans une pénombre inquiétante. Ça ne me dérangea pas plus que ça, je voyais toujours aussi bien. Visiblement, l'inconnu avait senti ma présence, ça ne servait à rien de se cacher maintenant et je descendis donc l'escalier à la même vitesse.

Une fois en bas, je laissais mon regard balayer la vaste pièce. J'apperçut des formes qui semblaient être des tombes et un frisson froid descendit le long de mon dos, doublant ma concentration. Je m'approchais à pas de loups d'une petite table se trouvant là, tout en observant les alentours avec attention. Sur le petit meuble se trouvait un carnet remplis de symboles étranges. Ce n'était pas de l'elfique, sûrement une langue ancienne vu l'ancienté des lieux et je me détournais du petit objet.

Il y avait aussi une plume taillée. Quelques gouttes d'encre se déversèrent sur le bois de la table formant une tache sombre s'accordant parfaitement à l'ambiance de la salle. Puis, trois bougies. Deux étaient intactes, tandis que la troisième était à moitié consumée et de la cire encore chaude avait même coulé sur le vieux meuble. L'inconnu était donc arrivé peut de temps auparavant, deux heures tout au plus.

Et cet inconnu était un pilleur de tombes. Mes soupçons furent confirmés quand je vis quelques crânes renversés par terre. L'inconnu était donc parti en trombe, il était peut-être déconcentré, j'avais peut-être l'avantage. Je ne savais absolument pas qui était ce pilleur mais j'espérais qu'il n'utilisait pas de la magie interdite, sinon j'allais devoir l'arrêter. Pourtant, je n'étais venue ici que pour m'abriter, je n'avais que faire d'un pilleur de tombes.

J'entrepris ensuite de faire le tour de la salle, bandant mon arc, prête à tirer au moindre signe de danger. Je me concentrais encore plus et fermais les yeux. Cherchant un souffle, un battement de coeur, comme à la chasse où le repérage de la proie est primordial. Trouvé ! J'ouvris les yeux et pointais mon arc à gauche. L'inconnu se trouvait derrière l'un des sarcophages. Patiente, pour le moment, j'attendis qu'il se montre et j'activais instinctivement ma magie, prête à m'en servir si besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 314
Métier/Fonction : Apprenti Conteur

MessageSujet: Re: Piller les tombes [Lunielle]   Ven 22 Juil 2011, 01:39

Bien caché derrière une tombe -ou du moins c'est ce qu'il pensait-, Nazj rageait intérieurement, pestant contre cette situation quelque peu délicate, car plutôt que d'user de magie, ce qui aurait grandement facilité les choses, Nazj allait devoir compter sur ses aptitudes de meurtrier qu'il avait travaillé durant des décennies…mais elles restaient plutôt médiocres. Pourquoi pas de magie ? Parce que Nazj prenait beaucoup trop de précautions. En effet, il se disait qu'il était fort possible que l'intrus ne soit pas seul…après tout, il aurait été idiot de venir se confronter à un pilleur de tombe dans une crypte perdue au milieu de la forêt sans accompagnement, quoique la stupidité était ce qui caractérisait les êtres "intelligents", mais cela n'empêcha pas Nazj d'être inquiet. Le problème était que s'il avait raison et que l'intrus n'était pas seul, il était risqué d'employer la Nécromancie pour s'en débarrasser, car dans un petit espace avec tant de coins et de recoins, et avec la malchance qui poursuivait Nazj, il était tout à fait possible que l'une de ses victimes s'échappe, et alerte à peu près tout le monde dans les environs…ce ne seraient donc pas quelques paysans en quête de pseudo-gloire qui allaient tenter de l'arrêter, mais un beau contingent de gardes, Nazj en avait déjà fait les frais il y a quelques années, et il n'avait vraiment pas de temps à perdre avec ces âneries, il était pressé et avait un travail important à accomplir…et il y avait un autre problème.

Un élan de paranoïa s'empara du sorcier alors qu'il se rendait compte qu'il avait laissé son carnet sur la table, et grand ouvert ! Et si ces canailles le prenaient ? Ce serait catastrophique ! Il avait des mois de recherche consignés sur ces pages, s'il perdait le carnet il allait devoir recommencer de zéro, et il n'était même pas certain que tous les indices puissent être retrouvés…fort bien ! Il fallait agir, mais tout d'abord, garder son calme et son sang froid, se jeter à découvert la dague à la main n'était pas la meilleur façon de régler ce conflit…d'ailleurs, s'il pouvait ne pas y avoir de conflit du tout, cela lui simplifierait les choses, Nazj n'aimait pas vraiment les combats, il préférait laisser les gens s'entretuer, ou lancer ses minions dans la bataille à sa place, la nécromancie était une magie lente, dangereuse et compliquée, lancer des formules à tort et à travers pour tuer quelqu'un finissait toujours mal, Nazj avait écopé plusieurs cicatrices à cause de ces bêtises, et pas seulement des coupures dans la chair.

Mais assez de divagations ! Il se concentra sur l'instant présent, quelques secondes s'étaient écoulées et Nazj n'avait aucune idée de qui avait pénétré dans la crypte, ni de la position actuelle de l'intrus…pour ce qu'il en savait, une dizaine de flèches pouvaient bien être pointées vers lui ! Il ferma les yeux, et posa ses doigts sur ses paupières…il attendit quelques brèves secondes, puis rouvrit les yeux, laissant ses doits toucher sa pupille ! Il ne ressentit aucune douleur, peut-être une vague sensation désagréable, tout au plus…il n'était pas aveuglé non plus : il voyait à présent par les yeux du crâne posé sur la table ! La vision d'un mort n'était pas supérieure à celle d'un humain, mais elle était plus facile à manipuler, à régler…quelques instants plus tard, Nazj put identifier une forme dans la crypte, tout près de la table…S'il avait pu, il aurait plissé les yeux pour mieux y voir, mais il ne put que se concentrer et régler un peu plus la vision que le crâne lui avait prêtée…


*Par les boules du Diable !* se dit-il

Il jura intérieurement, encore et un peu plus grossièrement qu'avant ; ce n'était pas un crétin de fermier insulté par la profanation de la tombe d'un ancêtre qu'il n'avait pas connu qui était, mais une elfe ! Rien que ça…une elfe ! Au début, Nazj ne put y croire, mais les oreilles étaient bien visibles, et on ne pouvait s'y tromper…quand à savoir si c'était une elfe noire ou pas, c'était autre chose. Mais là n'était pas le problème ! Elfique signifiait que Nazj aurait beau tenter de se fondre dans l'obscurité, il allait se faire repérer…et cribler de flèche s'il en croyait l'arc armé et bandé qu'elle tenait. Et pour combler le tout, la voila qui se tourna brusquement vers la cachette du sorcier, pointant son arme sur lui…Grandiose ! Et qu'allait-il faire à présent ? Réveiller les morts demandait un peu de temps et ne pouvait se faire en tout discrétion, et hors de question d'essayer de lui planter une dague dans le dos…Il ne restait qu'une solution, il détestait cette idée, mais il allait devoir…parlementer. Il brisa sa concentration avec le crâne, regagnant sa propre vision, puis se leva, sortant de sa cachette et alluma la bougie dans la lanterne d'un geste de la main.

"Je vous ai vu petite, et si vous ne voulez pas être coupable du meurtre d'un vieillard, vous allez poser votre arme…Et nous allons discuter."

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Piller les tombes [Lunielle]   Ven 22 Juil 2011, 13:12

"Je vous ai vu petite, et si vous ne voulez pas être coupable du meurtre d'un vieillard, vous allez poser votre arme…Et nous allons discuter."

Je levais un sourcil interrogateur. Discuter ? Moi ? C'était mal me connaitre, moi qui frappais en général tout ce qui bouge. Malgré mon sang qui bouillait dans mes veines et l'envie irrésistible de lâcher la corde et m'amuser avec ma proie, je savais que certaines fois, la parole peut être plus efficace que l'acte. Garder mon sang-froid était une chose que j'avais appris à faire. J'allais parlementer, mais sans me mettre à nue pour autant. Il s'était montré de lui-même et avait proposer la discussion, il me savait donc en position de force, ce qui n'était d'ailleurs pas plus mal.

La lumière de la lanterne était faible mais suffisante à m'éclairer et lui par la même occasion. Je le dévisageais en ayant rectifiée la position de ma cible. Pour un pilleur de tombes, je m'attendais à mieux ! Ce n'étais qu'un vieillard et, puisqu'il l'avait dit lui-même, il n'utilisait donc aucun sort d'apparence, de plus je l'aurais sentis si ça aurait été le cas. Il portait une grande cape noire déchirée et semblait mal en point. Il était maigre, peut-être même malade, il n'avait donc aucune chance en combat rapproché et encore moins avec ma flèche pointée sur lui.

Malgré les nombreux visages que j'avais eu l'occasion de voir, je ne le connaissais pas et ma curiosité fut piquée à vif. Il n'avait d'apparence aucune arme véritable et menaçante pour moi. Ce qui renforcait encore plus ma confiction qu'il était un adepte de la magie. La façon dont la porte avait été forcée le prouvait. Je devais donc être prudente.

Un détail dans sa personne me gênait néanmoins. Je ne voyais pas son visage, caché par une capuche intact au contraire de la robe. Il voulait parler ? Très bien, alors parlons ! J'eu un rire mauvais quand il me demanda de baisser mon arc.


- Baisser mon arc ? Je n'ai aucune raison de le faire et un meurtre de plus ou de moins sur ma conscience ce n'est pas grand chose par rapport à tout ce qui repose déjà dessus. Je n'ai aucun obligation de vous obéir mais soit, je poserais mon arc mais seulement si vous montrez votre visage !

Mes yeux azurs se posèrent froidement sur lui et je vis qu'il m'observait en retour. Ses petits yeux passèrent sur mon corset, ma jupe, ma veste, mes bottes, tout les détails de ma tenue furent scrutés. Je le laissais faire sans broncher, attendant patiemment sa réponse ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 314
Métier/Fonction : Apprenti Conteur

MessageSujet: Re: Piller les tombes [Lunielle]   Lun 25 Juil 2011, 01:54

Un léger rictus déforma les lèvres de Nazj lorsqu'il entendit la jeune elfe prendre la parole…ainsi, c'était une tueuse, une véritable chasseresse…ou du moins c'était ainsi qu'elle souhaitait se présenter, et c'était réussi, Nazj ne décela rien qui puisse la définir autrement. Cela lui plaisait, car discuter avec un tueur de sang froid était toujours bien plus agréable que de parler à un crétin aveuglé par des grands principes dont on l'a gavé depuis la naissance et auxquels il n'a pas osé réfléchir pour se faire sa propre opinion…fort bien, cela ne commençait pas si mal, après tout il était toujours en vie, n'est-ce pas ? Que Nazj montre son visage ? Voila une bien étrange requête, d'ordinaire il sentait bien que l'on préférait qu'il le cache, pour ne pas avoir à contempler son visage, certes, mais aussi pour éviter son regard, Nazj avait tendance à regarder tout le monde comme s'ils n'étaient que des lamentables cloportes. Mais soit, il allait le lui montrer, après tout lui n'en avait cure que son visage soit caché ou non.

Il abaissa son capuchon, accédant ainsi à la requête de l'elfe. Oh il n'était pas beau à voir, loin de là. Dans sa jeunesse, il n'avait pas été repoussant, pas spécialement beau garçon non plus mais il ne faisait fuir personne. Mais les décennies de pratiques de la magie noire et de l'alchimie la plus complexe l'avaient rongé, sa peau d'une pâleur mortelle était couturée d'atroces cicatrices et brûlures, ses longs cheveux étaient d'un grisâtre tirant sur le blanc, et ressemblaient à des toiles d'araignées, quand à ses yeux, ils ressemblaient à ceux d'un aveugle, ternes, sans vie…Son regard, cela dit, était bien vivace, empli de mépris et de haine. Il considéra la jeune elfe qui le menaçait toujours de son arc. Elle était jeune, pour une elfe. Elle avait sans doute vu plus d'hiver que Nazj lui-même, mais la croissance et l'éducation elfique était bien plus lente que celle d'un humain, il pouvait donc la considérer comme une jeunette. Etait-elle belle ? Avait-elle du charme ? Nazj s'en moquait royalement, tout ce qu'il voyait, c'était une peau qui ferait un parchemin parfait pour son grimoire, des muscles qu'il jetterait avec plaisir à ses chiens décharné, et des os qu'il pourrait faire danser pour l'éternité dans sa Cour macabre.

Mais il n'était pas vraiment en position de force, et il serait ridicule de risquer sa vie et tout son travail, ainsi que de perdre son temps juste pour un peu de matière première…il n'allait rien faire, sinon ce qu'il avait demandé : discuter. Il était curieux, après tout ; qui était-elle, et que venait-elle faire ici, si ce n'était pas pour ramener sa tête sur un plateau à quelque noble ? Etais-ce une coïncidence que quelqu'un vienne dans cette crypte le jour même où Nazj venait en profaner les tombes ? Probablement, penser que les coïncidences n'existent pas est stupide, mais ça restait surprenant. Et en discutant, il pouvait aussi sauver sa propre vie, ce qui était toujours bon à prendre…


"Bien jeune fille, vous avez eu ce que vous souhaitiez…à présent baissez votre arme, c'est cruellement manquer de savoir vivre que de menacer un vieil homme d'une arme…et à présent, puis-je connaître votre nom ? Ainsi que la raison de votre présence ici…je dois avouer qu'il est surprenant de trouver un membre de votre…espèce, dans ces lieux."

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Piller les tombes [Lunielle]   Lun 25 Juil 2011, 15:48

Le vieillard baissa son capuchon et je pus observer son visage. Ou du moins ... ce qui y ressemblait. Sa peau était extrêmement pâle, il portait toutes sortes de brûlures, coupures et autres traces non-naturelles. Visiblement, il avait beaucoup souffert, cela se voyait sur son corps mais il ne semblait pas mourant pour autant. Juste vieux. Ses cheveux étaient gris, voir blancs mais ce fut ses yeux qui attirèrent le plus mon attention.

D'un blanc complet, ressemblant étrangement à ceux d'un aveugle, ils étaient pourtant habités par une vive flamme de mépris et de haine. Un regard à en faire froid dans le dos et pourtant, je ne bougeais pas d'un poil. Il reprit alors la parole.


"Bien jeune fille, vous avez eu ce que vous souhaitiez…à présent baissez votre arme, c'est cruellement manquer de savoir vivre que de menacer un vieil homme d'une arme…et à présent, puis-je connaître votre nom ? Ainsi que la raison de votre présence ici…je dois avouer qu'il est surprenant de trouver un membre de votre…espèce, dans ces lieux."

Bon, au moins, il était loin d'être sénile et bête. Du savoir-vivre, j'en avais mangé dans mon enfance et cela me laissait un goût amer derrière la langue. Je n'étais pas pour autant ignorante des cultures et pratiques des autres races. Je baissais donc mon arc, tenant ma promesse. Il voulait connaitre mon nom ?

- Vous parlez de savoir-vivre ? Et bien, il me semble que la politesse requiert que l'on se présente en premier avant de demander l'identité de son interlocuteur mais soit, je vais vous répondre. Je me nomme Lunielle Elwindor. Et si je vous ai dérangé lors de votre manoeuvre, veuillez m'excuser. C'est une pure coïncidence si nous nous rencontrons ici car je suis seulement venue m'abriter du Vent qui fait rage dehors.

Révéler l'essentiel sans pour autant entrer dans les détails, c'était une qualité d'espion fort utile. Cependant, même si je possédais cette qualité, ce n'était pas moi l'espion de mon ancien groupe de guerriers ...

Sous l'oeil attentif du vieillard. Je reculais doucement et m'assis un peu plus loin sur le sol dur de pierre. Je protégeais ensuite mon arc avec la couverture prévue à cet effet et posais l'arme ainsi que mon sac de voyage à côté de moi. J'avais toujours mes deux lames que j'étais prête à dégainer au moindre signe d'aggression de la part de cet étrange personnage ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 314
Métier/Fonction : Apprenti Conteur

MessageSujet: Re: Piller les tombes [Lunielle]   Ven 29 Juil 2011, 02:30

Que cette petite était docile, finalement ! Quelques belles paroles et les plaintes d'un vieillard, et la voila qui baissait les armes en répondant à ses questions…cela ne déplaisait pas à Nazj, bien entendu, il aimait quand tout était simple, la facilité manquait beaucoup à son travail, il y avait toujours quelqu'un pour se mettre en travers de son chemin, et toujours des imprévus qui se terminaient mal…par le grand Bouc, il détestait les imprévus ! Cette jeune elfe avait montré les crocs, mais si elle avait vraiment été une tueuse de sans froid sans pitié, elle aurait décoché sa flèche…en tout cas c'est que ce que Nazj aurait fait ! Devant quelqu'un qui n'était pas en position de force, il lui semblait tout à fait inutile de faire preuve de clémence, il valait mieux être prudent, on ne pouvait savoir quand la personne que l'on a épargné allait vous poignarder dans le dos…D'aucuns dirait que Nazj était complètement paranoïaque, mais lui se voyait plutôt prudent, on ne l'était jamais assez lorsque l'on pratiquait la magie noire, les amis se comptaient sur les doigts de la moitié d'une main…il ne faisait certes aucun effort pour s'en faire, ou au moins s'entourer de personnes qui ne le tueraient pas ou ne le dénonceraient pas, mais les bonnes âmes étaient rares, et plutôt que de s'en faire des "amis", Nazj préférait en faire des…ingrédients.

Quoiqu'il en fût, cette elfe ne semblait pas décidée à cribler Nazj de flèches, ce qui arrangeait les affaires du sorcier…Lunielle, c'était ainsi qu'elle s'appelait ? Un nom que le vieillard allait sans doute oublier peu après cette nuit, rare étaient ceux qui frappaient l'esprit de Nazj suffisamment fort, et ce n'était pas pour lui déplaire. Il observa l'elfe se mettre à l'écart, et décida qu'il allait lui aussi se présenter…simple politesse.


"Je suis le Seigneur Nazj, vous avez choisi un étrange endroit pour vous abriter, mais vous pouvez rester tant que vous ne dérangez pas mon travail…Et si ce que je fait ici vous répugne, ou que les cadavres vous déplaisent, je vous suggère de fermer les yeux." Ajouta-t-il en ricanant.

Ayant regagné son sourire, il retourna à la petite table où il avait laisse son carnet. Il vérifia sur la dernière page qu'il avait bien terminé de recopier les caractères inscrits sur les dents du crâne, puis se dirigea vers une des tombes qu'il n'avait pas encore ouvertes. Il posa la main sur le lourd couvercle du sarcophage, et se concentra quelques secondes…puis il poussa. Le couvercle glissa sans efforts, en vérité Nazj ne le touchait plus lorsqu'il bascula et tomba, atterrissant avec fracas sur le sol ! Le bruit fut assourdissant, mais Nazj ne s'arrêta pas pour s'en remettre. Il se pencha au-dessus du sarcophage, et arracha violemment le crâne du squelette qui y reposait…Le crâne n'avait aucun tatouage apparent, mais le sorcier se rendit à sa petite table et éclaira l'os de plus près avec la lanterne…son sourire s'élargit en découvrant que les caractères rouges se trouvaient dans les yeux, deux au fond de chaque orbite. Il s'empressa de les retranscrire.

Tandis qu'il recopiait sa trouvaille, il se perdit un peu dans ses pensées –recopier des glyphes demandait fort peu de ressources cognitives- et il se rendit compte qu'il était fort curieux…à propos de l'elfe. Il se maudit intérieurement, car penser aux autres n'apportait que des ennuis, mais à présent qu'il était lancé, il était difficile d'arrêter ses pensées, et il se laissa entraîner. Il grogna et marmonna des choses incompréhensibles durant quelques minutes, puis lorsqu'il eut terminé son travail, il fit volte-face, et planta son regard dans celui de l'elfe.


"Que faites-vous ici ? Vous êtes fort loin de chez vous, de votre terre natale…Je veux bien croire que vous êtes une elfe en quête d'aventure et qui a voyagé loin de chez elle dans ce but, mais vous vous trouvez loin de tout, loin de la route, loin de la cité…vous êtes dans les parages pour une bonne raison, me trompé-je ? Les rares elfes qui quittent leur île le font pour une bonne raison et –damnée soit ma curiosité- j'aimerais beaucoup savoir laquelle vous a amené dans cette crypte…et peut-être pourrais-je y apporter mon précieux concours."

Avec un peu de chance, il se trompait et il n'aurait pas à interrompre son travail, mais d'expérience il savait que suivre un elfe hors de chez lui amenait à des évènements forts intéressants, ainsi qu'à des richesses et à des connaissances étonnantes –ce qui expliquait pourquoi il avait proposé son aide, jamais il n'aurait fait ça sans avoir quelque chose à y gagner-, et, bien qu'il refusait de l'admettre, Nazj voulait beaucoup savoir ce qui allait se passer…il fixa l'elfe, attendant une réponse.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Piller les tombes [Lunielle]   Ven 29 Juil 2011, 13:59

Spoiler:
 

"Je suis le Seigneur Nazj, vous avez choisi un étrange endroit pour vous abriter, mais vous pouvez rester tant que vous ne dérangez pas mon travail…Et si ce que je fait ici vous répugne, ou que les cadavres vous déplaisent, je vous suggère de fermer les yeux."

Il se mit ensuite à ricaner puis se mit au travail sans attendre ce qu'il ne me dérangea pas plus que ça. Je me contentais de le regarder faire, intéressée. Je n'avais jamais assisté à une telle chose auparavant et mon cerveau enregistrait chaque geste que faisait le vieillard. celui-ci était tellement absorbé par son travail qu'il ne faisait même plus attention à moi cependant je ne fis rien de spécial, l'observant simplement.

Il avait l'air très excité ou content de ses trouvailles et, malgré le bruit assourdissant qui vint heurter mes oreilles, il continua comme pressé de découvrir les secrets cachés dans ces squelettes poussiéreux. Il était passioné par tout cet univers cela se voyait dans chacun de ses mouvements, ses expressions.

Une fois qu'il eu terminé avec le crâne, il se tourna vivement vers moi et s'exclama :


"Que faites-vous ici ? Vous êtes fort loin de chez vous, de votre terre natale…Je veux bien croire que vous êtes une elfe en quête d'aventure et qui a voyagé loin de chez elle dans ce but, mais vous vous trouvez loin de tout, loin de la route, loin de la cité…vous êtes dans les parages pour une bonne raison, me trompé-je ? Les rares elfes qui quittent leur île le font pour une bonne raison et –damnée soit ma curiosité- j'aimerais beaucoup savoir laquelle vous a amené dans cette crypte…et peut-être pourrais-je y apporter mon précieux concours."

Cette question m'étonna et je levais un sourcil interrogateur. Sa curiosité avait donc été touchée ...

Je soupirais, commençant à en avoir un peu marre que chaque personne que je croise se demande ce que je faisais ici. La réponse était pourtant simple mais aussi compliquée et nécessite une grande explication mais je doutais que mon interlocuteur ai la patience et l'envie nécessaire pour l'écouter.

De plus, je n'avais pas envie de déballer ma vie à cet inconnu. Après tout, je ne savais strictement rien de lui et puis, j'avais plus confiance en les miteuses tavernes de Reilor où se déroule toujours une bonne bagarre plutôt qu'en cette crypte qui sentait la mort et une forte aura de magie.

Je posais alors un regard farouche sur le vieillard et déclarais d'une voix intriguée ma proposition :


- La raison de ma présence ici est très longue à raconter et il faudrait que vous possédiez certaines clés de ma vie pour la comprendre. Si vous avez le temps et l'envie de l'écouter, soit mais en échange je vous retourne votre question. Il est vrai que ma curiosité a aussi était piquée à vif. Pour commencer, je vais simplement vous dire que j'ai vécue sûrement beaucoup plus de choses que vous et que, si je ne suis pas à Rosyel, c'est pour une bonne raison : je n'ai aucune envie de retourner là-bas pour le moment !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 314
Métier/Fonction : Apprenti Conteur

MessageSujet: Re: Piller les tombes [Lunielle]   Sam 06 Aoû 2011, 05:13

Spoiler:
 
A entendre l'elfe, Nazj écarquilla les yeux haussa son sourcil gauche avec une force et une vitesse étonnante, il resta ainsi, le visage figé dans cette position à dévisager l'elfe pendant un temps, puis il éclata d'un rire tonitruant ! Il ne pouvait plus s'arrêter, les larmes lui venaient aux yeux et il commençait à avoir mal à l'estomac, cela faisait si longtemps qu'il ne s'était pas gaussé de la sorte, des années ! Et il ne semblait plus pouvoir s'arrêter, il avait du mal à respirer, un instant il se dit qu'il aurait été fort stupide de mourir littéralement de rire dans une crypte perdue en forêt, mais cela ne fit qu'ajouter à son hilarité ! Au bout d'un moment il parvint à se calmer un peu, il regagna une respiration à peu près convenable, mais le sourire ne le quitta pas…accompagné de quelques ricanements et hoquets, il put enfin parler.

"Vécu plus de choses ? Je n'ai jamais entendu chose plus stupide et ridicule de toute ma vie, j'espère que votre langue a fourché et que vous vouliez dire que vous avec vu passer plus d'hivers. Car il est certain que vous avez vécu plus longtemps, mais par la barbe taillée du Grand Bouc, il faut être armé d'une arrogance hors du commun pour prétendre avoir vécu plus !"

Il sécha ses larmes hilares avec le dos de sa main, et, quelque peu éreinté par cet "exercice" peu habituel qu'il venait de faire, il plongea sa main dans sa manche, et en sortit sa splendide canne en os, sur laquelle il s'appuya lorsqu'il se dirigea vers une tombe encore inviolée. Il reprit la parole alors que le couvercle du sarcophage glissait pour se fracasser au sol.

"Vous êtes stupide, mon enfant, votre longévité n'a strictement rien à voir avec le fait d'avoir "vécu". Certes vous pouvez prétendre avoir parcouru le monde pendant une centaine d'années, ou plus, qu'en sais-je, mais n'importe qui peut l'avoir parcouru de long en large en moins d'une décennie et survivre, ce n'est pas là un haut fait. La "bonne raison" pour laquelle vous ne comptez pas rentrer chez les vôtres m'indique que vous courez après une sorte de quête que vous vous êtes inventée, ou une tout autre chose du même goût, et votre…agressivité ainsi que votre facilité à brandir votre arc me disent que vous êtes plutôt prompte à vous jeter dans des combats insensés…"

Il arracha le crâne du cadavre qui se trouvait dans le sarcophage, et il ne lui fallut pas une seconde pour repérer les caractères gravés sur le front, il retourna à la petite table en s'appuyant toujours sur sa canne, tout en parlant, sans jeter un seul regard à l'elfe.

"Vous n'avez pas vécu grand-chose, petite, vous avez peut-être frôlé la mort quelques fois, senti son étreinte aimante et glacée, et vous avez probablement eu ces élans d'excitations et ces frissons provoqués par le combat dans lesquels vous ne cessez de vous impliquer, vous avez senti l'alcool faire bondir votre cœur, vous avez rencontré des gens inoubliables, vous avez vu des paysages extraordinaire…Mais en définitive, vous avez fait exactement ce que l'on attendais de vous, vous êtes la parfaite réplique de n'importe quel aventurier là-dehors, vous poursuivez un fantôme que vous avez créé, et vous pourfendez ce qui se dresse devant vous, et peu importe le nombre d'années que vous avez passé à le faire, vous n'avez pas vraiment senti la Vie, vous avez subi et suivi le…programme."

Nazj donnant un sermon sur la vie…paradoxe ? En vérité, pas vraiment, car en fait c'était précisément parce que les vivants jugulaient et ordonnaient le fait de vivre qu'il était empli de haine et de rage. Il était conscient qu'il se trompait peut-être avec cette elfe, il était aussi bien conscient qu'elle allait sans doute le prendre pour fou et se désintéresser totalement de ce qu'il disait, mais il n'en avait cure, il ressentait parfois le besoin de partager son point de vue, même si cela consistait souvent à cracher son mépris au visage de ses interlocuteurs. Il remarqua aussi qu'il avait dérivé du sujet initial, mais cela lui importait peu, car en fait cela l'ennuyait déjà…Il se frotta le menton en considérant le crâne qu'il venait de prendre, il lui semblait que quelque chose clochait.

"Pouvez-vous ouvrir une de ces tombes et m'apporter le crâne qui s'y trouve ? Je crains qu'il n'y ait un petit problème…" ajouta-t-il pour lui-même.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Piller les tombes [Lunielle]   Sam 06 Aoû 2011, 12:36

Le nécromantien se mit alors à rire. Il ne pouvait plus s'arrêter et pendant un instant, je crus qu'il n'allait pas s'en remettre. Je ne voyais pas vraiment la raison de son hilarité mais il se rattrapa bien vite en m'expliquant :

"Vous n'avez pas vécu grand-chose, petite, vous avez peut-être frôlé la mort quelques fois, senti son étreinte aimante et glacée, et vous avez probablement eu ces élans d'excitations et ces frissons provoqués par le combat dans lesquels vous ne cessez de vous impliquer, vous avez senti l'alcool faire bondir votre cœur, vous avez rencontré des gens inoubliables, vous avez vu des paysages extraordinaire…Mais en définitive, vous avez fait exactement ce que l'on attendais de vous, vous êtes la parfaite réplique de n'importe quel aventurier là-dehors, vous poursuivez un fantôme que vous avez créé, et vous pourfendez ce qui se dresse devant vous, et peu importe le nombre d'années que vous avez passé à le faire, vous n'avez pas vraiment senti la Vie, vous avez subi et suivi le…programme."

Je le regardais, un sourcil levé prouvant mon étonnement, puis je répondis :

- Prenez mes paroles pour de l'arrogance si vous voulez mais, s'il est certes vrai que j'ai vue plus de printemps, il me semble qu'il est vrai aussi que j'ai vécue beaucoup de choses. Avez-vous été témoin d'assassinats ? Avez-vous été élevé par des loups ? avez-vous passé votre enfance à vivre comme une bête sauvage de la forêt ? avez-vous fuis de chez vous pour échapper aux coups de votre tuteur ? Avez-vous tué des personnes dès votre enfance ? Avez-vous été jugé et banni de votre pays natal ? Avez-vous voyagé seul en étant enfant ? Êtes-vous entré dans une guilde guerrière ? Avez-vous déjà combattu sur les plus grands champs de bataille de l'histoire ? Avez-vous frôlé la mort plus de milles fois ? Avez-vous combattu des géants, des dragons et autres créatures fantastiques ? Avez-vous eu une relation amoureuse avec un loup-garou ? Avez-vous perdu votre enfant ? Avez-vous tué de vos propres mains votre fiancée ? Avez-vous combattu toutes les races de ce monde ? Avez-vous vu votre vie entière se détruire devant vos yeux ? Avez-vous déjà bu trois fois votre volume en rhum ? Avez-vous détruit des dizaines de tavernes ? Si vous me dites que vous avez vécu tout ça, alors vous avez vécu plus.

Je le regardais sortir un autre crâne du sarcophage.

- Et si j'ai suivi ce "programme", dans ce cas je ne souhaite à personne d'autre de le suivre. Et je peux vois assurer que je l'ai sentie la Vie !

Je repensais alors à ce fameux moment où sa vie n'avait plus été entre mes mains, cet instant de délivrance tant attendu qui s'était rapidement transformé en cauchemar des plus terribles. Le petit visage de Lucy m'apparut et j'eu un pâle sourire.

"Pouvez-vous ouvrir une de ces tombes et m'apporter le crâne qui s'y trouve ? Je crains qu'il n'y ait un petit problème…" murmura-t-il comme pour lui-même.

Je me levais alors et ouvris un sarcophage auquel il n'avait pas encore touché. Poussant le lourd couvercle juste assez pour sortir l'os, je délogeais ensuite le crâne d'un mouvement sec puis je le tendis au seigneur Nazj.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 314
Métier/Fonction : Apprenti Conteur

MessageSujet: Re: Piller les tombes [Lunielle]   Ven 12 Aoû 2011, 02:59

Nazj fut quelque peu surpris par la réponse de l'elfe…son sourcil gauche, qu'il trouva beaucoup sollicité, se haussa encore une fois. Affronter des dragons ? Combattre sur les plus grands champs de bataille de l'histoire ? Etais-ce de l'esbroufe ? Cela y ressemblait fortement, elle semblait bien trop jeune pour avoir fait de telles choses, en particulier pour ce qui était des batailles…à en juger par son visage tout jeunot, si elle avait combattu sur un quelconque champ de bataille, cela aurait été du temps où Nazj parcourait déjà le monde, et il n'aurait manqué "la plus grande bataille de l'histoire" pour rien au monde ! Perdre un tel nombre de matière première aurait été une hérésie. Mais cela n'avait pas grande importance…il soupira, il semblait qu'il allait devoir déballer sa vie, il n'allait tout de même pas laisser une enfant penser qu'il n'était qu'un vieux sénile !

"Comme vous pouvez le constater, je ne suis pas un guerrier, je ne peux prétendre égaler vos exploits aux armes…cependant, certaines de vos questions frôlent le ridicule ! Ai-je été témoin d'assassinat ? Bien entendu ! J'en ai perpétré moi-même tout au long de ma vie ! Ai-je frôlé la mort plus de mille fois ? Chaque jours ma chère, chaque jour je suis au bord du gouffre et je contemple l'abysse, qui me rend mon regard ! Ai-je combattu des créatures fantastiques ? Ce serait à moi de vous poser la question, avez-vous arraché le cœur d'un démon, l'œil d'un cyclope, et j'en passe ? Ai-je combattu toutes les races du monde ? Oh, je vous en prie…Ai-je vu ma vie se détruire devant mes yeux ? J'ai détruit ma propre vie mon enfant, j'étais en première loge ! Ai-je pu trois fois mon propre volume de rhum ? Vous me sous-estimez…Ai-je tué ma fiancée de même propres mains ?" Il marqua d'un pose…il fixa les orbites vide du crâne qu'il tenait, ne sachant trop s'il devait continuer…"Oui !" Sa main se contracta violement, en un spasme nerveux, ce qui brisa la mâchoire du crâne. Il laissa l'os rouler sur la table et balaya les dents et les miettes qui tombaient…Il prit quelques secondes pour se reprendre, puis continua. "Avez-vous dévoré la chair d'un homme qui vous suppliait d'arrêter, avez-vous été le conseiller et été l'instigateur du carnage qui ravagea sa cité ? Avez-vous jeté cet homme qui avait toute confiance en vous aux mains de ses ennemis ? Mais plus important encore : avez-vous vu le temps passer ? Vous êtes vous arrêté pour un temps, et regardé le ciel se dorer et s'assombrir ? Avez-vous suivi la course des nuages des yeux une journée durant ? Avez-vous jamais pris le temps de n'être que le bout de chair que vous êtes réellement et profité de cette paix que vous voulez tant et que vous vous refusez pourtant ? Ce n'est pas ce qui semble découler de votre discours. Nous pourrions continuer des heures ! Mais le fait est que vous ne m'avez pas compris, vous m'avez trop pris à la lettre."

Nazj prit le crâne que lui tendait l'elfe, et la remercia d'un léger et bref mouvement de tête, puis il l'étudia tout en continuant de parler.

"Vous semblez avoir eu une enfance difficile…élevée par des loups, vivre en sauvage, meurtres et voyages…c'est un point très important, car mon enfance n'a pas été difficile du tout, au contraire même ! Voila où je veux en venir : vous n'avez pas "vécu" votre enfance, vous l'avez subi. L'enfant n'est pas assez intelligent ou assez conscient pour créer sa propre vie, peu importe si vous avez été seule, le seul et unique but de l'enfance, c'est de survivre, de la façon la plus égoïste possible si nécessaire, et avez brillamment réussi à ce qu'il semble. L'enfance vous forge peu à peu, jusqu'à ce que vous acquériez une certaine conscience, et que vous puissiez vous-même forger la suite. Vous, comme n'importe qui en ce monde, avez la capacité de forger une pièce unique et fantastique, et vous avez décidé de ne forger qu'un vulgaire fer à cheval comme on en trouve sur des milliers de bêtes ! Bien sur, tout comme les chevaux, votre vie est différente ! Peut-être votre fer à cheval sera plus perfectionné que les autres, mais cela ne change rien au fait que cela reste un bête fer à cheval, la méthode de fabrication ne diffère pas d'une pièce à l'autre…comprenez vous à présent ce que je voulais dire ?"

Par la gueule des Enfers ! Il espérait bien qu'elle avait compris ! Il n'avait vraiment pas l'habitude de parler autant, sa bouche et sa gorge étaient emplis de sensations étranges, et il avait soif…il espérait que l'elfe était aussi intelligente qu'elle y paraissait (et du point de vue de Nazj ce n'était pas grand-chose) et qu'elle n'allait pas lui poser des questions à propos de la forge…En attendant qu'elle assimile tout ce qu'il venait de dire, Nazj retourna à l'étude des crânes et grogna…il semblait que les choses allaient être plus compliquées que prévues !

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Piller les tombes [Lunielle]   Mar 16 Aoû 2011, 13:41

"Vous semblez avoir eu une enfance difficile…élevée par des loups, vivre en sauvage, meurtres et voyages…c'est un point très important, car mon enfance n'a pas été difficile du tout, au contraire même ! Voila où je veux en venir : vous n'avez pas "vécu" votre enfance, vous l'avez subi. L'enfant n'est pas assez intelligent ou assez conscient pour créer sa propre vie, peu importe si vous avez été seule, le seul et unique but de l'enfance, c'est de survivre, de la façon la plus égoïste possible si nécessaire, et avez brillamment réussi à ce qu'il semble. L'enfance vous forge peu à peu, jusqu'à ce que vous acquériez une certaine conscience, et que vous puissiez vous-même forger la suite. Vous, comme n'importe qui en ce monde, avez la capacité de forger une pièce unique et fantastique, et vous avez décidé de ne forger qu'un vulgaire fer à cheval comme on en trouve sur des milliers de bêtes ! Bien sur, tout comme les chevaux, votre vie est différente ! Peut-être votre fer à cheval sera plus perfectionné que les autres, mais cela ne change rien au fait que cela reste un bête fer à cheval, la méthode de fabrication ne diffère pas d'une pièce à l'autre…comprenez vous à présent ce que je voulais dire ?"

- Je comprends votre point de vue mais votre façon de voir les choses diffère de la mienne. Je pense qu'il serait vain de tenter de changer notre façon de penser, je vous propose donc que nous arrêtions là ce sujet. Je dois cependant avouer que vos paroles, seigneur Nazj, étaient ... intéressantes.

Je le vis se diriger vers un sarcophage en grognant, quelque chose n'allait sûrement pas comme il l'avait souhaité. Je m'assis alors tranquillement et entrepris de sortir une bouteille de rhum de mon sac de voyage. Enlevant le bouchon d'un geste précis, je posais ensuite la bouche de la bouteille sur mes lèvres puis je laissais le doux breuvage couler dans ma gorge.

Je me levais ensuite et m'approchais du vieillard qui semblait plus préoccupé qu'autre chose. Je lui tendis alors la bouteille et demandais :


- Que ce passe-t-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 314
Métier/Fonction : Apprenti Conteur

MessageSujet: Re: Piller les tombes [Lunielle]   Lun 29 Aoû 2011, 01:58

Les goûts et les couleurs ne se discutent pas…c'est à peu près de la sorte que l'elfe avait décidé de terminer cette conversation, c'était dérangeant…irritant même, Nazj ne put empêcher un tic agacé de faire tressauter son visage. Certes les convictions de chacun étaient difficile à changer, seul un imbécile se plierait à la vision de son interlocuteur au premier signe de désaccord, mais le but de ce genre de débats était, selon Nazj, non pas de plier les autres à son point de vue, mais de confronter les idées, et de faire réfléchir ! Mais soit, soit ! Libre à elle de ne pas user de son esprit, comme tous les autres, cela faciliterait la tâche à Nazj. Et puis d'ailleurs, que cette conversation se termine aussi brusquement n'était pas une mauvaise chose, car le sorcier pouvait maintenant pleinement se concentrer sur l'affaire qui l'avait amené dans cette crypte en premier lieu : il avait deux séries de caractères différents, et ce n'était pas prévu…Dieux, ce qu'il pouvait détester les imprévus !

Il alla prendre le dernier crâne, afin d'avoir tous les éléments en main et de pouvoir commencer à réfléchir et démêler le problème, et il sentit une étrange odeur envahir la crypte…Le crâne en main, il commença à renifler l'air, puis tourna la tête vers l'elfe assise…elle tenait dans la main une bouteille débouchée qui déversait cette douce odeur que Nazj put identifier comme étant du rhum ; il haussa à nouveau son sourcil gauche, puis retourna vers la petite table en grognant. Il ne pouvait pas se plaindre, l'odeur du rhum n'était pas dérangeante, si cela avait été de la bière, en revanche, là il aurait du sévir…il ne pouvait supporter l'odeur de la bière, si proche de celle de la crasse et de la sueur, une boisson débilitante de roturier que Nazj ne pouvait supporter. Il ne buvait pas beaucoup d'alcool, il en avait rarement l'occasion, mais lorsqu'il en avait à disposition, il choisissait toujours des boissons exquises comme l'absinthe ou le vin, ou des alcools…puissants. Cela dit Nazj n'aimait pas beaucoup perdre le contrôle de lui-même, même si s'oublier de temps en temps était la bienvenue.

Il s'attabla, et commença à disposer les crânes en demi-cercle devant lui…c'était totalement inutile, car pour la plupart il ne pouvait pas voir les inscriptions qui y étaient apposées, et elles étaient toutes écrites sur son carnet ouvert devant lui, mais cela rendait les choses plus propres et allait certainement l'aider à réfléchir…Une fois ce petit travail terminé, il s'installa le plus confortablement possible dans la chaise grinçante sur laquelle il était assis. Il entendit l'elfe approcher, et s'arrêter derrière son épaule, et il eut une expression des plus surprises lorsqu'il vit qu'on lui tendait la bouteille de rhum ! Que se passe-t-il, demandait-elle…cette elfe était bien curieuse, mais soit ! Partager avec elle ses réflexions allait peut-être l'aider à trouver une solution…et la bouteille n'était pas de trop. Il la prit donc, colla le goulot à ses lèvres, et leva puissamment le coude ! Quelques longues gorgées de liquide puissant coulèrent dans sa gorge, c'était ainsi que Nazj buvait sa gnôle : beaucoup et très vite. Après trois ou quatre longues goulées, il posa violement la bouteille sur la table, faisant tressauter ce qui y était posé, et laissa échapper un souffle qu'il sentait brûlant…Par les boules du Diable, cela faisait du bien !


"J'ai là deux séries de caractères différents, voila le problème ! Les quatre crânes rangés à droite cachent chacun quatre inscriptions peintes en rouge, et cela devaient être les seules que je m'attendais à trouver, car avec ceci il me faut déchiffrer une étrange anagramme runique…Mais les quatre crânes rangés à gauche ont eux aussi des inscriptions, gravés à même l'os, miraculeusement intacts…les caractères sont différents, mais cela ne fait que compliquer la résolution de l'anagramme…et cela signifie que si je me trompe, il y aura de fâcheuses conséquences…"

Fâcheuses en effet, car cela pouvait le mener tout droit à la mort…mais il avait bien l'intention d'éviter cela, il avait tout son temps après tout, il n'avait nulle part où aller et personne qui l'attendait. Il approcha sa main gauche –qui tenait la bouteille- de son visage, et considéra un instant le breuvage…que voila un intéressant compagnon de voyage, il n'y avait pas pensé, cela lui rappelait tant de souvenirs…Il tendit la bouteille à son propriétaire.

"Mais j'y arriverais, et je doute que tout cela vous intéresse, tenez, prenez votre bouteille, si vous devez passer le reste de la nuit ici, sans doute allez vous avoir besoin de quelque chose pour vous réchauffer."

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Piller les tombes [Lunielle]   Mar 30 Aoû 2011, 16:49

Nazj attrapa alors la bouteille que je lui tendais et bu plusieurs grandes gorgées. Sa façon de boire était particulière et j'eu un sourire en le voyant prendre du plaisir avec ce breuvage. Il me rappellait un peu un nain avide d'alcool. Il me rappellait Fibur. Le petit personnage avec qui je m'étais prise la tête à de nombreuses reprises, pour toutes sortes de raisons plus ou moins sans importance, me manquait. Ça faisait bien douze ans que l'on ne s'était pas vu et pourtant, j'étais sûre qu'il n'avait pas prit une ride, comme moi. Ça lui faisait à peine un an de plus.

Nazj posa alors violemment la bouteille sur la table, ce qui eu pour effet de faire sursauter les crânes qui étaient alignés dessus.


"J'ai là deux séries de caractères différents, voila le problème ! Les quatre crânes rangés à droite cachent chacun quatre inscriptions peintes en rouge, et cela devaient être les seules que je m'attendais à trouver, car avec ceci il me faut déchiffrer une étrange anagramme runique…Mais les quatre crânes rangés à gauche ont eux aussi des inscriptions, gravés à même l'os, miraculeusement intacts…les caractères sont différents, mais cela ne fait que compliquer la résolution de l'anagramme…et cela signifie que si je me trompe, il y aura de fâcheuses conséquences…"

Il observa ensuite attentivement la bouteille et me la rendit. Je la saisis avec un petit sourire. Il continua alors :

"Mais j'y arriverais, et je doute que tout cela vous intéresse, tenez, prenez votre bouteille, si vous devez passer le reste de la nuit ici, sans doute allez vous avoir besoin de quelque chose pour vous réchauffer."

Oui, j'avais bien l'intention de passer la Nuit ici. Ce n'est pas que je crains le Vent mais je ne souhaitais pas arriver enruhmée chez mon hôte. Cet homme semblait avoir eu une vie difficile et longue, comme la mienne sans doute, nous nous ressemblions même si nous étions diamétrallement opposés.

Je terminais de vider la bouteille puis j'en sortis une autre et dis au vieil homme de se servir s'il voulait. Il ne me répondit pas, absorbé qu'il était déjà dans son travail. Après trois bouteilles de rhum excquis, je placais mon sac sous ma tête et posais une fine couverture sur mon flanc. Fermant doucement les yeux, je m'endormis pour quelques heures seulement, bien décidée à me lever à l'aube et reprendre ma route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 314
Métier/Fonction : Apprenti Conteur

MessageSujet: Re: Piller les tombes [Lunielle]   Jeu 27 Oct 2011, 01:49

Le reste de la nuit passa à une vitesse surprenante pour le nécromancien, et il ne vit le temps passer que lorsque la flamme de ses bougies s'éteignait lorsque celles-ci furent fondues jusqu'au bout et qu'il dut en changer…ce ne fut pas une nuit très plaisante, toute créature vivante près de Nazj aurait pu en témoigner : il ne cessa de pester et de grogner, de faire des grands mouvements irrités et de se lever pour faire les cent pas à travers la crypte en maugréant férocement. Il devait là faire face à un contretemps, un imprévu…aussi minime soit-il, et même si Nazj avait tout le temps nécessaire, un imprévu était toujours fort mal accueilli, et avait le don de le rendre furieux ! Il prenait toujours beaucoup de temps pour peaufiner et parfaire ses plans, il essayait de minimiser le rôle du hasard le plus possible, et malheureusement, ledit hasard semblait toujours trouver sa voie dans les plans du sorcier…sans jamais les faire échouer !

Cette nuit était un parfait exemple : il avait espéré entrer dans cette crypte, y rester seul un bout de temps, déchiffrer quelques symboles, déchiffrer le code, et partir, et voila qu'une elfe avait déboulé en plein milieu de ses recherches ! Une elfe qui avait failli lui percer le crâne d'une flèche acérée, et puis, pour couronner le tout, voila que l'énigme qu'il devait résoudre gagnait en difficulté ! Mais tout ceci, cette affreuse démonstration de l'exaspération que pouvait engendrer le hasard, n'était qu'un contretemps…fâcheux, certes, mais cela n'allait pas empêcher Nazj de terminer ce qu'il avait entrepris, et d'accomplir de grandes choses ! Cela le faisait toujours sourire de penser que si toutes les créatures qu'il croisait savaient qui il était et ce qu'il comptait faire, tout serait plus difficile…que son nom soit tu, bien que cela entachait sa fierté et son égo, était une très bonne chose…cela n'allait pas durer très longtemps, cela dit, il comptait bien y remédier, et faire en sorte que son nom soit chuchoté du bout de lèvres tremblantes, dans un souffle de terreur…cette idée le rendait toujours fort jovial !

C'est donc en passant par plusieurs états émotionnels –de la rage bouillonnante au grand bonheur- que Nazj passa la nuit…le sommeil n'était nullement un problème, des années de vagabondages l'avaient endurci, et il avait besoin de très peu de sommeil pour se sentir en forme, tout comme la nourriture d'ailleurs, il était donc prêt à voyager lorsqu'il eut enfin terminé…Oui, car Nazj, enfin, à l'aube, réussit à déchiffrer l'anagramme, plus compliqué qu'il ne l'avait imaginé, et pourtant si simple lorsqu'on y repensait…il y avait toujours ce doute irrationnel, qui lui disait qu'il avait peut-être tout faux et que ce code allait le tuer lorsqu'il allait l'utiliser, mais la raison parla d'une voix plus forte, et Nazj fut assuré d'avoir réussi. Il passa la main du son visage en s'affalant sur la chaise, se rendant compte que ses yeux étaient tout de même un peu fatigués…il poussa un soupir de soulagement, et prit le temps de savourer le silence…Il y avait trop peu de moments où Nazj pouvait réellement goûter à cette paix, il profitait le plus possible de chaque occasion qui lui était donnée, et il avait l'impression d'être le seul au monde à le faire. Il soupira à nouveau, puis referma son carnet qu'il fourra dans les profondeurs de la manche droite ; il essuya sa plume sur cette même manche, puis reboucha son encrier, et les deux suivirent le carnet…les bougies avaient rendues l'âme, la dernière brûlait encore, mais il ne lui restait qu'une heure à vivre, au grand maximum, et Nazj comptait bien la laisser se consumer. Il s'empara de sa canne, se leva, et fit volte-face.

Il s'arrêta net : devant lui, sur le sol de la crypte, l'elfe endormie ! Il l'avait complètement oubliée…surprenant, si l'on prenait en compte le fait qu'elle avait réussi à délier la langue du sorcier, qui ne parlait pas beaucoup, d'ordinaire. Avait-elle dormi tout le temps que Nazj avait utilisé pour travailler ? Il ne trouvait pas cela très sage, à présent le sorcier pouvait la faire passer de vie à trépas en un claquement de doigts, littéralement ! Les gens n'étaient donc pas suspicieux ? Ne se rendaient-ils pas compte que chaque homme ou femme de toute race n'éprouverait aucun remord à les égorger pour quelques piécettes ? Décevant…mais soit, si elle avait choisi de mettra sa vie en péril une fois encore, grand bien lui en fasse. Et qu'allait-il faire, lui maintenant ? La tuer ? L'idée ne le charmait pas tant que ça, tout aussi surprenant que celui puisse être…non, il allait faire autre chose. Nazj projeta sa canne dans les airs, et l'attrapa à son centre…il fixa la tête de l'elfe…visa bien…et frappa ! La canne heurta la pommette gauche de l'elfe, pas avec grande force, car Nazj n'en possédait pas tant que ça et n'avait pas voulu lui briser le crâne, mais cela avait sans doute été suffisant pour la réveiller, du moins l'espérait-il. Souriant, il se pencha.


"Réveillez-vous, l'aube est là, et j'ai réussi ! Nul doute qu'une promenade vous fera le plus grand bien, l'air est frais mais vivifiant, et j'ai vu les rayons du soleil éclairer le mur, cela va sans doute vous réchauffer après cette nuit, le rhum ne remplacera jamais les rayons du soleil…Oh, et sachez ceci : vous ne m'avez pas vu, je n'existe pas, et il ne s'est rien passé ici ; je vous préviens, ma petite, de mauvaises choses pourraient vous arriver si votre langue se délie…Bon voyage ! "

Puis, tout content de lui, il se redressa de toute sa hauteur –qui était considérable- et se dirigea vers la sortie…la brise fraîche du matin s'engouffra dans sa robe, et il aurait du frissonner si un froid plus mordant encore ne l'accompagnait sans arrêt. Il prit une grande goulée d'air, un sourire cruel rayonnant sur ses lèvres…puis il fit un pas en avant, et marcha, continuant son voyage.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Piller les tombes [Lunielle]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Piller les tombes [Lunielle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Pillage de "tombes"
» Rois des tombes en mai .
» J'irai cracher sur vos tombes
» Visiteurs amoureux de ces très vieilles tombes.
» [Bande] Gardiens des Tombes
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aïklando :: Île de Lan Rei :: Lan Rei Est :: Lac Olia-